10/12/2009

22/05/09: De Guantánamo à ADX, l’Alcatraz des Rocheuses ...

Basta ! يكفي] De Guantánamo à ADX, l’Alcatraz des Rocheuses
De: "Basta!" <azls2006@yahoo.fr>
À: Ginette : grianala@yahoo.fr

Par Fausto Giudice, 22 mai 2009

Ainsi donc, Barack Obama va tenir sa promesse de fermer la prison illégale de Guantánamo, mais il ne va pas pour autant ordonner la libération de tous les détenus de la « guerre contre le terrorisme » déclenchée par son prédécesseur. Si environ 50 prisonniers devraient être libérés, les environ 200 détenus restants devraient être transférés vers le continent usaméricain, vraisemblablement vers la prison de « sécurité maximale » réputée être la plus performante de l’Empire, ADX, à Florence, dans le Colorado. Ces détenus vont-ils être jugés ? Pour le moment, Obama n’a pas répondu clairement à la question.

ADX, qui va succéder à Guantánamo, mérite d’être connue. Située à 145 km au sud de Denver et à 72 km au sud de Colorado Springs, elle fait partie d’un complexe de trois prisons fédérales, de moyenne, haute et très haute sécurité, achevé en 1994 dans une région totalement polluée par une mine d’uranium qui a fermé il y a quelques années et où seule la construction de quelques prisons était susceptible de procurer du travail à la population jeune de la région.

ADX est un véritable cauchemar climatisé et électronique, avec ses 1400 portes d’acier dont »jamais deux ne sont ouvertes en même temps », ses caméras, ses rayons laser, ses barbelés et ses cellules de 2 m sur 3,5, tout en ciment et acier, sans lumière naturelle, où les détenus sont enfermés 23 heures sur 24, ne disposant que de 9 heures par semaine pour être hors de leurs cellules, dans des cours où ils ne peuvent jamais se rencontrer.Dans les cellules, ils disposent , s’ils sont jugés les mériter, de téléviseurs noir et blanc et de radios, sur lesquels ils ne peuvent accéder qu’à des émissions éducatives et de télé-réalité. Les journaux leur arrivent avec 30 jours de retard, après être passés sous les ciseaux de la censure.Sécurité maximale ? Trois prisonniers y ont tout de même trouvé une mort violente en 15 ans.

Fin 2007, 463 des 490 cellules individuelles d’ADX étaient occupées par des détenus. Il faudra donc que l’administration procède à des transferts si elle veut faire de la place pour les détenus de Guantánamo. Ce qui ne sera pas sans poser des problèmes. En effet, les hommes détenus à ADX sont considérés comme les plus dangereux de tout l’archipel du goulag impérial. Parmi eux se trouvent ou se trouvaient :
Barry Byron Mills (Fraternité aryenne), emprisonné pour divers crimes depuis 40 ans.
Charles Harrelson (1928-2007) père de l'acteur Woody Harrelson, emprisonné pour avoir tué le juge John H. Wood, Jr." le 29 mai 1979. En 1982 il a prétendu avoir participé à l'assassinat de John F. Kennedy.
David Lane, meurtrier d'Alan Berg, un animateur juif libéral de talk-show)
Eric Robert Rudolph, poseur de la bombe de l'Olympic Park à Atlanta
Francisco Javier Arellano Félix (Chef mexicain du Cartel de Tijuana).
Howard "Pappy" Mason, trafiquant dedrogue emprisonné pour avoir tué le policier Eddie Byrne).
José Padilla (Abdullah al-Muhajir), condamné comme « terroriste islamiste,» en 2008.
Larry Hoover, leader de la Black Gangster Disciples Nation, de Chicago.
Matthew F. Hale, suprématiste blanc condamné pour avoir ordonné l'assassinat d'un juge fédéral.
Michael Swango, le docteur tueur en série arrêté en 1997 pour avoir tué jusqu'à 60 personnes)
Omar Abdel-Rahman , le Cheikh aveugle impliqué dans l'attentat à la bombe contre le World Trade Center en 1993)
Ramzi Yousef ,neveu de Khaid Cheikh Mohamed, impliqué dans l'attentat à la bombe contre le World Trade Center en 1993
Ahmed Ajaj , lui aussi impliqué dans l'attentat à la bombe contre le World Trade Center en 1993
Richard Reid, l’homme qui avait une bombe dans le talon d’une de ses chaussures, alias "Shoe bomber"
Robert Hanssen, agent du FBI condamné pour espionnage au profit de l'Union soviétique et de la Russie)
Terry Nichols, conspirateur de l'attentat d'Oklahoma City
Theodore Kaczynski, dit "Unabomber"
Timothy McVeigh (1968-2001), responsable de l'attentat d'Oklahoma City, exécuté le 11 juin 2001.
Zacarias Moussaoui, condamné pour conspiration dans les attentats du 11 septembre 2001
Dandenis Muñoz Mosquera, alias Dandenes Munoz-Mosquera, alias Luis Fernandez, alias Hernandez-Hernandez, alias Esteban Restrepo Echavarria, alias La Quinca, alias Luis Fernando, tueur à gages du cartel de Medellín, accusé de plusieurs meurtres et d’un attentat contre un avion de ligne.
Mutulu Shakur, beau-père du rappeur Tupac Shakur, condamné pour un hold-up sanglant contre un transport de la Brink’s, commis en 1981 par un commando conjoint de la Black Liberation Army et du Weather Underground. Sa complice Kathy Boudin, a été libérée sur parole en 2003 et lui-même doit sortir de prison en 2016.

Mais le détenu le plus isolé est Thomas Silverstein, un ancien membre de la Fraternité aryenne (une organisation née en prison parmi les détenus blancs qui éprouvaient le besoin de s’organiser face aux organisations de détenus noirs comme les Black Muslims, qui furent à l’origine de la naissance de gangs politico-ethniques dans les prisons. Sans être particulièrement progressiste, la Fraternité aryenne n’avait rien de nazi et se spécialisa dans le trafic interne de drogue), à laquelle il a adhéré durant son séjour à la prison de Leavenworth.

C’est qu’il a commencé jeune sa carrière de détenu à l’âge de 19 ans, en 1971, échouant à San Quentin pour un vol à main armée. Il a ensuite été condamné pour le meurtre d’un détenu, puis pour celui de 4 gardiens de prison, dont le dernier à Marion en 1983. Silverstein , qui n’a reconnu que 2 de ces meurtres, est à l’isolement total depuis 26 ans, ce qui semble être un record inégalé.

Ce sont les meurtres de gardiens à Marion qui ont été à l’origine du concept de prison « supermax » et de la construction d’ADX. Silverstein est emprisonné depuis 34 ans et a connu l’un des pires traitements qu’un détenu ait connu aux USA, même pire que le fameux Birdman, Richard Stroud, qui fut à l’isolement à Alcatraz pendant 17 ans, et peut-être à égalité avec les trois Panthères Noires du bagne d’Angola en Louisiane, accusés à tort du meurtre d’un gardien et isolés dans des minuscules baraques en bois pendant plus de 20 ans. D’après Paul Wright, rédacteur de Prison Legal News, le sort de Silverstein ne peut être comparé qu’à celui des espions nord-coréens emprisonnés en Corée du Sud.

La prison de Marion a ouvert en 1963, l’année où celle d’Alcatraz, The Rock, a fermé. À la fin des années 1970, elle était devenue la prison la plus violente des USA Entre 1979 et 1983, la prison a vécu 81 attaques de détenus contre d’autres détenus et 44 contre des gardiens. 13 détenus ont é té tués. Les années de Silverstein à Marion sont une longue suite de meurtres et de vengeances entraînant d ‘autres meurtres, entre détenus blancs et noirs, encouragés à s’entretuer par les gardiens.
Le 22 octobre 1983, Silverstein, avec l’aide d’un détenu, parvient à se libérer de ses chaînes au cours d’un transfert à l’intérieur de la prison et, armé d’un couteau bricolé, en assène 40 coups au gardien Merle Clutts, dont il était devenu le souffre-douleur. Quelques heures plus tard, utilisant la même tactique, le détenu Clayton Fountain, un ami de Silverstein, tue le gardien Robert Hoffman. La justice rejettera toute circonstance atténuante pour ces meurtres, justifiés par leurs auteurs par les violences exercées sur eux par ces gardiens.

