30/08/2011

C5D: VIDEO REPRESSION AU CHILI - FW: Vídeo de violencia y provoc aciones del GOPE: Asi con los pacos!!!

Tunis, Le Caire ?  Non cette répression policière a lieu dans un État “démocratique”, sauce ricano-otano-occidentale, soutenue par le Monde  “Libre”... !
RoRo
 
 
 
Sent: Sunday, August 28, 2011 7:30 PM
 
Subject: VIDEO REPRESSION AU CHILI - FW: Vídeo de violencia y provocaciones del GOPE: Asi con los pacos!!!
 
FRENCH - Pour la création d'un Comité Québec Chili
ENGLISH - For the creation of a Quebec-Chile Solidarity Committee
ESPAÑOL - Por la creación de un Comité Quebec Chile

 

 
 

Date: Sun, 28 Aug 2011 13:15:31 -0400
Subject: Vídeo de violencia y provocaciones del GOPE: Asi con los pacos!!!
From:

De : ulises_urriola@...
Envoyé le : Samedi 27 Août 2011 17h03
Objet : Asi con los pacos!!!


Divulgar y denunciar. En el exterior mandar a parlamentarios y gobiernos para exigir que la represión pare.


 
--
José Venturelli, Pediatra
Vocero del Secretariado Europeo de la Comisión Ética Contra la Tortura  CECT-SE


21:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

DH: IL Y A DIX ANS A NEW YORK ET A WASHINGTON

Sent: Sunday, August 28, 2011 5:49 PM
 
Subject: IL Y A DIX ANS A NEW YORK ET A WASHINGTON
 

http://www.rue89.com/2011/08/28/11-septembre-la-cia-savai...


http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/08...


http://www.fischer02003.over-blog.com/article-il-y-a-dix-...


Onze septembre : la CIA savait, mais pourquoi n’a-t-elle rien fait ?


Dans son livre, le journaliste Fabrizio Calvi montre que les attentats auraient pu être évités si le FBI avait été averti. Extraits.  

 

Dix-huit mois avant les attaques du 11 septembre 2001 la CIA suivait deux des futurs pirates de l'air, les Saoudiens Khalid al Mihdhar et Nawef al Hazmi. Elle savait qu'ils étaient aux États-Unis et a tout fait pour empêcher le FBI de le découvrir.

 

Dix ans après les attaques, l'ancien responsable de l'antiterrorisme de la Maison Blanche, Richard Clarke, pose une question essentielle :

 

« Pourquoi la CIA n'a-t-elle pas prévenu le gouvernement américain de la présence sur notre sol de deux agents d'Al-Qaïda réputés dangereux ? C'est un des grands mystères du 11 Septembre. »

 

De nouveaux éléments recueillis au terme d'une enquête de trois ans permettent cependant d'affirmer que cette surveillance était une opération majeure de la CIA contre Al Qaeda.


Décembre 1999, Yémen : l’ordre de Ben Laden

 

Tout commence en 1998, avec l'écoute de conversations téléphoniques d'une maison de Sana'a, capitale du Yémen, par les services de renseignements américains. La maison abrite une « centrale de la terreur » d'Al Qaeda, Les djihadistes y prennent des instructions et laissent leurs messages. Ben Laden et ses proches ont appelé ce numéro plus de deux cents fois entre 1996 et 1998.

 

Fin décembre 1999, les services américains enregistrent un appel en provenance d'Afghanistan. Ben Laden donne l'ordre à « Khalid » et « Nawaf » de se rendre à Kuala Lumpur en Malaisie pour prendre part à une réunion importante.


Une nouvelle enquête sur le 11 septembre

 

L'article de Fabrizio Calvi que nous publions est développé dans trois des chapitres du livre de son livre, « 11 Septembre, la contre-enquête », paru aux éditions Fayard.

 

« Alec Station », l'organisme de la CIA chargé de traquer Ben Laden, identifie Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi. La traque commence.

 

Le 5 janvier 2000, Khalid al Mihdhar est repéré à l'aéroport de Dubaï. Avant même qu'il n'embarque, la photocopie de son passeport est envoyée au siège d'Alec Station.

 

Le Saoudien possède un visa d'entrée pour les Etats-Unis. La photocopie est communiquée à Marc Rossini et Doug Miller, deux agents de liaison du FBI en poste au sein d'Alec Station. Ils rédigent un rapport à l'attention du Bureau, concernant l'arrivée imminente du terroriste aux Etats-Unis.

 

Mais le numéro deux d'Alec Station, Tom Whilshire, leur interdit de l'envoyer leur rapport. Placés sous l'autorité de la CIA, ils sont obligés d'obéir.

 

Marc Rossini proteste et demande des explications. « Quand nous voudrons informer le FBI, nous le ferons », lui répond une responsable de la CIA.


Janvier 2000, Malaisie : la réunion de Kuala Lumpur

 

La CIA intervient tout de même. Par manque de temps, elle alerte son homologue, la Special Branch malaise.

 

Les agents malais suivent le terroriste jusqu'à un luxueux appartement de la banlieue de Kuala Lumpur, propriété d'un riche homme d'affaire proche d'Al Qaeda, où se déroule une réunion présidée par Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau des attaques du 11 septembre.

 

But de la rencontre : finaliser deux attaques, celle contre l'USS Cole au Yémen, et celles du 11 septembre.

 

Les agents de la Special Branch suivent les deux terroristes et assistent à leur départ pour Bangkok le 8 janvier. Une équipe de la CIA se rend à l'aéroport d'arrivée, où elle perd leur trace.

 

Au QG d'Alec Station, les agents du FBI ne comprennent toujours pas pourquoi la CIA leur interdit d'informer le Bureau de l'arrivée imminente des deux terroristes aux Etats-Unis.

 

« J'étais très inquiet », dit Marc Rossini :

 

« Je savais qu'ils allaient arriver et que ça ne serait pas une visite touristique. J'avais compris que leur voyage faisait partie du show à venir. Je me demandais “Que viennent-ils faire ici ? Que veulent-ils ? ” Mais je ne pouvais rien faire. »

 

L'agent du FBI Doug Miller rédige un nouvel e-mail à l'attention de Tom Wilshire, demandant au numéro 2 d'Alec Station de lui donner par écrit les raisons qui l'ont amené à bloquer le rapport du 5 janvier 2000 destiné à alerter le FBI. Il n'obtient pas de réponse.


Mars 2000, Los Angeles : les deux kamikazes s’installent

 

Les deux djihadistes arrivent à Los Angeles ce même jour. Ils sont pris en charge par Omar al-Bayoumi, un ancien employé du ministère de la Défense saoudien que l'on dit proche des services secrets saoudiens. Ce dernier leur offre l'hospitalité et les introduit dans la communauté musulmane de San Diego, où il réside.

 

Là, les deux Saoudiens prennent des cours d'anglais et s'inscrivent pour suivre des cours de pilotage. Ils ne se cachent pas : leur nom figure dans l'annuaire de la ville.

 

Au début du mois de mars 2000, les analystes d'Alec Station reçoivent un message de la CIA de Bangkok, qui s'est aperçue avec deux mois de retard que Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi sont partis pour Los Angeles.

 

A compter de ce moment, la CIA sait officiellement que deux djihadistes sont aux Etats-Unis. Pourtant, l'équipe concernée n'avertit toujours pas le FBI.. Les agents détachés auprès d'Alec Station n'ont pas accès au message de la CIA de Bangkok, alors qu'ils auraient dû.


Mai 2000, Arabie Saoudite : un visa pour le terroriste

 

A la fin du mois de mai 2000, Khalid al Mihdhar quitte les Etats-Unis pour se rendre au Yémen et en Afghanistan. Son but : recruter les membres des commandos qui doivent s'emparer des avions. Nawaf al Hazmi reste à San Diego où d'autres pirates du 11 Septembre doivent le rejoindre.

 

Les autres pilotes kamikazes et les hommes de mains arrivent aux Etats-Unis, fin 2000 début 2001. Tous sont munis de visas d'entrée, leurs passeports sont à leur vrai nom. Presque tous suivent des cours d'aviation.

 

En mai 2001, Khalid al Mihdhar retourne en Arabie Saoudite. Il voyage sous son vrai nom et présente son vrai passeport, qui porte un signe distinctif invisible à l'œil nu, réservé aux terroristes dangereux à suivre de près. Les Saoudiens savent qu'il est membre d'Al Qaeda et l'ont dit aux Américains.

