10/05/2009

02/05/2009: "Démocratie": lettre de Michel Collon au Bourgmestre et aux élus de Bruxelles ...

Lettre envoyée par Michel Collon aux bourgmestre, échevins et conseillers de
la Ville de Bruxelles, restée sans réponse. Que craint Monsieur Thielemans ?


Monsieur le bourgmestre de Bruxelles, pourquoi protégez-vous ces policiers ?

Bruxelles, 10 mars 2009,

Je vous écris pour demander que la Ville de Bruxelles applique le jugement de
la Cour d'Appel de Bruxelles, prononcé en septembre 2005. Il y a plus de quatre
ans déjà, la Cour a condamné deux policiers brutaux de la Ville de Bruxelles
qui m'avaient arrêté arbitrairement et tabassé (quatre côtes fracturées)
lors d'une manifestation pour la paix en 1999.

Mais, quatre ans après ce jugement, la Ville de Bruxelles refuse toujours de
payer ce à quoi elle a été condamnée, en tant qu'employeuse des dits
policiers. Et elle n'a toujours pas expliqué pourquoi.

Rappel des faits : En mars 99, le précédent bourgmestre, Monsieur de Donnéa,
avait pris un arrêté interdisant une manifestation dont j'étais un des
organisateurs, manifestation protestant contre les bombardements de l'Otan en
Yougoslavie. Nous l'avions fait citer au Conseil d'Etat qui avait condamné de
Donnéa, mais celui-ci avait séance tenante repris le même arrêté et mis en
place une répression très violente contre les personnes présentes.

Le jour même, les policiers Frank Van Impe et Bernard Jongen m'ont arrêté
arbitrairement et agressé à l'abri des regards. Des coups de poing et de pied
d´une extrême violence ont été assénés sans arrêt pendant tout le
transport en camionnette après mon arrestation. Bilan : 4 côtes fracturées,
diverses blessures, des semaines d´immobilisation. Tout cela, sans aucun motif
valable, mais en hurlant : " Ici il n´y a pas de caméras, tu vas voir ce que
c´est de manifester ! "

Persistant à mentir pendant des années malgré les preuves évidentes, ils ont
néanmoins été condamnés en première instance d'abord, puis en appel. Quatre
mois de prison avec sursis, 495 Euros d´amende, 2.560 Euros de dommages pour
la victime. Et aussi - c'est une première devant un tribunal pénal belge - ils
ont été également condamnés à rembourser mes frais d´avocat comme nous
l´avions demandé. Logique, puisque ce procès n´a eu lieu et n´a duré
aussi longtemps qu´à cause de leur mauvaise foi.

La Ville de Bruxelles a-t-elle appliqué le jugement ? Pas du tout. D'abord,
elle s'est pourvue en cassation. En sachant qu'elle n'avait manifestement aucun
argument. Mais elle s'est tout simplement abstenue de payer. Fin 2006, lors
d'une réunion électorale qu'il tenait dans mon immeuble, j'ai interpellé
Monsieur Philippe Close, membre du cabinet du bourgmestre. Devant la
réprobation des assistants, il s'est engagé à s'informer du dossier. Après
plusieurs rappels, la Ville a effectué le paiement de trois dixièmes de sa
dette (correspondant aux dommages). Parce qu'on était en période électorale ?
Par contre, j'attends toujours le paiement du solde. Et je n'ai pas reçu la
moindre explication, Monsieur Close refuse de répondre à mes appels.

Je ne comprends pas pourquoi le bourgmestre refuse d'appliquer une décision de
Justice et se rend ainsi complice de policiers brutaux. Je ne l'accepte pas et
suis décidé à mobiliser l'opinion publique sur Internet et en alertant la
presse.

J'ai eu la chance d'avoir autour de moi des caméras et des dizaines de
témoins, avant et après le tabassage. Vous savez comme moi que je ne suis pas
la première victime hélas de tels agissements (un de ces policiers a été
poursuivi plusieurs fois en Justice). J'ai écrit plusieurs fois au bourgmestre.
Jamais, il ne m'a répondu. Jamais, il n'a présenté des excuses ou des regrets
pour ce qui avait été commis par ses subordonnés.