C’est cette affaire qui sera à l’origine de la construction d’ADX, où Silverstein a été transféré en 2005. Et ce n’est pas à ADX quu’il risque de revivre ce qu’il a vécu au pénitencier fédéral d’Atlanta, où il connut une semaine de liberté au cours d’une révolte des détenus cubains en 1987, jusqu’à ce que ceux-ci lui remettent ses chaînes et le livrent à la direction de la prison, dont c’était une des premières exigences dans les négociations avec les mutins.
Entretemps, Silverstein est devenu doux comme un agneau, se tournant vers le yoga et le bouddhisme pour calmer sa colère. Et du fond de sa cellule insonorisée dans l’unité Z, il continue de réclamer que l’on mette un terme à son isolement. Il a tout son temps : condamné à trois fois la prison à vie + 45 ans, sa date de libération possible la plus proche est en …2095.

Tout comme Jamil Abdullah Al-Amin, qui, lui , croupit, au fond de ce qu’on appelle « le trou » (the hole), l’unité A. Jamil Al-Amin n’est autre que Rap Brown, le révolutionnaire noir célèbre dans les années 70 – il fut président du Student Nonviolent Coordinating Committee puis ministre de la Justice du Parti des Panthères Noires. Sa phrase la plus célèbre de l’époque : « la violence est aussi américaine que la tarte aux cerises ».
Emprisonné à la prison d’Attica de 1971 à 1976 pour vol à main armée, il s’y convertit à ‘l’Islam. Installé dans le West End d’Atlanta, il y gérait une épicerie et animait la National Ummah, prêchant contre le trafic de drogue et les jeux de hasard, les deux plaies de la communauté noire.

Jusqu’à cette soirée de l’an 2000 où un shérif-adjoint venu l’arrêter fut tué par un inconnu. Jamil Abdullah Al-Amin fut condamné à la prison à vie. Malgré les aveux d’un certain Otis Jackson, qui se dit l’auteur du crime, la Cour suprême a confirmé la condamnation en 2004. Le 21 octobre 2007, Jamil a été transféré à ADX où il a été mis au « trou », le bien-nommé « hole ». Si vous voulez en savoir plus sur lui, http://www.imamjamil.com/,
D’autres détenus politiques ont séjourné à ADX, comme Oscar López Rivera, le vétéran du Vietnam et combattant pour l’indépendance de Porto-Rico, condamné à 70 ans de prison, qui a refusé une clémence conditionnelle proposée par le président Clinton, dans la logique de sa position de non-coopération avec les autorités judiciaires, puisqu’il se considère comme un prisonnier de guerre, ce qui l’a aussi amené à refuser de travailler en prison, puisque UNICOR, l’entreprise pénitentiaire qui fait travailler les détenus, est une sous-traitante du département de la Défense.

Ou encore ces autres vétérans du Vietnam, qui se sont politisés en prison, le Farnco-Canadien du Maine Raymond Luc Levasseur et Tom Manning, les deux principaux membres du groupe United Freedom Front, condamnés en 1986 pour une série d’attentats contre le Capitole, le consulat sud-africain de New York ou le siège d’Union Carbide, la multinationale responsable de la catastrophe de Bhopal en Inde. Levasseur est aujourd’hui de nouveau en liberté mais Manning reste en prison. Il a en tout été condamné à …135 ans de prison. C’est qu’en plus des attentats anti-impérialistes commis par son groupe, qui n’ont fait aucune victime, car le groupe envoyait toujours des avertissements, il a été condamné pour avoir tué un membre de la Garde nationale à un barrage routier. Il a plaidé la légitime défense, arguant que le militaire avait voulu le tuer.

Tout ce petit monde se retrouve donc enterré vivant à ADX, où la lumière du jour ne pénètre pas, et dont le directeur, Ron Wiley, nommé en 2005 - il a 25 ans de carrière derrière lui et c’’est son cinquième poste - fait sa tournée hebdomadaire, avec sa matraque (électrique, évidemment) anti-émeutes à la main, pour s’assurer que « tout va bien ».

Étant donné ce qu’on le sait d’ADX, les 200 détenus qui y seront transférés en arriveront à regretter Guantánamo.

--
Envoyé par Basta! dans Basta ! يكفي le 5/22/2009 03:18:00 AM

15:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, actualite, politique, obama, usa, presse, democratie, liberte, repression, medias, television, silence, imperialisme, guerre | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/06/2009

12/06/2009: Interdiction de porter le foulard... syndical ?



From: roger romain
Sent: Friday, June 12, 2009 9:49 PM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Interdiction de porter le foulard... syndical ?





La BELGIQUE est une "démocratie" de la matraque, une "démocratie" policière où les flics agissent contre la Constitution, la légalité, les liberté, les droits du citoyen d' exprimer ses opinions et de manifester ... Bref avec une police politique !
RoRo
 
 
 
 


From: Myriam De Ly
Sent: Friday, June 12, 2009 6:54 PM
To:
Subject: Interdiction de porter le foulard... syndical ?


 
Je suis allée à la manif des sans-papiers avec une trentaine de syndicalistes et sans-papiers de Charleroi. Il y a eu un incident après la manif. Une camarade de Charleroi nous avait déjà averti qu'il y avait un barrage de la police et qu'ils obligeant à enlever les insignes syndicaux et autres. Une femme policière se défendait : "C'est pour qu'il n'y ait pas de diversion de la manif." Mon camarade Pasquale Colicchio dit à Anne Demelenne, en rigolant, qu'elle devra retirer sa veste. Elle lui répond : "Et quoi encore ?"
Mais nous avons eu la même expérience en passant un autre barrage. On était quatre syndicalistes et deux sans-papiers. J'avais un foulard de la FGTB et mon camarade Jacques portait une casquette FGTB. Ils disent à Jacques d'enlever sa casquette, ce qu'il fait, mais il la remet aussi tôt. Et leur dit : "Et ça (son T-shirt Guevara), je dois l'enlever aussi ?" Un flic s'avance sur moi et dit que je dois enlever mon foulard. Je lui demande pourquoi : "C'est une signe d'appartenance à une organisation". Je lui dis "et alors, pourquoi je ne pourrai pas le montrer". Lui : "c'est un ordre". "Si vous ne l'enlevez pas, vous restez ici." Je lui ai dit que je ne l'enlève pas et que je veux passer. Il s'avance sur moi, assez menaçant et fait un geste de vouloir prendre le foulard à mon cou. Entretemps Pasquale avait interpellé son chef qui fait signe à l'autre de nous laisser passer. Je trouve cela quand même un truc assez inquiétant.  Où est-ce qu'on va ? Avec ce raisonnement, on ne pourrait même pas porter un pins indiquant une appartenance à un groupe ou un parti. Bien sûr, ils n'oseraient pas faire cela lors d'une manif syndicale avec des ouvriers, mais quand il y a des sans-papiers, on peut tout se permettre.

21:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, syndicat, belgique, romain, courcelles, histoire, europe, euro-dictature, liberte, repression, bruxelles, presse, silence | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/05/2009

02/05/2009: "Démocratie": lettre de Michel Collon au Bourgmestre et aux élus de Bruxelles ...

Lettre envoyée par Michel Collon aux bourgmestre, échevins et conseillers de
la Ville de Bruxelles, restée sans réponse. Que craint Monsieur Thielemans ?


Monsieur le bourgmestre de Bruxelles, pourquoi protégez-vous ces policiers ?

Bruxelles, 10 mars 2009,

Je vous écris pour demander que la Ville de Bruxelles applique le jugement de
la Cour d'Appel de Bruxelles, prononcé en septembre 2005. Il y a plus de quatre
ans déjà, la Cour a condamné deux policiers brutaux de la Ville de Bruxelles
qui m'avaient arrêté arbitrairement et tabassé (quatre côtes fracturées)
lors d'une manifestation pour la paix en 1999.

Mais, quatre ans après ce jugement, la Ville de Bruxelles refuse toujours de
payer ce à quoi elle a été condamnée, en tant qu'employeuse des dits
policiers. Et elle n'a toujours pas expliqué pourquoi.

Rappel des faits : En mars 99, le précédent bourgmestre, Monsieur de Donnéa,
avait pris un arrêté interdisant une manifestation dont j'étais un des
organisateurs, manifestation protestant contre les bombardements de l'Otan en
Yougoslavie. Nous l'avions fait citer au Conseil d'Etat qui avait condamné de
Donnéa, mais celui-ci avait séance tenante repris le même arrêté et mis en
place une répression très violente contre les personnes présentes.

Le jour même, les policiers Frank Van Impe et Bernard Jongen m'ont arrêté
arbitrairement et agressé à l'abri des regards. Des coups de poing et de pied
d´une extrême violence ont été assénés sans arrêt pendant tout le
transport en camionnette après mon arrestation. Bilan : 4 côtes fracturées,
diverses blessures, des semaines d´immobilisation. Tout cela, sans aucun motif
valable, mais en hurlant : " Ici il n´y a pas de caméras, tu vas voir ce que
c´est de manifester ! "

Persistant à mentir pendant des années malgré les preuves évidentes, ils ont
néanmoins été condamnés en première instance d'abord, puis en appel. Quatre
mois de prison avec sursis, 495 Euros d´amende, 2.560 Euros de dommages pour
la victime. Et aussi - c'est une première devant un tribunal pénal belge - ils
ont été également condamnés à rembourser mes frais d´avocat comme nous
l´avions demandé. Logique, puisque ce procès n´a eu lieu et n´a duré
aussi longtemps qu´à cause de leur mauvaise foi.