 

Khalid al Mihdhar déclare ses papiers volés : le passeport dont il se sert porte des tampons afghans et yéménites récents qui risquent d'attirer l'attention des Américains. Le premier juin 2001, il obtient un nouveau titre de voyage muni de l'indicateur le désignant comme terroriste.

 

Pour une raison que l'on ne s'explique pas, il n'a pas de date d'expiration. Personne ne s'aperçoit de l'anomalie, qui rend caduc le document, et surtout pas l'agent consulaire américain, qui lui accorde un visa d'entrée pour les Etats-Unis le 13 juin 2001.

 

Khalid al Mihdhar n'aurait jamais dû avoir de visa américain. Outre le sigle terroriste et l'absence de date d'expiration du passeport, son formulaire de demande de visa est incomplet : il a omis des indications importantes.

 

Il ment en affirmant n'avoir jamais reçu de visa américain et ne s'être jamais rendu aux Etats-Unis, alors que ce même consulat lui a délivré un visa en décembre 1999. Mais l'agent consulaire chargée du dossier, ne relève aucune irrégularité.


Juillet 2001, Washington : la CIA s’alarme

 

Pendant ce temps, la CIA tire la sonnette d'alarme et fait savoir partout qu'elle s'attend à une attaque majeure. Le 10 juillet 2001, le directeur de la CIA George Tenet rencontre Condoleezza Rice, conseillère pour la Sécurité nationale du président Bush. Tenet est accompagné du responsable d'Alec Station, qui annonce :

 

« Il y aura des attaques spectaculaires dans les mois ou dans les semaines à venir. Elles auront lieu simultanément et provoqueront des dégâts massifs. Les attaques viseront les intérêts américains, peut-être même auront-elles lieu aux Etats-Unis… »

 

Pour résumer, la CIA sait avec certitude dès les mois de juillet 2001 que Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi sont aux Etats-Unis pour participer à une attaque majeure d'Al Qaeda. Mais il lui reste encore bien des choses à découvrir.

 

Le numéro deux d'Alec Station, Tom Wilshire, a été détaché auprès du quartier général du FBI pour servir de liaison. Peut-être est-il aussi là pour s'assurer qu'il n'y a pas de fuites concernant les informations sur le sommet de Kuala Lumpur ?

 

Il est en tout cas obsédé par cette rencontre. A la fin du mois de mai, il a demandé à Margaret Gillespie, une analyste du FBI, de passer en revue ce dossier et de vérifier que rien n'a échappé aux officiers de la CIA.

 

Margaret Gillespie n'a pas accès à la totalité des informations de la CIA. Tom Wilshire ne lui dit pas qu'au moins deux des participants, Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi, sont aux Etats-Unis. Il ne confère aucun caractère d'urgence à cette recherche.


Août 2001, Washington : le déclic d’un agent du FBI

 

Le 21 août 2001, à son retour de vacances, Margaret Gillespie tombe enfin sur le rapport d'Alec Station faisant état de l'arrivée des deux djihadistes aux Etats-Unis plus d'un an auparavant. Dans les heures qui suivent, elle apprend deux nouvelles inquiétantes.

 

Nawaf al Hazmi est toujours aux Etats-Unis, où il a pris plusieurs fois des vols internes.

 

Khalid al Mihdhar est rentré aux Etats-Unis le 4 juillet 2001, et n'en est pas reparti.

 

« C'est là que j'ai eu le déclic », dira par la suite l'agent du FBI. Le lendemain, elle fait part de sa découverte à Tom Wilshire. Cette fois, ce dernier ne peut plus bloquer l'information. Le FBI ouvre enfin une enquête. Mais les choses ne se passent pas comme elles le devraient.

 

L'enquête est classée « routine », c'est-à-dire qu'elle ne comporte aucun caractère d'urgence. Nawaf al Hazmi et Khalid al Mihdhar sont placés sur les listes des terroristes à interpeller… aux frontières. Mais personne n'alerte les autorités aériennes civiles, les seules à disposer d'une liste de surveillance réservée aux vols internes.


Septembre 2001, New York : l’enquête de la dernière chance

 

Le 23 août 2001, le FBI de New York est chargé de localiser les deux Saoudiens. Mais l'affaire est confiée à un agent inexpérimenté, à peine sorti de l'école. C'est sa première enquête, il ne connaît rien à Al Qaeda. Il prend connaissance de la demande le 28 août 2001, note qu'elle est classée « routine ». L'agent du FBI commence à travailler sur les deux terroristes le 4 septembre 2001.

 

Il est la dernière chance d'arrêter les attaques.

 

L'agent du FBI interroge les banques de données des polices américaines. Il aurait dû y trouver la trace des terroristes, repérés après avoir commis des excès de vitesse. Le dernier signalement en date porte sur une voiture qu'ils ont louée le 28 août 2001. Que l'agent du FBI le voit, et il est en mesure de remonter jusqu'aux deux terroristes et tout s'arrête. Mais il ne le voit pas.

 

L'agent du FBI ne trouve pas non plus trace de Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi dans les bases de données des cartes bancaires. Or, au début du mois de septembre, les djihadistes ont acheté des billets d'avions sur le vol 77 de l'American Airlines pour la date du 11 septembre 2001.

 

L'agent du FBI n'a donc pas pu empêcher Khalid al Mihdhar, Nawef al Hazmi et trois autres djihadistes, d'embarquer à bord du vol AA 77 pour le précipiter contre le Pentagone.


Après l’attentat, les doutes de Richard Clarke

 

A l'époque, Richard Clarke, coordinateur national pour la Sécurité, supervisait toutes les opérations antiterroristes depuis la Maison Blanche. Il aurait dû être informé de l'arrivée aux Etats-Unis des deux Saoudiens :

 

« La CIA savait qu'ils étaient aux Etats-Unis et ils ne m'ont pas prévenu. Ils n'ont pas prévenu le FBI. Après le 11 Septembre, quand j'ai appris ça, j'étais indigné, j'étais fou de rage. J'ai essayé de trouver des excuses, je me suis dit qu'ils allaient trouver une excuse. »

 

Depuis, Richard Clarke a mené sa propre enquête.

 

« Maintenant, je sais que toutes les personnes responsables du contre-terrorisme de la CIA étaient au courant, à commencer par le directeur.

 

Cinquante personnes étaient au courant ! Cinquante ! Et ils l'ont su pendant un an. Et pas une seule fois pendant cette année ils ne m'ont averti ou n'ont averti le directeur du FBI.

 

Ces cinquante personnes se sont tues pendant plus d'un an. Ça, c'est un petit peu plus qu'une coïncidence.

 

Je ne veux pas échafauder de théories conspirationnistes. Mais j'aimerais trouver une explication. La Commission d'enquête sur le 11 septembre n'en a pas trouvé. Le directeur de la CIA m'appelait régulièrement pour me communiquer des informations banales. La CIA m'abreuvait d'information par écrit et par oral. »

 

George Tenet a démenti toute dissimulation

 

Après les attaques du 11 Septembre, Clarke a essayé d'obtenir une réponse du directeur de la CIA, George Tenet. En vain. Il a demandé à Dale Watson qui s'occupait du contre-terrorisme au FBI comment aurait réagi le FBI s'il avait su que deux dangereux terroristes étaient arrivés aux Etats-Unis. Dale Watson lui répondu : « On aurait mis leur photos partout, on les aurait fait circuler sur Internet. »

 

« Je lui ai alors demandé qu'elle aurait été la possibilité d'arrêter ces deux types », explique Richard Clarke. « Il m'a dit : cent pour cent » Et les attaques du 11 septembre n'auraient jamais eu lieu…

 

Face aux accusations de Richard Clarke, le directeur de la CIA d'alors George Tenet et ses deux plus proches collaborateurs ont publié le 12 aout 2011 un démenti affirmant que la CIA n'a dissimulé aucune information et rejettent la faute sur des employés subalternes et sur… des agents du FBI.

 

Le 26 août 2011 on apprenait que la CIA a fait censurer avant publication le livre de révélations à paraître d'un des plus brillants agents du FBI, Ali Soufan qui avait lui aussi tenté en vain d'obtenir des informations sur la réunion de Kuala Lumpur dès janvier 2001


Des hypothèses sur les raisons d’un tel fiasco

 

Que s'est-il passé ? Pourquoi la CIA a-t-elle tout fait pour empêcher le FBI de découvrir la présence aux États-Unis de Khalid al Mihdhar et Nawef al Hazmi ?