Quelle image Monsieur Thielemans veut-il donner de la Ville de Bruxelles ?
Pourquoi protège-t-il des policiers brutaux ? Il a vraiment encouragé des
délinquants. En effet, lors des audiences, une vingtaine de collègues sont
venus "soutenir" les agents poursuivis. Ils narguaient le public de façon
arrogante et lorsque l'on a montré des images des blessures, ils ont ricané à
haute voix. Aussi bien en première instance qu'en appel, le tribunal a dû les
réprimander et les rappeler à l'ordre. Se sentaient-ils encouragés par leur
hiérarchie ?

Pire : après une manifestation contre la guerre en Irak, quelques années plus
tard, des policiers de Bruxelles-Ville avaient arrêté un jeune, l'avaient
plaqué au sol et le maltraitaient. Plusieurs personnes dont des avocats et
moi-même s'étaient approchés et avaient demandé de la modération aux
policiers. A ce moment, un officier qui me connaissait m'a menacé : " Une
manifestation, ça vous a pas suffi ? " Cette déclaration a été enregistrée.
Cet officier se sentait-il encouragé par son bourgmestre ? De tels faits
montrent que l'attitude du bourgmestre viole des décisions de Justice et
encourage de nouvelles brutalités policières.

Puisque le bourgmestre refuse de me répondre, j'ai décidé, dans un premier
temps, d'interpeller l'ensemble du conseil communal : Etes-vous au courant de
cette attitude qui engage la Ville ? Que pouvez-vous faire pour que Justice me
soit rendue ? Je tiens à votre disposition les jugements des tribunaux ainsi
que le courrier que j'ai envoyé au bourgmestre.

Je tiens à votre disposition tous les documents du procès. J'espère que vous
pourrez m'aider à résoudre cette affaire rapidement. Mais de toute façon,
j'irai jusqu'au bout.

Avec mes sentiments distingués

Michel Collon

19:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, presse, bruxelles, romain, belgique, democratie, silence, collon, medias, repression | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/03/2008

26/03/2008: Si on simplifiait tout ça ? ....

 -------- Message original --------

Sujet: Si on simplifiait tout ça ?
Date: Wed, 26 Mar 2008 12:22:03 +0100
De: Michel Collon <michel.collon@skynet.be>
Répondre à :: michel.collon@skynet.be


Vous désinscrire, changer ou ajouter une adresse ? Cliquer directement à :

Si on simplifiait tout ça ?
MICHEL COLLON


Quelles sont exactement les règles qui président au droit à la séparation et, plus généralement, à ce qu'on appelle l'autodétermination des peuples ? Certains nous disent s'y perdre un peu. Et en effet, à en croire nos grands médias...

En Asie, les Tibétains y ont droit. Mais pas les Irakiens, ni les Afghans.

Au Moyen-Orient, les Israéliens y ont droit. Mais pas les Palestiniens, ni les Kurdes.

En Afrique, les généraux mafieux de l'Est du Congo y ont droit. Mais pas le Sahara occidental.

En Amérique Latine, les riches provinces (de droite) de Bolivie et du Venezuela y ont droit. Mais pas les Indiens du Chili, du Mexique, etc...

Dans les Balkans, les Albanais du Kosovo y ont droit. Mais pas les Serbes du Kosovo, ni ceux de Bosnie.

En Europe occidentale, les Flamands y auraient droit, mais pas les Irlandais du Nord, ni les Basques.

Compliqué, en effet. Si on simplifiait tout ça ? N'auraient droit à l'autodétermination que ceux qui sont « avec nous ». Pas les autres.

Et tant qu'on y est, remplaçons aussi le mot « démocrate » par « avec nous » et le mot « terroriste par « contre nous ».

Voilà, la politique, c'est simple quand on veut !

26 mars 2008

Tibet, Palestine, Irak, Kosovo, Congo, Amérique Latine...
De nombreux articles sur
www.michelcollon.info
(utiliser le moteur de recherche)

19:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, histoire, belgique, chine, irak, afghanistan, kosovo, palestine, corse, flandre, bolivie, medias, silence, propagande, collon, tibet, congo, chili, mexique, irlande, kurde, presse | |  Facebook | |  Imprimer | | |