La Ville de Bruxelles a-t-elle appliqué le jugement ? Pas du tout. D'abord,
elle s'est pourvue en cassation. En sachant qu'elle n'avait manifestement aucun
argument. Mais elle s'est tout simplement abstenue de payer. Fin 2006, lors
d'une réunion électorale qu'il tenait dans mon immeuble, j'ai interpellé
Monsieur Philippe Close, membre du cabinet du bourgmestre. Devant la
réprobation des assistants, il s'est engagé à s'informer du dossier. Après
plusieurs rappels, la Ville a effectué le paiement de trois dixièmes de sa
dette (correspondant aux dommages). Parce qu'on était en période électorale ?
Par contre, j'attends toujours le paiement du solde. Et je n'ai pas reçu la
moindre explication, Monsieur Close refuse de répondre à mes appels.

Je ne comprends pas pourquoi le bourgmestre refuse d'appliquer une décision de
Justice et se rend ainsi complice de policiers brutaux. Je ne l'accepte pas et
suis décidé à mobiliser l'opinion publique sur Internet et en alertant la
presse.

J'ai eu la chance d'avoir autour de moi des caméras et des dizaines de
témoins, avant et après le tabassage. Vous savez comme moi que je ne suis pas
la première victime hélas de tels agissements (un de ces policiers a été
poursuivi plusieurs fois en Justice). J'ai écrit plusieurs fois au bourgmestre.
Jamais, il ne m'a répondu. Jamais, il n'a présenté des excuses ou des regrets
pour ce qui avait été commis par ses subordonnés.

Quelle image Monsieur Thielemans veut-il donner de la Ville de Bruxelles ?
Pourquoi protège-t-il des policiers brutaux ? Il a vraiment encouragé des
délinquants. En effet, lors des audiences, une vingtaine de collègues sont
venus "soutenir" les agents poursuivis. Ils narguaient le public de façon
arrogante et lorsque l'on a montré des images des blessures, ils ont ricané à
haute voix. Aussi bien en première instance qu'en appel, le tribunal a dû les
réprimander et les rappeler à l'ordre. Se sentaient-ils encouragés par leur
hiérarchie ?

Pire : après une manifestation contre la guerre en Irak, quelques années plus
tard, des policiers de Bruxelles-Ville avaient arrêté un jeune, l'avaient
plaqué au sol et le maltraitaient. Plusieurs personnes dont des avocats et
moi-même s'étaient approchés et avaient demandé de la modération aux
policiers. A ce moment, un officier qui me connaissait m'a menacé : " Une
manifestation, ça vous a pas suffi ? " Cette déclaration a été enregistrée.
Cet officier se sentait-il encouragé par son bourgmestre ? De tels faits
montrent que l'attitude du bourgmestre viole des décisions de Justice et
encourage de nouvelles brutalités policières.

Puisque le bourgmestre refuse de me répondre, j'ai décidé, dans un premier
temps, d'interpeller l'ensemble du conseil communal : Etes-vous au courant de
cette attitude qui engage la Ville ? Que pouvez-vous faire pour que Justice me
soit rendue ? Je tiens à votre disposition les jugements des tribunaux ainsi
que le courrier que j'ai envoyé au bourgmestre.

Je tiens à votre disposition tous les documents du procès. J'espère que vous
pourrez m'aider à résoudre cette affaire rapidement. Mais de toute façon,
j'irai jusqu'au bout.

Avec mes sentiments distingués

Michel Collon

19:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, presse, bruxelles, romain, belgique, democratie, silence, collon, medias, repression | |  Facebook | |  Imprimer | | |

03/04/2009

01/04/2009: sur le site de Micherl Collon:

Mercredi 01 Avril 2009  
         
Les États-Unis se préparent pour des troubles civils 
Michel Chossudovsky     
 

La débâcle financière a déclenché l’émergence d’une crise sociale latente à travers les États-Unis.  La confiscation frauduleuse d’épargnes de toute une vie et de fonds de pension, ainsi que l’appropriation des recettes fiscales pour financer les « sauvetages bancaires » de billions de dollars sont en jeu, et servent ultimement à remplir les poches des plus riches des États-Unis.

 


La crise économique et socialeCette crise économique est en grande partie le résultat de manipulation financière et de fraude délibérée au détriment de populations entières, ce qui mène à une nouvelle vague de faillites corporatives, de chômage et de pauvreté généralisés.  La criminalisation du système financier mondial, caractérisé par un « réseau bancaire fantôme », a entraîné la centralisation du pouvoir bancaire et une concentration sans précédent de richesses personnelles.  Le stimulus économique et la proposition budgétaire du président Obama favorisent ce processus de concentration et de centralisation du pouvoir bancaire, dont les effets cumulés provoqueront tôt ou tard des faillites d’entreprises à grande échelle, une nouvelle vague de saisies, sans parler de l’effondrement des finances publiques et de la ruine des programmes sociaux. (Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, La débâcle fiscale des États-Unis, 2 mars 2009).

Le déclin progressif de l’activité économique réelle a des répercussions sur l’emploi et les salaires, ce qui entraîne la dégringolade du pouvoir d’achat. Pour sa part, la « solution » proposée par l’administration Obama contribue à exacerber les inégalités et la concentration de la richesse plutôt qu’à les réduire.

Le mouvement de protestation Lorsque les Étasuniens, dont les vies ont été démolies, réaliseront ce qu’est vraiment le système mondial de « libre marché », la légitimité de Wall Street, de la Réserve fédérale et du gouvernement des États-Unis seront contestées.  Un mouvement de contestation latent visant le siège du pouvoir économique et politique se met en branle.

Il est cependant difficile de prédire comment ce processus va se dérouler. Tous les secteurs de la société étasunienne sont potentiellement touchés : les salariés, les petites, moyennes et même les grandes entreprises, les fermiers, les professionnels, les employés fédéraux, municipaux ainsi que ceux des États. À ce stade-ci, il n’existe toutefois pas de mouvement de résistance national organisé dirigé contre l’agenda économique et financier du gouvernement.  La rhétorique populiste de Barack Obama dissimule la vraie nature de la politique macroéconomique. Combiné à des mesures d’austérité, le plan économique, qui agit au nom de Wall Street et inclut près d’un billion de dollars d’« aide » pour l’industrie des services financiers, favorise l’enlisement des États-Unis dans une crise sans fin.  La « solution orwellienne » à la Grande Dépression ? Réprimer les troubles civils.  À l’heure actuelle, il n’existe aucun programme de relance économique en vue. Le consensus Washington-Wall Street prévaut et le système économique et politique ne propose aucune politique ni aucune alternative.  Quelle est l’issue ? Comment le gouvernement des États-Unis va-t-il affronter une catastrophe sociale imminente ?  La solution consiste à réprimer l’agitation sociale. La méthode choisie, héritée de l’administration Bush sortante, comprend le renforcement de l’appareil de sécurité intérieure (Homeland Security) et la militarisation des institutions civiles. L’administration sortante en a jeté les bases. Diverse législations « antiterroristes » (dont le Patriot Act) ainsi que des directives présidentielles ont été mises en place depuis 2001, en invoquant la plupart du temps le prétexte de la « guerre mondiale au terrorisme ». 

Les camps d’internement du Homeland Security Relativement à la question des troubles civils, on envisage également un système cohésif de camps de détention sous la juridiction du Pentagone et du Homeland Security.  Un projet de loi intitulée National Emergency Centers Establishment Act (HR 645) (Acte de constitution de centres nationaux de secours d’urgence) a été présenté au Congrès en janvier. Celui-ci exige la mise en place de six centres d’urgence nationale dans des installations militaires existantes dans des régions importantes du pays. Le but officiel des « centres d’urgence nationale » est de fournir « de l’assistance médicale et humanitaire ainsi qu’un hébergement temporaire aux individus et aux familles délocalisés en raison d’une urgence ou d’un désastre important ». HR 645 stipule que les camps peuvent être utilisés pour « satisfaire d’autres besoins appropriés, selon ce qu’en juge le secrétaire du Homeland Security ».  Il n’y a pratiquement pas eu de couverture médiatique du HR 645.  Ces « installations civiles » sur des bases militaires étasuniennes seraient établies en coopération avec l’Armée étatsunienne. Nous assistons en fait à la militarisation des installations d’internement de FEMA, ayant Guantanamo comme modèle.  En vertu de l’urgence nationale, toute personne arrêtée et internée dans un camp FEMA situé sur une base militaire serait, selon toute probabilité, de facto sous juridiction militaire : la justice civile et la loi, y compris l’habeas corpus, ne s’appliqueraient plus.  HR 645 est directement lié à la crise économique et à d’éventuelles manifestations d’envergure à travers le pays. Ce projet de loi constitue un pas de plus vers la militarisation du maintien de l’ordre et l’abrogation du Posse Comitatus Act. 