 

Tous les protagonistes de l'affaire que j'ai eu l'occasion d'interroger (principalement des agents du FBI) se posent des questions sur le seul grand mystère du 11 Septembre, et hasardent des hypothèses pour expliquer les manœuvres occultes de la CIA en 2001.

 

L'agence aurait-elle essayé de recruter certains des pirates de l'air ou leurs proches ?

 

On sait avec certitude que la CIA a tenté des manœuvres d'approche à deux reprises (à Kuala Lumpur et à Hambourg) auprès de comparses des djihadistes du 11 septembre.

 

On sait que les dix neuf djihadistes se sentaient surveillés lors de leurs déplacement à l'intérieur des Etats-Unis avant le 11 septembre 2001.

 

Les silences de la CIA sont-ils destinés à protéger une source proche des assaillants ? Aurait-elle été victime d'un agent triple ? Ce ne serait pas la première fois.

 

Les réponses à ces questions sont cruciales pour comprendre l'événement le plus considérable de ce début de siècle. La somme des mystères de Kuala Lumpur ne fait pas une conspiration, mais en refusant de s'expliquer, les dirigeants de la CIA nourrissent les théories les plus folles.

 

21:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/08/2011

dh: Tunisie : spectacle à venir : savoureux

 
From: Henriette Ciboulet
Sent: Monday, August 29, 2011 3:03 AM
 
Subject: Tunisie : spectacle à venir : savoureux
 


---------- Message transféré ----------
De : bouhamidi mohamed <mbouhamidi2001@...>
Date : 29 août 2011 01:58
Objet : savoureux
À : Ginette Hess Skandrani henriette3000@.....
La Voix de la Libye


 
http://www.lesdebats.com/editions/290811/les%20debats.htm

Spectacle à venir

En Tunisie, la «révolution» offre un spectacle qui doit bien amuser ceux qui s'en sont bien sortis. Le tour de passe-passe est en train de réussir à merveille. Le sacrifice de Zine El Abidine Ben Ali est en train de payer au-delà de toutes les espérances. Bien sûr, les Tunisiens ont un peu moins peur qu'auparavant, qui n'hésitent plus à faire grève ou à manifester, mais l'essentiel est que, dans leur écrasante majorité, ils ne semblent plus avoir envie de refaire les journées de janvier. La preuve : la matraque a pu être remise au goût du jour sans qu'il y ait de réactions. Les matraqués en sont quittes pour leurs blessures ou leurs ecchymoses, qui finiront par guérir, le temps que la colère se refroidisse. Au bout de la transition, une grande kermesse  va tout occulter. En attendant ce jour, toutes les mesures ont été prises pour que rien ne change. Le peuple, de toutes les façons, va avoir le vertige devant la centaine et plus de partis qui vont le courtiser. Comme c'est la première fois que ça lui arrive de voter dans ces conditions, il sera bien en peine de dire ne pas y voir la démocratie, dans toute sa plénitude. D'ailleurs, il se permet même d'être indécis à plus de 60%. D'ici qu'il se présente devant l'urne avec sa centaine de feuillets, qu'il devra trier, seul dans l'isoloir, seul avec sa conscience de citoyen qui va opter en toute liberté pour une option ou pour autre, il peut écouter les doctes positions des uns et des autres et surtout tenter de décortiquer la subtilité du débat entre «démocrates» et «islamistes», entre la promesse de «jasmin» et une supposée régression. Il faut dire qu'il n'y en a plus que pour Ennahda, ce parti qui est le seul à présenter une popularité, alors que tous les autres sont soit inconnus, soit très peu courus. Parmi ces autres, si tant est qu'ils divergent réellement, c'est la course à l'union sacrée contre le péril qui menacerait et la démocratie et l'économie et la nation. L'argument massue est la menace sur les bikinis sur les plages, sur les shorts dans les rues, sur la bière dans les bars, donc sur le tourisme, donc sur le gagne-pain du peuple, donc sur l'avenir du pays. Ce qui fait qu'en dehors d'être contre la formation de Ghanouchi, on ignore ce qu'ils proposent. Le gouvernement transitoire alimente la paranoïa. De déclarations, en mesures vis-à-vis des mosquées, il paraphe la polarisation providentielle. Les tireurs de ficelles savaient bien que le truc allait prendre. Ils savaient bien que d'un côté il y aurait des tétanisés devant la perspective islamiste et de l'autre des islamistes qui jureraient ne pas l'être. Les affaires sont sauves. La «révolution» est préservée des périls et les affaires sont hors de danger. Le système, le vrai, n'est pas tombé. Sa caricature jetée en pâture aux médias et au peuple aura fait son office. En octobre, le spectacle promet d'être grandiose, parce qu'il fermera définitivement une parenthèse qui n'aura que trop duré. Tout le monde au garde-à-vous devant la volonté du peuple qui se sera exprimée. Vraiment ? C'est ce qu'on dit. A moins qu'il se passe autre chose. Nul ne sait.

Par Ahmed Halfaoui

 
 

 

21:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/08/2011

[Blog.tdg.ch] Newsletter du blog Regard critique

 

Bonjour,

Veuillez trouver ci-dessous les dernières publications du blog Regard critique (http://regardcritique.blog.tdg.ch/).


Hausse du franc suisse et misère en Europe de l'Est

La flambée du franc suisse par rapport à l'ensemble des autres devises pose aujourd'hui de très sérieux problèmes économiques et sociaux en Europe centrale et orientale. Dès 2004-2005, les consommateurs de ces pays ont en effet souscrit d'importants emprunts libellés en francs suisses, attirés par des taux d'intérêt particulièrement bas. Depuis lors, la revalorisation continue du franc a...

Cette note a été publiée le 21.08.2011

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici

21.08.2011

Hausse du franc suisse et misère en Europe de l’Est

La flambée du franc suisse par rapport à l’ensemble des autres devises pose aujourd’hui de très sérieux problèmes économiques et sociaux en Europe centrale et orientale. Dès 2004-2005, les consommateurs de ces pays ont en effet souscrit d’importants emprunts libellés en francs suisses, attirés par des taux d’intérêt particulièrement bas. Depuis lors, la revalorisation continue du franc a accru mécaniquement le montant de leurs dettes, en même temps que celui des intérêts qu’ils doivent servir.


foreclosure-mahurin.jpgEn Pologne, 50% des crédits immobiliers aux particuliers ont été conclus en francs suisses, contre 40% en Hongrie et 16% en Croatie, pour un montant global colossal de près de 80 milliards de francs. Or, depuis 2005, le franc a renchéri d’environ 35% face au zloty polonais, au forint hongrois et à la kuna croate.

En d’autres termes, la dette des ménages d’Europe centrale et orientale est parfois supérieure aujourd’hui, en dépit du versement de dizaines de mensualités, qu’au moment de l’achat de leur bien à crédit. Pour les plus pauvres d’entre eux, les saisies et les expulsions ont déjà commencé.

Cette ponction extraordinaire sur le budget des ménages au profit des banques a déjà provoqué une baisse de la consommation de 1% en Hongrie et de 0,5% en Pologne, faisant pression sur l’activité économique générale. Pour y faire face, ces Etats ont introduit un taux de change fixe avec le franc pour le remboursement des prêts aux particuliers ; ils ont développé des possibilités de transfert à l’Etat des logements dont les propriétaires étaient devenus insolvables ; enfin, ils ont accéléré les programmes de construction de logements sociaux pour les familles ruinées.

La finance helvétique est restée silencieuse quant aux risques sociaux auxquels s'exposaient ces débiteurs étrangers. Pourtant, leurs créances, libellées en francs suisses (dont une partie est détenue par des investisseurs suisses) contribuent aujourd'hui directement à la montée de la misère dans les pays les moins bien lotis du Vieux Continent. Consentir des prêts hypothécaires (ou à la consommation) dans une devise qui est une valeur refuge, susceptible de brutales revalorisations, ne renvoie-il pas à une forme d'arnaque?

« Stopper l’immigration massive ! », matraque l’UDC sur des affiches placardées dans tout le pays à coups de millions. Pourtant, le rançonnage des petits propriétaires est-européens par un franc trop cher, auquel la BNS et les milieux économiques refusent de fixer une valeur plafond, ne revient-il pas à jeter une nouvelle vague de « plombiers polonais » et d'« aides infirmières croates » sur les routes de l’exil?


Appel européen contre la dictature financière

Des lectrices et lecteurs du journal en ligne MEDIAPART viennent de lancer cet appel international. A l'heure qu'il est, nous sommes encore peu nombreux à le soutenir à Genève et en Suisse. Il nous concerne pourtant directement. Pour le signer en ligne, il suffit d'aller à l'adresse suivante :...

Cette note a été publiée le 18.08.2011

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici

Appel européen contre la dictature financière

Des lectrices et lecteurs du journal en ligne MEDIAPART viennent de lancer cet appel international. A l'heure qu'il est, nous sommes encore peu nombreux à le soutenir à Genève et en Suisse. Il nous concerne pourtant directement. Pour le signer en ligne, il suffit d'aller à l'adresse suivante :

http://blogs.mediapart.fr/blog/les-invites-de-mediapart/180811/appel-europeen-contre-la-dictature-financiere


crise_financiere_accroche.jpgUne crise sans précédent aggrave les inégalités sociales et la pauvreté et entraîne l’Europe vers une catastrophe imminente

Nous, citoyennes et citoyens d’Europe, affirmons que cette crise n’est pas fatale comme on voudrait nous le faire croire : des solutions existent et elles doivent aujourd’hui être imposées par les peuples. Devant l’irresponsabilité de nombreux gouvernements qui font payer aux citoyens la folie des vrais responsables de la crise de la dette, à savoir les Marchés financiers, nous appelons à refuser la dictature de la spéculation financière et ses terribles conséquences sur nos vies.

Les politiques actuelles conduisent à une impasse économique

Prétextant la crise de la dette, les gouvernements imposent partout des plans de réduction des dépenses publiques qui détruisent des institutions vitales pour le bien commun : École, Hôpital, Justice, Recherche, Sécurité sociale...

Après la crise de 2008, nos dirigeants nationaux et européens s’étaient fermement engagés à limiter les effets dévastateurs de la spéculation financière : ces engagements n’ont pas été tenus ! Pire : la spéculation la plus débridée se déchaîne impunément et mine toute chance de relance économique et de réduction du chômage.

Nous refusons que la finance soit une arme qui broie les peuples au profit des plus riches

Les organismes financiers doivent être au service de la vie sociale et de l’économie, et non l’inverse. Aussi, nous affirmons qu’il faut aujourd’hui changer de politique et de modèle économique.

Nous appelons les citoyennes et citoyens des pays européens à user de tous les moyens démocratiques et pacifiques dont ils disposent pour imposer les cinq premières mesures suivantes à leurs gouvernements et aux institutions européennes :

l’annulation des plans d’austérité ;

l’interdiction de toute spéculation financière aux banques de dépôts ;

une taxe substantielle sur les transactions financières harmonisée à l'échelle européenne ;

l’audit indépendant des dettes publiques en vue de leur résorption ou de leur annulation ;

des réformes fiscales visant à redistribuer équitablement les richesses.

Nous nous déclarons solidaires de tous les Indignés et nous appelons à soutenir, développer et fédérer au niveau européen tous les mouvements de protestation.

À cette fin, nous appelons à occuper chaque dimanche, massivement et pacifiquement, les places publiques des grandes villes. Ces rassemblements hebdomadaires se répéteront aussi longtemps que la volonté des peuples n’aura pas été entendue et respectée. Ils ont vocation à se transformer en véritables forums citoyens pour la reconquête de la souveraineté des peuples.  Reprenons en main nos destins pour lutter de façon unie et solidaire contre la dictature financière !

Mille rassemblements populaires pour une Europe des citoyens !

Mille forums citoyens contre la dictature financière !

TRACKBACKS

Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://regardcritique.blog.tdg.ch/trackback/203696


Un grand poète s'est donné la mort

C'était l'un des poètes, paroliers et chanteurs les plus émouvants de la langue française. Il parlait si vrai de ce monde qui nous enchante et nous étouffe. Allain Leprest a pris de vitesse son cancer en se donnant la mort aujourd'hui, à l'âge de 57 ans. Il nous reste ses chansons.

Cette note a été publiée le 15.08.2011

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici


Plus facile d'imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme ?

Au moment où la crise financière du capitalisme atteint des proportions effrayantes, menaçant de précipiter le monde dans une dépression sans issue, les gouvernements paraissent largement démunis en raison d'un niveau d'endettement colossal et de taux d'intérêt pratiquement nuls, qu'il paraît impossible de réduire encore. Pour sortir de l'impasse, nous ne pouvons plus nous contenter...

Cette note a été publiée le 09.08.2011

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici


(voir texte et video en cliquant directement sur le blog)


09.08.2011

Plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme ?

Au moment où la crise financière du capitalisme atteint des proportions effrayantes, menaçant de précipiter le monde dans une dépression sans issue, les gouvernements paraissent largement démunis en raison d’un niveau d’endettement colossal et de taux d’intérêt pratiquement nuls, qu’il paraît impossible de réduire encore. Pour sortir de l’impasse, nous ne pouvons plus nous contenter d’expédients : il faut avoir l’audace de penser un changement de civilisation.


(voir video en cliquant directement sur le blog)

Le spectre des années trente

En effet, l’impasse actuelle du capitalisme n’est pas un accident de parcours. Elle repose sur une contradiction insoluble : les revenus globalement disponibles pour satisfaire les besoins du plus grand nombre sont largement inférieurs aux capacités de production de l’économie mondiale. Et, cet écart croissant résulte directement de la progression des inégalités sociales, qui se traduit par une consommation anémiée des couches populaires et une faible incitation à investir dans l’économie réelle.

 

D’où le recours chronique à l’endettement, qui a atteint partout la cote d’alerte, même pour la plus puissante économie du monde. Dans une conjoncture globalement mauvaise, qui fait douter des possibilités de plusieurs Etats de servir les intérêts de leurs dettes, sans parler de les rembourser intégralement, la question du défaut se pose ainsi de plus en plus sérieusement.

C’est pourquoi les agences de notation révisent constamment à la baisse la crédibilité des dettes souveraines, les Etats-Unis venant de perdre le triple A de Standard & Poor’s. Il n’y a plus aujourd’hui que treize pays à disposer de la plus haute évaluation des trois principales agences de notation, et certains d’entre eux, comme la France et l’Angleterre, paraissent à terme menacés.

Cette crise n’est pas seulement une récession comme tant d’autres. Elle marque le seuil d’une nouvelle période, où le spectre de la crise des années trente est de plus en plus évoqué. Le défaut de paiement de l’Espagne ou de l’Italie, voire l’explosion de la bulle immobilière chinoise, auraient aujourd’hui des conséquences imprévisibles, plus graves encore que la faillite de Lehman Brothers qui a provoqué la panique financière de l’automne 2008.

Croissance pour quoi, jusqu’où ?

De surcroît, le danger imminent d’une Grande Dépression coïncide avec une crise sans précédent du modèle de croissance issu de la révolution industrielle, qui a connu une son apogée dans les décennies d’après-guerre. Fondé sur une augmentation sans fin de la consommation de matières premières et d’énergies fossiles, il menace aujourd’hui la planète de pénuries graves et de perturbations climatiques majeures.

Enfin, l’ordre politique international paraît de plus en plus instable et marqué par la tendance irrépressible des Etats les plus puissants à manifester leur suprématie par le déclanchement du « feu du ciel », provoquant ruines, destructions et exodes de populations au sol, dans des conditions toujours plus inhumaines. Les milliers de noyés africains qui ont tenté de fuir la Libye sur des embarcations de fortunes depuis quelques mois ne sont plus là pour en témoigner.

Nous devons renoncer à un modèle économique et social fondé sur l’expansion permanente de la production et de la consommation matérielles. Sinon, le 21e siècle risque bien d’être un siècle de catastrophes climatiques et de guerres pour les ressources de plus en plus meurtrières. Mais une telle mutation n’est pas possible sans un changement de civilisation. Elle n’est pas compatible avec le maintien du capitalisme.

Sortir de ce système implique la poursuite de la réflexion, la multiplication des expériences et l’approfondissement du débat dans un cadre collectif et international… Cela prendra des années, c’est certain. Pendant ce temps, il est de notre responsabilité de garder ouvert le plus large espace politique, à la gauche de la social-démocratie et des verts, fondé d’abord sur l’organisation d’une résistance large face à la régression sociale et écologique en cours.

En sortir, mais comment ?

Dans cette période, la gauche combattive doit rejeter absolument deux écueils. D’abord les postures de prophète, la logorrhée verbale, le repli sectaire et les logiques de chapelle (nous sommes les seuls à avoir raison). Ensuite, les illusions dans l’aménagement possible d’un capitalisme rose ou vert, qui conduit aujourd’hui la social-démocratie et les verts à accepter tous les plans d’ajustement structurels en Europe, et à plaider pour un « développement durable » aux frais des salariés, des usagers, des contribuables et des consommateurs.