Selon les termes du député Ron Paul : 

" […] les centres de fusion, la militarisation policière, les caméras de surveillance et le commandement militaire national ne suffisent pas […]. Même si nous savons que les installations de détention sont déjà en place, ils veulent maintenant légaliser la construction de camps FEMA sur des bases militaires en invoquant l’éternelle excuse populaire voulant que ces installations puissent servir en cas d’urgence nationale. La fausse économie fondée sur la dette se détériorant jour après jour, l’éventualité de troubles civils menace de plus en plus l’establishment. L’on a qu’à penser à l’Islande, à la Grèce et à d’autres pays pour savoir ce qui pourrait se produire aux États-Unis. (Daily Paul , septembre 2008, souligné par l’auteur)"

Les camps d’internement proposés devraient être vus comme étant liés au processus élargi de militarisation des institutions civiles. La construction de ces camps a précédé la présentation de HR 645 (Constitution de centres de secours d’urgence) en janvier 2009. Selon divers reportages (non confirmés), il existe quelque 800 camps de prisonniers FEMA dans différentes régions des États-Unis. De plus, depuis les années 1980, l’Armée étasunienne a développé des « tactiques, des techniques et des procédures » pour réprimer la dissidence civile, lesquels seraient utilisés advenant des protestations massives (le manuel de campagne de l’Armée étasunienne 19-15 sous Operation Garden Plot, intitulé « Civil Disturbances » ou « Troubles publics », a été émis en 1985)

Au début de 2006, des recettes fiscales étaient allouées à la construction de camps  d’internement modernes. En janvier 2006, Kellogg Brown and Roots, une filiale de Halliburton à l’époque, a décroché un contrat de 385 millions de dollars du Département de l’immigration et des douanes (ICE) du Homeland Security :

" Le contrat, effectif immédiatement [janvier 2006], prévoit l’établissement d’installations de détention et de traitement temporaires afin d’augmenter le nombre d’installations servant aux opérations de mise sous garde et de renvoi de l’ICE (Detention and Removal Operations (DRO)), advenant l’arrivée massive d’immigrants aux États-Unis en cas d’urgence ou de soutenir le développement rapide de nouveaux programmes.  Le contrat prévoit également le soutien à la détention d’immigrants dédié à d’autres organisations gouvernementales en cas d’immigration d’urgence, ainsi que la conception d’un plan en réponse à une urgence nationale, comme un désastre naturel. (KBR, 24 janvier 2006 souligné par l’auteur)"

Les objectifs officiels de l’Immigration et de la douane des États-Unis (U.S. Immigration and Customs Enforcement  (ICE)) sont :

" […] protéger la sécurité nationale et maintenir la sécurité publique en ciblant des réseaux criminels et des organisations terroristes cherchant à exploiter les faiblesses de notre système d’immigration, de nos réseaux financiers, de nos frontières, de nos installations gouvernementales et autres afin de nuire aux États-Unis. Les États-Unis seront alors davantage en sécurité. (Page d’accueil de l’ICE)."

Les médias étasuniens restent muets sur le sujet des camps d’internement en sol américain. Alors qu’ils reconnaissent simplement le contrat de plusieurs millions de dollars à la filiale de Halliburton, les reportages se sont concentrés sur le possible « dépassement des coûts » (semblables à ceux de KBR en Iraq). Quels sont l’intention politique et le but de ces camps? L’utilisation potentielle de ces camps d’internement pour la détention de citoyens étasuniens advenant la déclaration de la loi martiale ne font pas l’objet de débat ou de discussion dans les médias. 

Des unités de combat assignées au paysDurant les derniers mois de l’administration Bush, avant les élections présidentielles de novembre 2008, le Département de la Défense a ordonné le rappel de l’Irak de la 3rd Infantry’s 1st Brigade Combat Team (BCT). La relocalisation d’une unité de combat d’un théâtre de guerre à l’ensemble du pays fait partie intégrante de l’agenda du Homeland Security. Le BCT a été assigné au soutien des activités de maintien de l’ordre aux États-Unis. L’unité de combat BCT était attachée au US Army North, la composante de l’Armée du US Northern Command (USNORTHCOM). La 1st BCT et d’autres unités de combat pourraient être appelées à exercer des fonctions militaires spécifiques en cas de troubles civils. Les soldats de la 1st BCT apprendront à utiliser « les premières mesures inoffensives développées par l’Armée », affirmait le commandant de la 1st BTC, le colonel Roger Cloutier, en faisant référence à l’équipement de contrôle des foules et de la circulation et aux armes inoffensives conçues pour maîtriser des individus désobéissants ou dangereux sans les tuer. (Voir Gina Cavallaro, Brigade homeland tours start Oct. 1, Army Times, 8 septembre 2008). On peut s’attendre à ce que d’autres unités de combat soient rapatriées du théâtre de guerre et réassignées aux États-Unis en vertu du retrait des forces étasuniennes d’Irak proposé par l’administration Obama. L’évolution du scénario de la sécurité nationale se caractérise par le croisement des instituions civiles et militaires. 

- des unités de combat de l’Armée travaillant de concert avec les autorités chargées de l’application de loi et ayant pour mission de réprimer « les troubles civils ». 

- la constitution de nouveaux camps d’internement sous juridiction civile situés dans des installations militaires étasuniennes.

Les camps d’internement FEMA font partie du plan Continuity of Government (Continuité du gouvernement, COG), lequel serait mis en place si l’on déclarait la loi martiale. Ces camps sont conçus pour « protéger le gouvernement » contre les citoyens, en enfermant les manifestants ainsi que les activistes qui pourraient contester la légitimité de l’agenda économique, militaire ou de sécurité nationale du gouvernement. 

Espionner les Étasuniens : la banque de données de Big BrotherRelativement à la question de l’internement et de protestations massives, on peut se demander comment se fera la collecte d’informations sur les citoyens étasuniens.  Comment les individus à travers les États-Unis seront-ils catégorisés ?  Quels sont les critères du Departement of Homeland Security ?  Dans un rapport de 2004 du Homeland Security Council intitulé Planning Scenarios , pertaining to the defense of the Homeland (Planification de scénarios relatifs à la défense du pays), on identifiait les catégories suivantes de « conspirateurs » potentiels : 

« les terroristes [islamiques] étrangers »;

« les groupes nationaux radicaux » [groupes antiguerres et des droits de la personne];

« les adversaires soutenus par des États » [« les États voyous » et les « pays instables »];

 « les individus mécontents » [les travailleurs activistes et les syndicats].

En juin l’an dernier, l’administration Bush a émis une Directive présidentielle de Sécurité nationale (NSPD 59- HSPD 24) intitulée Biometrics for Identification and Screening to Enhance National Security  (La biométrie pour l’identification et la surveillance afin d’améliorer la Sécurité nationale). (Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, "Big Brother" Presidential Directive: "Biometrics for Identification and Screening to Enhance National Security" , Mondialisation.ca, juin 2008) Les procédures correspondant à cette directive, adoptée sans débat public ni l’approbation du Congrès, ont une portée considérable. Elles sont liées à la question des troubles civils et font également partie de la logique derrière l’établissement des camps d’internement FEMA sous HR 645.  NSPD 59 (Biometrics for Identification and Screening to Enhance National Security) va bien au-delà de la question précise de l’identification biométrique. Elle recommande la collecte et le stockage d’informations « liées à la biométrie », c’est-à-dire, d’informations sur la vie privée des citoyens étasuniens, dans les détails, le tout étant effectué « selon la loi ».