Le philosophe US Fredric Jameson a résumé un jour le drame de notre époque par cette formule lapidaire : « Il est plus facile de penser la fin du monde que la fin du capitalisme ». En d’autres termes, la crise de la gauche est largement liée à la crise de sa pensée « utopique », qui déteint sur le pessimisme ambiant. C’est sur ce terrain que le religieux fait irruption dans le politique : à défaut de penser le paradis sur cette terre, il le promet au moins au ciel…

Il est donc grand temps de construire aujourd’hui, dans la résistance à la démolition des régulations sociales et écologiques existantes, l’horizon d’une nouvelle civilisation, fondée sur la production de biens et de services utiles pour le plus grand nombre, décidée démocratiquement, visant à la réduction des inégalités sociales et des déséquilibres environnementaux à long terme.

TRACKBACKS

Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://regardcritique.blog.tdg.ch/trackback/203256

Bien cordialement,

L'équipe Blog.tdg.ch
http://blog.tdg.ch/

20:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/08/2011

Ce qui nous attend effectivement: de plus en plus de "liberté", de "droits de l'homme", de "démocr atie" ...

 
Commander une Pizza en 2015...
 
 
 
 
Vers un monde capitaliste de plus en plus "libre" et "démocratique" ...
RoRo
 
 
----- Original Message -----
To: Narmi
Sent: Wednesday, January 14, 2004 12:15 AM

Commander une Pizza en 2015... 

Standardiste : "Pizza Hut, bonjour." 
Client : "Bonjour, je souhaite passer une commande." 
Standardiste : "Puis-je avoir votre NIDN, monsieur ?" 
Client : "Mon numéro d'identification nationale (National ID Number), oui, un instant, voila, c'est le 6102049998-45-54610." 
Standardiste : "Merci Mr. Sheehan. Donc, votre adresse est bien le 1742 Meadowland Drive, et votre numéro de téléphone le 494-2366. Votre numéro de téléphone professionnel chez Lincoln Insurance est le 745-2302 et votre numéro de téléphone mobile le 266-2566. De quel numéro appelez-vous ?" 
Client : "Euh ? Je suis à la maison. D'où sortez-vous toutes ces informations ?" 
Standardiste : "Nous sommes branchés sur le système monsieur." 
Client : (Soupire) "Ah bon ! Je voudrais deux de vos pizzas spéciales à la viande..." 
Standardiste : "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée monsieur." 
Client : "Comment ça ?" 
Standardiste : "Selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol très élevé. Votre assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé." 
Client : "Aïe ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?" 
Standardiste : "Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l'adorerez." 
Client : "Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?" 
Standardiste : "Vous avez consulté les 'Recettes gourmandes au soja' à votre bibliothèque locale la semaine dernière monsieur. D'où ma suggestion." 
Client : "Bon d'accord. Donnez m'en deux, format familial. Je vous dois ?" 
Standardiste : "Ca devrait faire l'affaire pour vous, votre épouse et vos quatre enfants monsieur. Vous nous devez 49,99 $." 
Client : "Je vous donne mon numéro de carte de crédit." 
Standardiste : "Je suis désolée monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit dépasse la limite". 
Client : "J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le Livreur n'arrive." 
Standardiste : "Ca ne marchera pas non plus monsieur. Votre compte en banque est à découvert." 
Client : "Ce n'est pas vos oignons. Contentez-vous de m'envoyer les pizzas. J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?" 
Standardiste : "Nous avons un peu de retard monsieur. Elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez venir les chercher après être avoir retiré du liquide, mais transporter des pizzas en moto est pour le moins acrobatique." 
Client : "Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai une moto ?" 
Standardiste : "Je vois ici que vous n'avez pas honoré les échéances de votre voiture et qu'elle a été saisie. Mais votre Harley est payée, donc j'ai simplement présumé que vous l'utiliseriez." 
Client : "@#%/$@&?#!" 
Standardiste : "Je vous conseille de rester poli monsieur. Vous avez déjà été condamné en juillet 2006 pour outrage à agent." 
Client : (Sans voix) 
Standardiste : "Autre chose monsieur ?" 
Client : "Non, rien. Ah si, n'oubliez pas les deux litres de Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub." 
Standardiste : "Je suis désolée monsieur, mais une clause d'exclusion de notre publicité nous interdit de proposer des sodas gratuits à des diabétiques."

  


22:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

[Roma_Francais] Nord Eclair : 10 Kosovars de Clermont-Ferrand li bérés du centre de rétention de Lesquin

C’est en EURO-DICTATURE capitaliste ...   Silence !
RoRo
 
 
 
Sent: Saturday, August 20, 2011 7:17 PM
 
Subject: [Roma_Francais] Nord Eclair : 10 Kosovars de Clermont-Ferrand libérés du centre de rétention (rétention ou ... détention, emprisonnement pur et simple  ?) de Lesquin
 
 

Nord Eclair : 10 Kosovars de Clermont-Ferrand libérés du centre de rétention (?) de Lesquin

10 Kosovars libérés du centre de rétention (?)
Publié le jeudi 18 août 2011 à 11h40 - DIDIER SPECQ

La famille, interpellée à Clermont-Ferrand, avait été placée en rétention (?) à Lesquin. Photo : archives Nord éclair.

Interpellée à Clermont-Ferrand mais placé en détention au centre de rétention (?)  de Lesquin, une famille de Kosovars a été remise en liberté au nom du respect des délais de recours devant les instances européennes.

C'est une famille complète de Kosovars qui comparaissait vendredi devant le tribunal administratif de Lille. Le père et la mère, un grand-père et une grand-mère, 4 enfants.

Tous les enfants ont de moins de 10 ans. Il s'agit d'une famille venue de Clermont-Ferrand qui a été arrêtée à 7 h 45 du matin alors que les enfants, scolarisés, s'apprêtaient à partir en colonie de vacances. 
 
L'escorte de gendarmerie les a convoyés jusqu'à Lille peut-être parce que le centre de rétention (?) de Lesquin peut recevoir des familles complètes.
Toujours est-il que, hier, Me Romain Boucq contestait, devant le tribunal administratif, l'expulsion de cette famille. Ils avaient demandé le statut de réfugiés politiques mais ces "Roms" du Kosovo n'ont pas subi de violences suffisamment caractérisées, selon l'office français pour les réfugiés et les apatrides (OFPRA). «  La famille a engagé des recours devant les instances européennes après avoir reçu l'obligation de quitter le territoire; une assignation à résidence suffit largement en attendant; il n'est pas besoin de les placer dans un centre de rétention (?); ils ne sont pas SDF  » : tels sont les arguments plaidés en substance par Me Romain Boucq.

Les juges administratifs de Lille lui ont donné raison et les 10 Kosovars, adultes et enfants, ont été libérés de suite. Détail honteux: les Roms conduits à Lille n'ont pas été reconduits à Clermont-Ferrand; la famille totalement désargentée retournera comme elle peut dans le Puy-de-Dôme.
__._,_.___

20:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/08/2011

[alerte_otan] Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem

mél
 
 
----- Original Message -----
From: Olivier MONTULET
Sent: Thursday, August 18, 2011 10:34 AM
Subject: [alerte_otan] Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem
 
 

Oumma.com

Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem

Par Gilles Munier

Publié le jeudi 18 août 2011

http://oumma.com/local/cache-vignettes/L145xH80/arton6794-9e195.jpg

Les grands médias n’abordent pas la question des meurtres, viols et tortures de Libyens de race noire (Toubous), de travailleurs et d’étudiants africains des régions de Benghazi, de Misrata et de Tawergha, commis par les « libérateurs » du CNT. Bernard Henri Lévy, imposteur « droit de l’hommiste » qui avait de gros intérêts financiers dans le bois en Afrique noire, non plus.

Il a même présenté à Nicolas Sarkozy, en juillet, deux commandants rebelles venus chercher des armes. Il sait pourtant bien qu’une « Brigade de nettoyage des esclaves, des peaux noires » y sévit et que le crime de nettoyage ethnique devrait les conduire devant la Cour Pénale Internationale…

A New York, le 14 août, plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont réunis, Bd Malcom X, dans le quartier de Harlem, à l’appel de Louis Farrakhan, dirigeant de Nation of Islam, du Père Miguel d’Escoto Brockman, ancien vice-président de l’ONU, de Cynthia McKinney, membre de la Chambre des représentants (1993-2003 et 2005-2007), de Sara Flounders (cofondatrice de l’International Action Center, une organisation présidée par Ramsey Clark - ex-ministre américain de la Justice), d’ONG et de partis de gauche, pour condamner le racisme du CNT, l’agression de l’OTAN contre la Libye et l’embargo contre le Zimbabwe. Les médias n’en ont pas parlé… En France, les organisations anti-racistes se taisent.

France Irak Actualité

 Ethnic cleansing of Black Libyans (25/7/11)

Ethnic Hatred Rooted in Battle for Misrata Underlines Challenges the Nation Faces After Gadhafi

http://online.wsj.com/article/SB100...

Discours de Louis Farrakhan :

Visionner la vidéo sur Youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=hDUQjLywTRI&feature=pl...

Olivier MONTULET

« L'homme, en effet, ne pourrait jamais atteindre le possible s'il ne tentait d'abord l'impossible, et cela requiert plus de souffle que de science »

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

 
Activités récentes:
Pour vous désabonner de cette liste de diffusion, envoyez un email à :
alerte_otan-unsubscribe@yahoogroupes.fr

Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.

__,_._,___

18:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/08/2011

LML 17 août: Grande-Bretagne: L'avenir des jeunes est bloqué: qu 'on arrête de les criminaliser!

 
Sent: Wednesday, August 17, 2011 6:24 PM
Subject: LML 17 août: Grande-Bretagne: L'avenir des jeunes est bloqué: qu'on arrête de les criminaliser!
 


La lutte pour les droits de tous
Les droits des retraités de GM doivent être respectés
Un processus burlesque et un abus de pouvoir qui doivent cesser: le Comité exécutif de Toronto tranchera sur le sort des services publics

Destruction de l'industrie forestière du Québec
Fermeture de l'usine de bois d'ingénierie de Saint- Prime
AbitibiBowater affiche un profit net de 61 millions$ pour le deuxième trimestre de 2011
Plus de 18 000 travailleurs forestiers ont perdu leur emploi au Québec depuis 2005

L'éducation est un droit!
Les étudiants réitèrent leur détermination à faire échec à la hausse des frais de scolarité - Serge Lachapelle

International
Grande-Bretagne
L'avenir des jeunes est bloqué: qu'on arrête de les criminaliser! - Workers' Weekly

Estonie
Le parti au pouvoir fait la promotion d'une célébration nazie - Dougal MacDonald
Une campagne pour réhabiliter un bourreau nazi - Russia Today

La Libye
Le Canada expulse des diplomates libyens
Échecs des rebelles, multiplication des crimes de l'OTAN

Vietnam
Les victimes de la guerre chimique des États-Unis au Vietnam doivent être indemnisées - Marjorie Cohn

La Corée
La libération de la Corée du Japon
Lettre ouverte aux autorités des États-Unis et de la Corée du sud

Cuba
Le Parti communiste consolide le travail de son VIe Congrès - Yaima Puig Meneses, Granma International
La nouvelle session du Parlement cubain affirme les changements pour renforcer la révolution socialiste

===

http://www.cpcml.ca/francais/index.html

 

 

23:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

site du Comité Valmy

 
mél
 
 
----- Original Message -----
 
Sent: Tuesday, August 16, 2011 5:04 PM
Subject: site du Comité Valmy
 
       
       valmy    Comité Valmy   info@comite-valmy.org    -   www.comite-valmy.org                                                                                                                                                 nouveautés

        Le commencement de la fin par Frédéric Lordon - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1760

        RIA Novosti et Corée du nord : sur une étrange ambiguïté - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1744

        Les journalistes qui pratiquent la propagande de guerre devront rendre des comptes - Thierry Meyssan
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1759

        L’Europe, ou les Europes, en construction ? Ou en déconstruction ? Samir Amin
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1711

        La Norvège dans un monde multipolaire - Comaguer - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1757

        La Libye et la fin des illusions occidentales - Thierry Meyssan - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1758

        Falsification par un éditeur allemand livre Reines d’Afrique de Sylvia Serbin
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1754

        Le plus gros détenteur de la dette américaine n’est plus la Chine, c’est... par Marc Fiorentino, La Tribune
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1755

        Face à Marine Le Pen et à ses propos, suffit-il de dire qu’elle est "facho" ? par Jean LEVY
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1756

        Bernard Houdin, conseiller du président Gbagbo - À propos des exactions en Côte d’Ivoire : "Soit Ouattara est un         menteur, soit il est disqualifié pour gouverner"
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1753
      
       
50ème anniversaire du mur de Berlin : une analyse plus approfondie
          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1752

        L’Euro s’effondrera par Stefan Homburg -       
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1751

        Le collier de la reine, un tribut de vassalité à un suzerain ? René Naba
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1750

        Libye : selon un ex-rebelle, ils ont perdu la guerre.
Pravda.ru - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1749

        Israël, Etat juif ? Doutes français - par Alain Gresh - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1748

        Quand David cassait les vitrines - Marco D’Eramo - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1747

        Le « Grand Charles » est fatigué des Libyens - Par Ahmed Halfaoui
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1746

        L' OTAN tourne le dos à sa mission - Thierry Meyssan - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1745

        L'affaire "Renault" Comaguer et Annie Lacroix - Riz - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1743

        Des élus français en visite chez le colonel Kadhafi - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1742

        UNESCO : la Directrice générale déplore l’attaque de l’OTAN sur la télévision publique libyenne
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1741

        Défaite de l’Occident en Libye et déclin idéologique - Jean-Paul Pougala
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1736

        Tant qu’il y a de la guerre il y a de l’espoir - Manlio Dinucci - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1739

        Affaire Christine Lagarde : En quoi, de nos jours, le « détournement de biens publics » serait-il un délit ?  J Lévy
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1737

        Adresse du Président Laurent Gbagbo aux Ivoiriens - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1738

        Démocratie, réveille toi,la bourse est devenue folle -André Bellon
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1735

        Du Trocadéro à la place Victor Hugo, pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire et la libération de Gbagbo
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve594

        Nucléaire : le secrétaire du Conseil de sécurité russe arrive en Iran
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve596
 


10:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

FMJD sur les émeutes en Grande-Bretagne



 
mél
 
Subject: FMJD sur les émeutes en Grande-Bretagne
 
- Partager - Ecrire un commentaire

Wfdy logo.pngLa Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD) sur les émeutes à Londres et dans d'autres régions de Grande-Bretagne

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

La FMJD condamne les actes de violence irresponsables et les actes criminels généralisés de ces dernières nuits mais les perçoit comme un produit direct du système capitaliste, ainsi que la dangereuse insécurité et précarité qui en découle pour la jeunesse d'aujourd'hui, accompagnées d'un processus de marginalisation et d'un degré d'aliénation sans précédent.

 

Il est clair que cette colère de la jeunesse trouve à son origine un certain nombre de facteurs parmi lesquels la brutalité policière, la réduction massive des dépenses pour la jeunesse ainsi que d'autres services et une frustration générale quant à un avenir offrant bien peu de perspectives. Par ailleurs, la FMJDfait remarquer que les coupes dans les dépenses publiques ont eu un impact disproportionné autant pour la jeunesse que les groupes ethniques minoritaires.

 

Le premier et principal responsable de la vague de violence actuelle est le système dans lequel les Britanniques vivent, responsable du chômage de masse, des taux de précarité records, du coût extrêmement élevé de l'accès à l'éducation supérieure et l'accès presque impossible à un logement décent, surtout pour les jeunes générations. Il est également important de rappeler que c'est ce système qui engage la jeunesse Britannique dans des guerres uniquement pour satisfaire la soif de profits des grands monopoles nationaux et internationaux.

 

Nous partageons ce constat avec nos organisations-sœurs en Grande-Bretagne, en particulier avec les camarades de la Jeunesse communiste de Grande-Bretagne (YCL), en exigeant que l'on s'attaque aux causes profondes des troubles et de la violence et en comprenant les préoccupations réelles des jeunes dans la rue et leur frustration, tout en rejetant purement et simplement leur mode d'action consistant à vandaliser, piller et semer le chaos sans un objectif de transformation socio-économique donné.

 

En cette période extrêmement sensible, la FMJD invite tous les jeunes de Grande-Bretagne à s'organiser et à trouver les meilleurs moyens de transformer leur pays par la voie révolutionnaire, ce qui passera assurément par le renversement de l'ordre dominant et non par la destruction des biens publics ou privés, pour une Grande-Bretagne et un monde de paix, de solidarité et de transformation sociale.