 « Les données contextuelles complétant les données biométriques incluent des informations sur le lieu et la date de naissance, la citoyenneté, l’adresse actuelle et les précédentes, l’emploi actuel et les antécédents de travail, le numéro de téléphone actuel et les précédents, l’utilisation des services gouvernementaux et les rapports d’impôts. D’autres données contextuelles peuvent comprendre les historiques bancaires et de cartes de crédit, et les casiers judiciaires aux niveaux local, fédéral et des États, ainsi que des décisions judiciaires et autres dossiers publics faisant état de conflits juridiques, des dossiers relatifs à la garde d’enfant, au mariage ou au divorce. » (Voir Jerome Corsi , juin 2008)

Cette directive utilise le 11 septembre et la « guerre mondiale au terrorisme » comme justification totale pour mener une chasse aux sorcières contre les citoyens dissidents, créant simultanément un climat de peur et d’intimidation à travers le pays. Elle réclame également l’intégration de diverses banques de données, ainsi qu’une coopération entre les agences concernant le partage d’informations, dans le but de centraliser tôt ou tard les informations sur les citoyens étasuniens.  En des termes prudents, NSDP 59 « établit un cadre » afin de permettre au gouvernement fédéral et ses différents services de police et de renseignement ce qui suit :

« l’utilisation de méthodes et de procédures mutuelles compatibles dans la collecte, le stockage, l’utilisation, l’analyse et le partage d’informations biométriques et d’informations biographiques et contextuelles correspondantes de manière appropriée et légales, en respectant la confidentialité des renseignements des individus et leurs garanties juridiques selon la loi des États-Unis »

La directive NSPD 59 recommande « des actions et un calendrier afférent dans le but d’améliorer le processus actuel d’identification et de surveillance axé sur les terroristes en élargissant l’utilisation de la biométrie ».  Les procédures incluses dans la NSDP 59 correspondent à une décision prise en juin 2005, laquelle consistait à créer un « service d’espionnage national », sous les auspices du FBI. (Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, Bush Administration creates "Secret State Police, 30 juin 2005) En travaillant main dans la main avec le Homeland Security (DHS), le projet de « Département de renseignement national » combinerait le contre-terrorisme et les opérations d’espionnage et de renseignement du FBI dans un seul service.  Sous les auspices du FBI, le nouveau département aurait l’autorité de « saisir les biens de personnes suspectées d’aider à la prolifération des armes de destruction massives ». Il pourrait « espionner aux États-Unis les terroristes présumés ou les personnes possédant des renseignements cruciaux, même si l’on ne soupçonne pas qu’elles pourraient commettre un crime ». (NBC Tonight, 29 juin 2005). 

Lire l’annexe «National Emergency Centers Establishment Act » dans l’article en anglais.


Source: Mondialisation

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca 

20:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, romain, democratie, capitalisme, silence, repression | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/03/2009

10/03/2009: Belgique: Centre fermé pavé de bonnes intentions ...

C' est en Belgique, en Euro-dictature capitaliste ...
RoRo
 
 
----- Original Message -----
From: Crer
Sent: Tuesday, March 10, 2009 8:54 AM
Subject: (Crer-News-2) Centre fermé pavé de bonnes intentions

Centre fermé pavé de bonnes intentions

Julie Gillet

Mis en ligne le 06/03/2009

 
Déjà dix ans que le centre fermé de Vottem a ouvert ses portes. A l’occasion de cet anniversaire, des journalistes ont été conviés à une visite.
 

Manifestations, suicides, évasions, "confessions" d’anciens membres du personnel, voici déjà dix ans que le centre fermé pour étrangers illégaux de Vottem (CIV) fait parler de lui. Ce dernier, qui est le seul de Wallonie, accueille uniquement les hommes de plus de dix-huit ans, et ce pour une période allant de quelques jours à quelques mois ("deux mois tout au plus ! ", nous assure-t-on du côté de la direction, bien que les faits démentent ce chiffre). Depuis sa création en 1999, plus de 10 000 personnes y ont séjourné. Avec une capacité de 160 lits, le centre est le plus moderne de Belgique.

 

Pour son dixième anniversaire, le centre a souhaité s’ouvrir aux journalistes afin, comme l’explique Mohammed Khmiri, directeur adjoint du centre, de "montrer la volonté et les efforts fournis pour humaniser le centre". Locaux entièrement remis à neuf, jeunes éducateurs souriants, absence de détenus dans les ailes visitées, tout est en effet mis en œuvre lors de cette visite pour faire oublier grillages et portes blindées. "Liberté !", crie pourtant un détenu derrière sa fenêtre entrouverte. Mais pas question de s’éloigner lors de cette visite plus que guidée.

 

Lors de la conférence de presse, le directeur du centre fermé, Jean-François Jacob, insiste sur les améliorations apportées ces dernières années, notamment concernant l’encadrement des détenus : seize éducateurs, deux professeurs, un psychologue, sept assistants sociaux, cinq infirmiers sont venus au fil des années renforcer les équipes médicales et de sécurité déjà fortes de plus d’une centaine d’agents. Aujourd’hui, 157 personnes travaillent sur le site, qui voit transiter plus de mille résidents chaque année.

 

"Ils font le maximum"

 

Lors de la conférence, l’accent est mis sur l’importance de l’équipe éducative, qui a vu ses effectifs doubler en deux ans. Des éducateurs dont le rôle n’est pas toujours simple, mais qui jugent, comme Marie Carpeaux, " qu’ils font le maximum pour que le séjour des résidents se passe au mieux, avec les contraintes que les règles de sécurité imposent". Des éducateurs qui compatissent et écoutent les histoires des détenus, mais qui ne veulent pas leur donner de faux espoirs et se sentent parfois démunis face à la détresse de certains.

 

Selon Jean-François Jacob, le centre fermé doit avant tout être un espace d’attente, et non de répression. Cours de français et d’informatique, services médicaux et juridiques gratuits, animations sportives, créatives ou ludiques, la volonté est d’améliorer les conditions de vie. S’ils le souhaitent, explique le directeur, les détenus ont l’occasion "de se refaire une santé" avant d’être rapatriés dans leur pays d’origine.

 

Le directeur général de l’Office des étrangers, Freddy Roosemont, rappelle que "les centres fermés ne sont pas une punition. Ce ne sont pas des prisons, les détenus sont ici parce qu’ils ne veulent pas partir du territoire, et non parce qu’ils ont commis des crimes". Pourtant, ils ne sont pas rares, les résidents étant passés par la case prison avant d’être transférés en centre fermé.

 

Comment alors gérer cette cohabitation entre simples illégaux en attente de régularisation et criminels ? En durcissant les règles de sécurité, et cela pour tous ? La question reste en suspens

La priorité, martèle Freddy Roosemont, est "de rendre ces centres fermés les plus humains possible et de réduire au maximum le temps de détention".

 

 


 
CRER / Tel : 0474 08 85 35
Travailleurs sans papiers :  http://1maimanif.canalblog.com/
Soutien au N° Triodos  :  523 - 0801898 - 74

14:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, presse, romain, belgique, europe, democratie, euro-dictature, capitalisme, silence, liberte, oppression capitaliste, repression | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/09/2008

07/09/200/8: 700 organisations et 90 000 personnes à ce jour dénoncent EDVIGE, un fichier liberticide ...

Toujours plus d' atteintes aux libertés individuelles, de fichage, d' écoutes, de censure, de caméras, de collectes de renseignements, de contrôles en tous genres, dans les pays de l' Euro-dictature capitaliste.
Le fascisme est de nouveau à nos portes.
Le fascisme, c' est le capitalisme autrement, sous sa forme la plus brutale, la plus dictatoriale, la plus bestiale, la plus aventurière, la plus belliciste et impérialiste, la plus meurtrière, ...
Il est de nouveau grand temps de se bouger, de se mobiliser, de sortir de nos coquilles, de s'organiser, de s'unir, de dénoncer tous les faux démocrates et faux-culs, les amis,
...
RoRo


-------- Message original --------

Sujet : [romain : paix_socialisme_communisme] CENT DIX HUIT MILLE SIGNATURES
Date : Sun, 7 Sep 2008 19:02:23 +0000 (GMT)
De : FISCHER BERNARD <fischer02003@yahoo.fr>
Répondre à : romain@yahoogroupes.fr
Pour : fischer02003@yahoo.fr

 

http://www.nonaedvige.ras.eu.org

700 organisations et 90 000 personnes à ce jour dénoncent EDVIGE, un fichier liberticide et annoncent une conférence de presse le 9 septembre

12 associations et organisations syndicales (AIDES, la CFDT ; la CGT ; le Collectif contre l'Homophobie et pour l'égalité des droits, la Fédération nationale de l'Autre Cercle , la FSU ; l'Inter-LGBT, IRIS, la Ligue des Droits de l'Homme, le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature , l'Union Syndicale Solidaires) déposent ce jour un recours au Conseil d'Etat contre le décret du 27 juin 2008 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « EDVIGE ».

Elles entendent ainsi dénoncer un fichier qui, loin de n'être que la réactualisation du décret du 14 octobre 1991 relatif aux fichiers gérés par les services des renseignements généraux, aggrave considérablement l'atteintes aux libertés en permettant le fichage des individus dès 13 ans, la mise en fiche de données dites sensibles comme les origines « raciales » ou ethniques ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle des personnes. De manière plus générale, le fichier EDVIGE confond les missions des renseignements généraux et celles des services de police en amalgamant des finalités fort différentes.

Réunies en Collectif « Non à EDVIGE », près de 700 organisations et associations et près de 90 000 personnes ont signé la pétition en ligne « Pour obtenir l'abandon d'EDVIGE » http://www.nonaedvige.ras.eu.org et, pour certaines d'entre-elles, se sont engagées dans des actions de signatures de la pétition par les citoyens sur la voie publique.

Après la réunion du Collectif le 28 août, il a été décidé d'organiser une conférence de presse publique le 9 septembre prochain à 11 heures à la Bourse du travail salle Croizat. Y sera développé le point de vue des associations de défense des droits humains et des libertés, des associations LGBT, des organisations de défense des droits des mineurs, des associations de défense des malades, des organisations syndicales et des citoyens mobilisés contre un tel projet.

Les différentes actions envisagées contre ce fichier liberticide seront dévoilées à cette occasion.

20:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, actualite, courcelles, presse, television, france, romain, europe, democratie, fascisme, resistance, euro-dictature, capitalisme, silence, liberte, medias, dictature, information, repression, tibet, droits de l homme, rsf, fichage | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/07/2008

05/07/2008: Pendant les vacances, l’Union Européenne institue le viol de la vie privée....

 -------- Message original --------

Sujet: Pendant les vacances, l'Union Européenne institue le viol de la vie privée. - DLR : Debout la république
Date: Sat, 5 Jul 2008 16:13:48 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>


Pendant les vacances, l’Union Européenne institue le viol de la vie privée.

Le 7 juillet aura lieu un vote décisif dans la réforme du droit européen sur les communications électroniques dit « Paquet Télécom ». En ce moment même un eurodéputé britannique conservateur, Malcolm Harbour, se fait le petit télégraphiste de la BSA (Business Software Alliance) une association contrôlée par des éditeurs de logiciels, dont Microsoft, afin d’introduire dans le droit européen les mesures permettant de surveiller les communications des internautes dans le but de détecter des violations de propriété intellectuelle.
Comme il est techniquement impossible de faire ce type de détection sans surveiller la totalité des communications, c’est la globalité des usages de l’ensemble des internautes que les fournisseurs d’accès seront contraints d’espionner : mails, navigation, messagerie instantanée, jeux en réseau ….
Cela revient à ouvrir la totalité des courriers à la poste pour espionner les correspondances afin de voir si ce qui est écrit est conforme aux oukases d’un groupe d’intérêts.
Notons que le rapporteur du « Paquet Télécoms » ,  Catherine Trautmann, eurodéputée ancienne ministre socialiste de la culture, et Bernadette Vergnaud eurodéputée PS qui « travaille » aussi sur le sujet, ne semblent pas vraiment s’opposer à ce saccage d’un droit fondamental, celui de la vie privée.
Debout La République dénonce vivement cette dangereuse logique de négation des droits fondamentaux des citoyens sous prétexte de « moderniser » la législation sur les technologies de l’information et de la communication.
Nicolas DUPONT-AIGNAN
Député gaulliste de l’Essonne
Président de Debout la République
http://debout-la-republique.fr/Pendant-les-vacances-l-Union,279.html

14/06/2008

12/06/2008: Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin ...

C' est en EURO-DICTATURE capitaliste ...
RoRo

-------- Message original --------
Sujet: Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin
Date: Thu, 12 Jun 2008 11:07:00 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>




Répression politique

Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin


La prison berlinoise où a été incarcéré le journaliste Jürgen Cain Külbel,
coupable d'’avoir révélé l'’action de la CIA dans l'’assassinat de Rafic Hariri,
l’'organisation de la fausse piste syrienne, et la manipulation de la Commission d’'enquête de l'’ONU.

11 juin 2008

La répression contre le Réseau Voltaire se poursuit. Jürgen Cain Külbel, vient d'’être incarcéré à Berlin. Les arguties juridiques employées pour le condamner ne masquent pas l'’intention politique de cette décision : notre collaborateur avait démontré que le chef de la mission d’'enquête de l’ONU sur l’'assassinat de Rafic Hariri avait des liens financiers avec les assassins, et que son principal assistant est un agent de la CIA impliqué dans des enlèvements en Europe.

Jürgen Cain Külbel, collaborateur du Réseau Voltaire, a été incarcéré à Berlin. Il lui est reproché d’'avoir violé une décision du Tribunal des référés en maintenant un lien actif sur son site Internet vers un article de Voltairenet.org [1]

Cette affaire rocambolesque est une machination de plus de la CIA pour intimider Jürgen Cain Külbel et les collaborateurs du Réseau Voltaire. Voici le mécanisme de cette opération :

Ancien enquêteur de la police est-allemande, Jürgen Cain Külbel a conduit, en tant que journaliste, une enquête indépendante sur l’'assassinat de l'’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri. Il a publié ses conclusions dans un livre édité en allemand et en arabe : Le Dossier Hariri [2] . Il y reprend et approfondi des éléments déjà présentés par le Réseau Voltaire [3]. Thierry Meyssan avait montré qu’'une association d’'opposants libanais en exil, l’U.S. Committee for a Free Lebanon (USCFL), avait connaissance à l'’avance du crime et avait immédiatement lancé une campagne de communication visant à détourner les soupçons vers la Syrie [4]. L’'USCFL, que la CIA destinait à former un gouvernement fantôche au Liban en cas d’'intervention militaire US, est donc complice, au moins passivement, du meurtre. Talaat Ramih avait montré que l’'ancien procureur allemand Detlev Mehlis, devenu chef de la mission d’'enquête des Nations Unies, avait été employé par le Washington Institute for Near East Policy (WINEP) [5]. En relevant que l'’USCFL est une émanation du WINEP, Jürgen Cain Külbel a montré que le chef de la mission de l'’ONU était un ancien employé de personnes impliquées dans le meurtre sur lequel il était chargé d’'enquêter. Continuant sur sa lancée, il a établi le rôle de l'’assistant principal de Detlev Mehlis, le commissaire principal Gerhard Lehmann, dans les enlèvements perpétrés par la CIA en Europe depuis 2001. M. Lehmann a ainsi été formellement reconnu par une des victimes, Khaled El-Masri [6]. Plusieurs éléments laissent à penser que M. Lehmann pourrait également être impliqué dans la « disparition » à Paris du témoin clé de l’'affaire Hariri, Zuhair As-Siddik, le 13 mars dernier [7]

Dès la publication de son livre en allemand, Jürgen Cain Külbel a été approché par un militant palestinien connu résidant en Allemagne, Said Dudin, qui s’'est proposé d’'éditer l'’ouvrage en arabe et d’'en assurer la promotion. Mais lorsque M. Külbel est venu à Damas, donner une conférence à la Bibliothèque nationale syrienne, à l'’invitation de Syria Alghad (institut de recherche politique membre du Réseau Voltaire), M. Dudin a fait son possible pour discréditer son auteur. L'’éditeur a exhorté l'’assistance à attaquer les ambassades occidentales et a multiplié les déclarations incendiaires pour déplacer l'’attention des médias.


Conférence de Jürgen Cain Külbel, le 8 mai 2006, 
à la Bibliothèque nationale syrienne (Damas).

De retour en Allemagne, Jürgen Cain Külbel a tenté d'’en savoir plus sur ce saboteur. Il a alors découvert que le prétendu militant de la cause palestinienne était le fils de Mustafa Dudin, un agent secret israélien placé directement sous le commandement du général Ariel Sharon. Découvert, Mustafa Dudin avait été exécuté par la Résistance. Poursuivant ses recherches, Jürgen Cain Külbel découvrit dans les archives de la Stasi, l’'ancienne police politique est-allemande, des documents attestant que Said Dudin lui-même était de longue date un agent de la CIA infiltré dans la gauche radicale allemande. Ces documents ont été publiés sur Voltairenet.org [8].

Introduisant une action judiciaire en référé, Said Dudin a obtenu que le Tribunal de Berlin enjoigne M. Külbel de ne plus faire mention d’'aucune manière que ce soit de l'’incident survenu à Damas, des fonctions de son père dans les services israéliens et de ses fonctions personnelles à la CIA. Obéissant à la Raison d’'État, le Tribunal n'’a retenu que les témoignages produits par M. Dudin et a écarté ceux produits M. Külbel, y compris celui du prince Issa El-Ayoubi, vice-président du Réseau Voltaire et petit-neveu du fondateur de la République arabe syrienne, qui avait assisté à l'’incident de Damas où il s’'était opposé à M. Dudin. En outre, le Tribunal a écarté les documents de la Stasi en vertu d’'une loi allemande d’'amnistie qui fait interdiction de leur mention.

Or, Jürgen Cain Külbel ayant ultérieurement maintenu sur son site Internet personnel un lien actif vers celui du Réseau Voltaire qui contient les documents illégalement rendus publics de la Stasi, le Tribunal l’a condamné à 10 jours de prison ferme pour violation de son injonction.

 

[1] Page incriminée : « Le journaliste d’'investigation face aux manipulations des services secrets », entretien de Jürgen Cain Külbel avec Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 30 juillet 2007.

[2] Mordakte Hariri, Unterdrückte Spuren im Libanon par Jügen Cain Külbel, édition Zeitgeschichte Band 34, 2006 (ISBN 3-89706-860-5).

[3] « Attentat contre Rafic Hariri : Une enquête biaisée ? », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 15 septembre 2006.

[4] « Les plans de l’US Committee for a Free Lebanon », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 8 mars 2005.

[5] « La commission Mehlis discréditée », par Talaat Ramih, Réseau Voltaire, 9 décembre 2005.

[6] Allégations de détentions secrètes et de transferts illégaux de détenus concernant des États membres du Conseil de l’Europe, rapport de Dick Marty au Conseil de l’Europe, 12 juin 2006, § 99 et 130.

[7] « Kouchner a "perdu" le témoin-clé de l’enquête Hariri », par Jürgen Cain Külbel, Réseau Voltaire, 21 avril 2008.

[8] Ibid.

Le Réseau Voltaire est en danger.
Il a besoin de vous !



Source : Réseau Voltaire  
http://www.voltairenet.org/...

11:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, euro-dictature, capitalisme, repression, medias, courcelles, romain, belgique, histoire, allemagne, presdse, information, television, democratie, liberte | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/05/2008

05/05/2008: France / Espagne / Euro-dictature: ???

France / Espagne / Euro-dictature:
n' est-ce pas que c' est beau la pseudo-démocratie capitaliste pour tous les gogos et rabâcheurs qui y croient encore et/ou qui voudraient nous y faire croire ... ?
RoRo

-------- Message original --------

Sujet: Ignominies institutionnelles: VIVRE SANS ARGENT, est-cepossible?
Date: Mon, 5 May 2008 23:38:25 EDT
De: Xarlo@aol.com

Trans:
Commevous le savez peut-être, la juge Levert a bloqué il y a quatre semaines les comptes banquaires de 7 militant(e)s, par ordre dujugeespagnol Garzon. Cette décision touche tout l'entourage de ces militant(e)s : conjoint(e)s, enfants, associations...Aujourd'hui,ce sont 33 comptes, 16 personnes et 3 associations qui se retrouvent avec les comptes bloqués. Cette opération politiquesansprécédent tue économiquement ces personnes, familles, associations. Aujourd'hui, personne n'a encore reçu de notificationoficielle,ni de la part de la justice, ni des banques.
Nous, l'ensemble des personnes visées par Levert, préparons quelquesactionspour répondre à cette agression.
Celle-ci s'adresse à la justice : il s'agit d'envoyer un fax et un mailaujuge Levert, ainsi qu'au responsable de la PJ, Mr Iroz, en leur demandant de débloquer ces comptes.
Voustrouverez en pièce jointe une lettre à compléter et à leur envoyer.
Merci de faire suivre ce mail à tous vos contacts.
Abientôt
Eñaut Elosegi et Patricia Martinon



Horra prentsan afera hortaz agertu diren artikulu zonbait / quelques liens intéressants :
http://www.berria.info/testua_ikusi.php?saila=euskalherria&data=2008-04-30&orria=011&kont=006
http://www.berria.info/testua_ikusi.php?saila=euskalherria&data=2008-05-01&orria=018&kont=005
http://www.berria.info/testua_ikusi.php?saila=euskalherria&data=2008-04-12&orria=011&kont=007
http://lejournal.euskalherria.com/idatzia/20080430/art208820.php
http://lejournal.euskalherria.com/idatzia/20080412/art208476.php
http://www.lejpb.com/idatzia/20080419/art208621.php
http://www.gara.net/paperezkoa/20080412/72297/es/Denuncian-bloqueo-cuentas-catorce-ciudadanos-vascos
http://www.gara.net/paperezkoa/20080430/75353/eu/La-Guardia-Civil-presenta-actividades-publicas-prueba-juicio


www.redportiamerica.com


********************





"Argiaren abiadura soinuarena bainobizkorragodelakotz, batzu disdiratsu dira pito hutsak direla egiaztatu arte"

"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son
...que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con"

"Porser superior la velocidad de la luz a la del sonido, algunos parecen brillantes antes de resultar estùpidos"
***
La démocratie c'est participer aux décisions…
Voter, c'est donner le pouvoir de décision à d'autres !

15:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, capitalisme, terrorisme, belgique, democratie, liberte, justice, droits de l homme, presse, medias, information, television, silence, europe, euro-dictature, repression | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/04/2008

15/04/2008: Les "Droits de l'homme" à Dubaï, émirat du Monde "libre" capitaliste ...

Les "Droits de l'homme" à Dubaï, émirat du Monde "libre" capitaliste ...
Et si le Monde "libre", Ménard-Rsf, les médias domestiqués, le Parlement européen, Amnesty International,... exigeaient le respect des droits de l'homme les plus essentiels et élementaires à ... Dubaï ,?
Là, des centaines de milliers DE TRAVAILLEURS asiatiques, tels des fourmis, triment comme des forçats de Cayenne, pour construire des sites et des logements de super-luxe, jusque 1.000 m2, au sommet de buildings, pour multi - milliardaires russes, anglais, allemands, ricains,... dans les pires conditions d'esclavage colonialiste et capitaliste. 
Privés de leur passeport par les patrons, ils ne savent même plus rentrer au pays lorsqu'ils en ont assez.
Parqués, logés, traités, moins que des animaux, ils travaillent jusqu'à ce qu'ils en crèvent et/ou se suicident...
Là, 24 heures sur 24, le travail n' arrête jamais. Les équipes de forçats "volontaires" se relayent au pas de course jusqu'à 50° ... à l'ombre, parce qu'ils essaient d' échapper à la misère, à la faim en vendant leur force de travail jusqu'à l'épuisement. Et s'ils ne sont plus d' accord, ou expriment la moindre revendication, la porte ... ! Sans visa de sortie, ils n'ont plus qu'à errer et à crever ... 
Très intéressant et instructif reportage-documentaire, quand même, ce mardi-matin sur la RtbF...
RoRo

11:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, cia, usa, rsf, droits de l homme, medias, capitalisme, courcelles, democratie, histoire, justice, liberte, politique, presse, propagande, repression, romain, silence, chine, tibet | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/04/2008

13/04/2008: Chine radio international critique Libération...




-------- Message original --------
Sujet: Chine radio international critique Libération
Date: Sun, 13 Apr 2008 22:12:26 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: <roger.romain@skynet.be>, "'Drweski Bruno '" <bruno.drweski@wanadoo.fr>



Les réactions venant de l'Europe : La reconnaissance des « faits tronqués » traîne toujours
Le site Internet de  Radio Chine Internationale a reporté ces derniers jours la vérité des émeutes du 14 mars à Lhassa en 39 langues étrangères. Ces reportages ont suscité des répercussions dans le monde entier.
Donnons une claque cinglante à « Libération »
Je ne nie pas que les médias manifestent une tendance idéologique, qu'ils soient chinois ou étrangers. Mais, malgré leur position idéologique, les médias doivent observer leur déontologie essentielle : objectivité et véridicité. En couvrant le passage de la Flamme olympique à Paris, « Libération », journal influent de France, a interverti le vrai et le faux et a tenu à semer la discorde.

19:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, actualite, belgique, chine, courcelles, cia, dalai-lama, democratie, dictature, droits de l homme, histoire, imperialisme, liberte, mediasnpolitique, presse, propagande, romain, repression, silence, tibet, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/04/2008

05/04/2008: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril...

 C' est en EURO-DICTATURE capitaliste: l'on bafoue même le droit de vivre ...
RoRo

-------- Message original --------

Sujet: Fw: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril
Date: Sat, 5 Apr 2008 09:58:46 +0200
De: comité des sans papiers 59 <csp59@wanadoo.fr>


----- Original Message -----
Sent: Saturday, April 05, 2008 9:57 AM
Subject: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril


La politique du chiffre a encore tué,
ce 4 avril à Joinville-le-Pont (94).

Ce vendredi 4 avril 2008, un jeune Malien de 29 ans est mort à Joinville-le-Pont (94), après s'être jeté dans la Marne pour échapper à un contrôle de police dans la gare RER de Joinville. Il avait montré son abonnement de transport, mais il était frappé d'un arrêté de reconduite à la frontière.

Cet événement tragique est une nouvelle illustration du climat créé par la multiplication des contrôles de police. Oui, la politique du chiffre tue et ce n'est malheureusement pas un slogan.
La mort de ce jeune homme ajoute une victime à une liste déjà longue. En été 2007, Yvan, enfant de treize ans d'une famille russo-tchétchène déboutée de l'asile, est resté quelque temps entre la vie et la mort après avoir tenté de fuir avec son père, par le balcon, la police venue au domicile. En septembre, c'est une femme chinoise, Chulan Zhang Liu, qui est décédée après s'être défénestrée de son appartement à l'approche des policiers. En février, c'est un Kenyan de 19 ans, John Maïna, qui s'est pendu après avoir appris le rejet définitif de sa demande d'asile. Aucune de ces victimes n'a eu le bon goût de relever de l'immigration « choisie » exigée par le président Sarkozy et son ministre de l'identité nationale.

Il faut mettre un point final à cette politique du chiffre qui génère tant d'angoisse et provoque tant de drames. C'est ce que nous dirons, avec le collectif UniEs contre une immigration jetable, avec les collectifs de sans-papiers, avec les syndicalistes qui refusent la mise en concurrence des salariés, avec tous les citoyens épris de solidarité, ce samedi 5 avril, dans la manifestation qui partira à 14h30 de la place d'Italie (Paris), de même que dans certaines villes de province: NON à la xénophobie d'Etat et à ses conséquences meurtrières!

RESF94

16:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, romain, democratie, capitalisme, liberte, actualite, belgique, presse, medias, politique, silence, droits de l homme, justice, repression, euro-dictature, france, solidarite | |  Facebook | |  Imprimer | | |

30/01/2008

BELGIQUE: Un agent de la Sûreté de l'Etat parle de «plan machiavélique»

Un agent de la Sûreté de l'Etat parle de «plan machiavélique»
Procès Bahar Kimyongür :: L’État belge a voulu livrer un de ses citoyens à la Turquie

La Belgique a voulu livrer un de ses ressortissant à la Turquie. De hauts fonctionnaires sont impliqués. L'avocat Raf Jespers fait le point.

Gaston Van Dyck
30-01-2008

Vingt-cinq personnes étaient présentes à la réunion qui a décidé de livrer Bahar Kimyongür à la Turquie. Parmi elles, des représentants du ministère de la Justice, de l'Intérieur, du parquet fédéral et des services du Premier ministre. ( Photo Solidaire, Mehdi Mniai)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Le rapport annuel du Comité R, qui contrôle les services de renseignements, prouve que le parquet fédéral avait prévu de se défaire de Bahar Kimyongür en le livrant à la Turquie, bien que cela enfreigne totalement la législation belge. Il avait été convenu d’informer la Sûreté de l’État hollandaise que Kimyongür se rendait à un concert aux Pays-Bas, de sorte qu’il soit arrêté hors de Belgique et remis aux autorités turques. C’est pourquoi, en présence du Comité R, un membre de la Sûreté de l’État a parlé de « plan machiavélique ».

Rappelons les faits : Kimyongür est né en Belgique de parents turcs. Il est sympathisant du parti de gauche turc DHKP-C et très engagé dans la lutte contre la répression turque. Le fait qu’il ait, en outre, perturbé un discours d’un ancien ministre turc au parlement européen a attiré l’attention de la Turquie et de la Sûreté de l’État belge. Une perquisition dans un appartement de Knokke l’amène à comparaître devant le juge.

En 2007, la Cour d’appel de Gand le condamne à cinq ans ferme sur base de la loi anti-terroriste, mais la Cour de cassation annule le jugement. Le 7 février, la Cour d’appel d’Anvers va se prononcer à nouveau.

 

Maître Raf Jespers, que devons-nous penser en Belgique si nos pouvoirs publics livrent un de nos propres concitoyens à un pays comme la Turquie ?

Raf Jespers. C’est évidemment une affaire d’une importance exceptionnelle. Le plan dont vous parlez a été imaginé lors d’une réunion qui s’est déroulée le 26 avril 2006 au centre de crise du ministère de l’Intérieur. Environ 25 personnes étaient présentes, entre autres, des gens du ministère de la Justice et de l’Intérieur, des services du Premier ministre, du parquet fédéral, des trois procureurs fédéraux qui ont trempé dans le procès contre Bahar Kimyongür...

Les choses ont été très loin : de hauts fonctionnaires belges ont collaboré, ce faisant, à la livraison d’un Belge à un régime connu pour son caractère répressif, en sachant bien qu’il courait là le danger d’être torturé.

Le rapport annuel indique très clairement que l’intention de ces 25 personnes présentes à la fameuse réunion étaient les suivantes : le parquet belge devait signaler aux instances hollandaises que Kimyongür allait débarquer aux Pays-Bas et insister auprès d’elles sur « la possibilité d’arrêter la personne concernée sur base d’un signalement Interpol émanant des autorités turques (…), tout en envisageant son extradition vers la Turquie ». 

Tout cela constitue une infraction manifeste à l’article 233 de la loi pénale sur la « conjuration de fonctionnaires ». L’élément clé est que ces fonctionnaires se sont réunis en vue de préparer des mesures en contradiction avec la législation belge. Naturellement, la question de la torture pèse également lourd dans le dossier. Selon moi, ce cas tombe parfaitement sous l’application de cet article 233. Car, si leur plan avait pu être exécuté, il ne fait pratiquement pas de doute que Kimyongur aurait été torturé. Si cela n’a pas eu lieu, nous le devons uniquement au fait que les autorités hollandaises ont refusé de livrer Kimyongür à la Turquie.

Comme le parquet fédéral n’enquêtera jamais sur lui-même, cela devrait revenir au parquet de Bruxelles d’ouvrir une enquête judiciaire sur les éléments qui viennent d’être livrés en pâture à la presse.

 

Manifestement, tout cela s’est produit à la demande des services secrets turcs, peut-on lire dans Le Soir…

Raf Jespers. Cela ne fait que rendre l’affaire encore plus grave. La Belgique fait profil bas face à la Turquie, alors qu’il s’agit d’un des régimes les plus répressifs d’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. En outre, ce pays est impliqué dans la plupart des affaires de violation des droits de l’homme traitées à la Cour de Strasbourg.

 

Qu’est-ce que cela vous fait de savoir qu’on a eu vent de tout cela grâce à une fuite ?

Raf Jespers. Cela montre surtout que le prétendu contrôle parlementaire sur la police – via le Comité P – ainsi que sur les renseignements – via le Comité R – ne signifie vraiment pas grand-chose. Il ne s’agit pas dans ce cas de secrets d’État mais de quelque chose que ces fonctionnaires ont mijoté contre un simple citoyen. Pourquoi cela doit-il resté caché des parlementaires et des citoyens ? Il s’agit ici d’une forme grave de répression politique, on a bafoué la loi. Ces fonctionnaires n’ont pas hésité à exposer un concitoyen à la torture dans un pays comme la Turquie. Raison de plus pour bien étudier l’affaire sous toutes ses coutures. Et certainement aussi pour rendre publique la totalité du fameux rapport.

Film: Résister n’est pas un crime

À travers les procédures menées par la justice belge à l’encontre de Bahar Kimyongur et de ses camarades dans l’affaire du DHKP-C, le documentaire interroge la loi anti-terroriste votée dans notre pays en décembre 2003 ainsi que ses conséquences sur les mouvements de contestation sociale et de défense des libertés fondamentales.

Malgré des moyens modestes, le collectif de cinéastes qui a réalisé ce film est parvenu à nous rapprocher du déroulement de cette histoire entre janvier 2006 et avril 2007. Entre des images de mobilisation et de la situation en Turquie s’intercalent de nombreuses interviews d’avocats, de membres de la famille et de sympathisants. Ainsi que d’observateurs et de commentateurs inquiets de la façon dont ont été bafoués les droits de l’homme dans cette affaire.

Au-delà de l’affaire Kimyongur, ce documentaire met en lumière les conséquences des lois anti-terroristes, qui permettent de criminaliser toute opposition sociale en qualifiant de « terroristes » des personnes de par leur seule appartenance à une organisation, sans qu’aucun délit n’ait été commis.

 

Bientôt en DVD : Résister n’est pas un crime, de Marie-France Collard, J. Laffont et F. Bellali.

14:19 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, solidaire, justice, romain, courcelles, histoire, capitalisme, repression, liberte | |  Facebook | |  Imprimer | | |