 

 

Le Comité central de la FMJD

 

Budapest, le 9 août 2011

 

PS : Merci également aux camarades du Forum communiste et de la JC 67 pour avoir porté ce texte à notre connaissance

 

roger.romain@skynet.be

Mes messages portant cet intitulé " [Skynet Blogs] Newsletter du blog " en objet comporte à la fin une url de désinscription. Utilisez la pour désinscription éventuelle, svp. Merci !

10:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/08/2011

[alerte_otan] Twitter & C° accélérateurs du changement politique, social et économique...

 
----- Original Message -----
 
Sent: Wednesday, August 10, 2011 11:16 PM
Subject: [alerte_otan] Twitter & C° accélérateurs du changement politique, social et économique...
 
 

« Les manifestations en Égypte et en Iran, alimentées par Facebook, Twitter et YouTube reflètent la puissance des technologies de connexion en tant qu'accélérateurs du changement politique, social et économique », Hilary Clinton, février 2011
 
Emeutes à Londres : Twitter, bouc émissaire ?
http://www.europe1.fr/International/Emeutes-a-Londres-Twi...

Les réseaux sociaux ont été accusés de servir de relais aux émeutiers.
 
Encensés lors du Printemps arabe, les réseaux sociaux sont aujourd'hui pointés du doigt outre-Manche. Très actifs dès le début des émeutes , les médias sociaux comme Twitter sont en effet accusés d'attiser la violence. Et pour décourager les émeutiers, la police suit les réseaux sociaux, qui d'après elle, servent de relais aux assaillants.
 
Arrêtés pour avoir tweeté ?

Steve Kavanagh, l'un des commissaires adjoints de la police londonienne a même prévenu lundi que les utilisateurs de Twitter pourraient être arrêtés pour incitation à la violence lors des émeutes de Tottenham. "Les réseaux sociaux et d'autres méthodes ont été utilisés aux fins d'organiser ces niveaux de cupidité et de la criminalité", a-t-il accusé.
 
Un point de vue partagé par certains journaux britanniques comme TheDaily Mail , qui estiment que les réseaux sociaux ont joué un rôle de premier plan dans l'organisation des émeutiers. [...]
 
++++++
 
 
 
L'Otan a lancé mardi matin les raids aériens "les plus violents" sur la capitale libyenne depuis que l'alliance militaire a lancé l'opération en Libye en mars, a constaté un correspondant de Xinhua su place.
 
On pouvait entendre des explosions presque partout et les habitants ont dû s'enfuir, a rapporté le correspondant.
 
Le journaliste a aussi vu des ambulances et des pompiers se rendre en toute hâte à un endroit situé à moins de 20 km du centre-ville de Tripoli, qui avait été déjà bombardé par l'Otan il y a quelques jours.
__._,_.___
 
__,_._,___

22:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

G.B : Les limites d’un système

 
 
From: Henriette Ciboulet
Sent: Sunday, August 14, 2011 6:04 PM
 
Subject: Fwd: Tr : Tr : G.B : Les limites d’un système
 


---------- Message transféré ----------
De : bouhamidi mohamed <mbouhamidi2001@...>
Date : 14 août 2011 02:33
Objet : Tr : Tr : G.B : Les limites d’un système
À :


 
 
http://www.lesdebats.com/editions/140811/les%20debats.htm

Grande Bretagne  : Les limites d’un système

Le même qui s’agite à propos des pays « indigènes », qui fait tout pour les « démocratiser », à coup de bombes, le même se fait rattraper par l’Histoire, ce qui donne l’occasion de mesurer le grand intérêt qu’il réserve aux droits de l’homme. Les inquiétudes concernant les droits de l'Homme seraient « bidon », quand il s’agit du propre pouvoir du Premier ministre britannique David Cameron. Il le pense et le déclame sans vergogne. Les jeunes exclus, d’un système barbare qui étale son opulence devant la misère qu’il produit, ont démasqué l’hypocrisie d’une « démocratie » qui n’a cours que tant que les gens sont dopés ou qu’ils courbent l’échine. Et encore. Ces dernières années des centaines de personnes ont été tuées dans les commissariats de sa gracieuse majesté (statistiques officielles) sans qu’aucun policier ne soit inquiété. Preuve en est de la sanglante réalité d’une gouvernance que l’on nous présente comme idéale et dont les tenants ont l’outrecuidance de s’ériger en gardiens des « bonnes mœurs » politiques mondiales. Le fait que Cameron, qui assassinent les Libyens sous prétexte de les « protéger » de Kadhafi, reçoit ces messages à la mode, cette invitation de partir, n’est qu’un juste retour des choses. Pourquoi serait-ce valable pour les uns et pas pour d’autres, surtout quand ils s’en réclament. Quand les Libyens appellent le Conseil de sécurité de l’ONU, ce groupe qui gouverne le monde et dont la prodigalité en matière de résolutions « démocratisantes » est reconnue, ils ont raison. On peut chercher en vain ce qu’il y a de déplacé dans cet appel où il est demandé « au conseil de sécurité et à la communauté internationale à ne pas rester les bras croisés face à la flagrante agression contre les droits du peuple britannique». Cameron, ses comparses et ses maîtres étasuniens n’ont pas fait moins, à plusieurs reprises. Bien sûr, on le sait, ces jeunes qui manifestent sont des pillards, des voyous, des britanniques « pas de souche ». Les medias se chargent de faire en sorte qu’aucune parole d’émeutier n’émerge, que seuls les casseurs soient visibles et soient de préférence noirs ou plus ou moins basanés et la moindre tête blonde sera sortie du champ. On s’étonnera que les jeunes arrêtés n’aient pas de casier judiciaire, histoire de suggérer qu’ils devraient en avoir un. Devant les cameras viendront les victimes de vols, les bonnes âmes apeurées et les moralisateurs de services. On a même eu droit à des vedettes de football qui, du haut de leurs amas de millions d’euros, ont fustigé les émeutiers. De quoi justifier que les moyens de répression qui étaient jusque-là réservés aux Irlandais soient rapatriés et utilisés pour la première fois contre des Anglais. Ce sont les canons à eau et les balles en plastique. C'est-à-dire qu’il ne sera pas question du tout de cette « retenue » tant rappelée à d’autres. Et puis, s’il le faut on peut être certain que rien n’empêchera si les jeunes ne rentrent pas à la maison de passer à autre chose de plus efficace. La police a déjà carte blanche, elle a le droit d’aller loin et fort dans la violence, c’est prévu et l’armée viendra à la rescousse en cas de besoin.

Par Ahmed Halfaoui


 
 
 

22:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/08/2011

Imaginez que la Libye parachute...; Londres brûle, Tripoli est calme...

http://static.skynetblogs.be/media/1357/img_carre_bleu-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_none-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_less-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/arton14352-6984c-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_comments-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_1pixel-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_carre_bleu-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_none-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_less-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/arton14352-6984c-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_comments-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_1pixel-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_carre_bleu-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_none-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_grey_font_scale_less-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/arton14352-6984c-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_comments-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1357/img_1pixel-thumb.4.gif
 
mél
 
 
Sent: Friday, August 12, 2011 2:16 PM
Subject: Imaginez que la Libye parachute...;
 
 
     
2

Imaginez que la Libye parachute des armes aux "rebelles" de Londres... (Black Star News)

Black Star News
Londres brûle, Tripoli est calme.


N’est-il pas ironique que tandis que le calme règne dans les rues de Tripoli, les rues de Londres, la capitale de l’une des principales puissances engagées dans la guerre d’agression contre la Libyen, soit dévorée par le feu ?

Pour le troisième jour consécutif, il y a de violentes émeutes à Londres et elles s’étendent ailleurs — Birmingham, Liverpool, Manchester et Bristol — à la suite de la mort d’un homme de 29 ans tué par la police dans un endroit que les médias dominants appellent "un quartier occupé par différents groupes ethniques à faibles revenus".

En d’autres termes un quartier où le taux de chômage et celui des interventions policières sont élevés.

Au lieu de se concentrer sur ses problèmes sociaux et économiques, l’Angleterre est toujours engagée dans une guerre de conquête du pétrole en Libye. C’est une guerre lancée par l’imprévisible président français Nicolas Sarkozy à la demande de son ami Bernard-Henri Levy qui pensait que cette guerre dans le vent, cette guerre "chic" redorerait le blason de la France. Sarkozy n’a même pas informé son ministre des Affaires Etrangères de sa décision d’envahir la Libye et a laissé Levy trancher tel un dieu les questions de vie et de mort en Libye.

Au même moment, les USA qui se trouvent maintenant au coeur des pires crises économiques et financières de l’histoire récente refusent toujours obstinément d’approuver le plan de paix de l’Union Africaine. Le plan, soutenu par presque tous les pays africains, appelle à un cessez-le-feu et à des négociations pour une constitution et des élections démocratiques prenant en compte tous les partis et tous les citoyens libyens.

Toujours au même moment, les "rebelles" de Sarkozy se dévorent les uns les autres à Benghazi. Les "rebelles" de Sarkozy viennent d’assassiner le général Abdel Fattah Younes, leur chef militaire. Son corps criblé de balles a été brûlé et jeté dans les rues de Benghazi avec les corps de ses deux principaux officiers. Aujourd’hui les "rebelles" de Sarkozy ont dissout leur gouvernement à Benghazi. Les différentes factions "rebelles" —dont al-Qaeda et divers groupes de combattants du Front Islamique— s’accusent mutuellement et les supporters du général Younes jurent de le venger.

Est-ce qu’il s’agit bien des soi-disant "démocrates libyens" qui étaient sur le point d’obtenir que les USA leur confient les 30 milliards de dollars des avoirs libyens gelés aux USA ? Ces groupes disparates vont désormais clairement chacun de leur côté.

D’ailleurs l’attitude anti-démocratique des "rebelles" avait été auparavant cachée par les médias complaisantes dont le New York Times, CNN et la BBC. Ces médias aux mains des multinationales, toutes partisanes de la guerres de l’OTAN, avaient passé sous silence les meurtres de Libyens noirs et de travailleurs immigrés d’autres pays d’Afrique par les "rebelles" et le nettoyage ethnique des Libyens noirs de Misurata par une unité "rebelle" appelée "la brigade de nettoyage des esclaves à la peau noire" comme l’a rapporté le Wall Street Journal le 21 juin. On rapporte qu’il y a des charniers creusés au bulldozer à Benghazi ; mais on n’en parle pas dans le Times, ni à CNN, ni à la BBC.

Mais la propagande ne peut pas tout cacher.

Ironiquement, le meurtre du général Younes a été perpétré le jour même où le Royaume-Uni a sottement "reconnu" ces assassins de Libyens noirs comme les représentants "légitimes" de toute la Libye. La décision de la Grande Bretagne suivait celle de la France, de l’Italie et des USA.

Peu importe que la majorité des Libyens qui habitent dans la partie occidentale du pays, y compris le million et demi d’habitants de Tripoli, n’aient donné aucun signe qu’ils voulaient que les "rebelles" de Sarkozy dirigent le pays. Au contraire, il semblerait que plus d’un million de Libyens se soient rassemblés à Tripoli pour dénoncer les "rebelles" de Sarkozy et soutenir le gouvernement.

Les leaders anglais peuvent sans doute tirer une leçon des émeutes dans les rues de Londres ; une leçon de prudence contre l’ingérence éhontée dans les affaires d’autres états souverains.

Imaginez que la Libye soit aujourd’hui en position de parachuter des armes aux "rebelles" de Londres ; comme la France a violé la résolution 1970 des Nations Unies et a largué des armes en Libye occidentale faisant ainsi couler encore plus de sang.

Imaginez que la Libye soit en position d’envoyer des soldats en Angleterre pour entraîner les "rebelles" de Londres ; comme la France et l’Angleterre ont envoyé des douzaines de "conseillers" militaires à Benghazi pour former les "rebelles" de Sarkozy.

Imaginez que la Libye soit en position de fournir une protection aux "leaders" des "rebelles" londoniens et d’inviter d’autres pays à former un "groupe de contact" qui se réunit régulièrement pour accompagner les progrès de la "rébellion" londonienne et la soutenir financièrement.

Imaginez que la Libye soit en position d’obtenir que l’Union Africaine envoie des avions de combat dans le cadre d’une force d’Union Africaine qui bombarderait Londres et le numéro 10 de Downing Street pour "protéger les citoyens britanniques" en usant de "tous les moyens nécessaires" autorisés par l’Union Africaine.

Imaginez des hordes de journalistes favorables aux "rebelles" accourant à Londres du monde entier et écrivant des "articles" partiaux en partant uniquement du point de vue des "rebelles", tout en ridiculisant ou en jetant le doute sur les déclarations venant des sources officielles anglaises et londoniennes, y compris le premier ministre David Cameron et les officiels de la police.

Les leçons vont bien au-delà de ce qui se passe à Londres.

Les économies des USA et de l’Europe occidentale vont traverser des troubles financiers et souffrir de l’instabilité des marchés pendant longtemps ; certains pays ne retrouveront jamais leur place dans l’économie mondiale. Les coupes massives dans les services gouvernementaux —dont les forces de police— et les coupes dans les programmes d’aide sociale qui s’y ajouteront pour tenter de réduire les déficits engendreront nécessairement d’autres soulèvements sociaux.

Dans cette perspective dont les événements de Londres ne constituent que les prémices, il est grotesque que l’OTAN continue de bombarder la Libye pour aider une "rébellion" qui s’écroule pendant que les rues d’un pays membre de l’OTAN est consumé par les flammes, en attendant le suivant.

Le plan de l’Union Africaine offre une solution pacifique au conflit Libyen.

"Se réapproprier son pouvoir en disant la vérité"

Pour consulter l’original : http://www.blackstarnews.com/news/135/ARTICLE/7570/2011-0...

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 14352
http://www.legrandsoir..info/imaginez-que-la-libye-parach...
 
 
 

 

21:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

09/08/2011

Un nouveau livre: La crise de 30 ans par Henri Houben, Editions Aden

mél
 
 
----- Original Message -----
From: Jean Pestieau
Sent: Tuesday, August 09, 2011 12:33 PM
Subject: Un nouveau livre: La crise de 30 ans par Henri Houben, Editions Aden
 

Editions Aden




La crise de trente ans

de Henri Houben


Septembre 2008. La faillite de Lehman Brothers, un des symboles de la finance
moderne, provoque un cataclysme financier : les États doivent voler au secours des
grandes banques et des marchés financiers pour éviter la banqueroute totale.
Trois ans plus tard, la crise n’en finit plus de s’approfondir. L’endettement des États
est abyssal, les troubles monétaires ne semblent plus maîtrisables alors que les
citoyens se voient confrontés à une hausse vertigineuse du chômage, à un allongement
des retraites, à une privatisation massive des services publics.
Suffit-il de mettre en cause les dérives de la finance et de la spéculation ? Serait-on
confronté à un phénomène plus profond qui touche à l’essence même du système
économique actuel ? Henri Houben prend le parti de remonter aux origines de la crise
actuelle, en retournant en 1973, quand la première tempête a secoué le monde de la
production. Il décortique les multiples tentatives du système pour colmater les brèches
depuis lors. Il montre que les solutions temporaires d’hier pour surmonter les
récessions périodiques ont créé les conditions d’une crise mondiale majeure
aujourd’hui, jamais vue depuis la grande crise des années trente.
Existe-t-il encore des portes de sortie dans le système actuel ? Y a-t-il des pistes
substitutives aux politiques économiques dominantes ? Henri Houben examine ces
pistes à la loupe (des solutions néo-keynésiennes aux solutions dépassant le
capitalisme) à la recherche d’un modèle économique qui éviterait aux citoyens de payer
pour une crise dont ils ne sont pas responsables.
Henri Houben est économiste et auteur de nombreux articles sur la crise économique. Il
collabore à la revue Études marxistes et est membre d’Attac Bruxelles. Il travaille au Gresea,
un centre d’études (Bruxelles) spécialisé dans les problèmes des relations Nord-Sud et dans la
popularisation des thèmes économiques.

La crise de trente ans : à paraître aux Éditions Aden, Bruxelles, fin septembre 2011.
Prix : 25 euros


Contact Aden : gilles@aden.be / Contact Henri Houben: henri.houben7@telenet.be
POUR COMMANDER L’OUVRAGE : 25 euros
NOM : ……………………………………………
ADRESSE :……………………………………..
……………………………………………………….
Sur le compte : ÉDITIONS ADEN
44 RUE BRÉART
1060 BRUXELLES

IBAN :BE 86001457604650
BIC: GEBABEBB
 
 
 
 



 


La crise de trente ans (annonce).pdf

19:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |