30/07/2011

Mr le banquier, prends ça dans les dents!

 
 
Sent: Friday, July 29, 2011 10:39 AM
 
Subject: Mr le banquier, prends ça dans les dents!
 
Âgée mais pas Folle!
Cette lettre est un chef d'oeuvre: lettre adressée à une Banque
Ce qui suit est une lettre réelle qu'un gérant de banque a fait publier dans le New York Times, lettre d'une dame de 86 ans, cliente de sa banque.


Cher Monsieur,
Je vous écris pour vous remercier d'avoir fait rebondir mon chèque destiné à mon plombier pour mon compte du mois passé.
Je calcule qu'il s'est écoulé trois nanosecondes entre le temps où le chèque a été déposé et l'arrivée de fonds requis pour le valider.
Je fais référence, naturellement, au dépôt mensuel de mes fonds de pension, autorisation qui, je dois admettre, a été faite il y a seulement huit ans.
On devrait vous féliciter d'avoir pris ce bref moment pour saisir mon compte et le débiter d'un montant de 30,00$ en pénalité, surtout que c'était à cause d'une défaillance de votre système bancaire.
Je sursaute et cet incident me fait repenser à la manière de gérer mes finances.
Je remarque que, personnellement, je réponds à vos appels téléphoniques et à vos lettres.
Lorsque je tente de vous rejoindre, on me répond par une machine, surchargée, préenregistrée, sans visage personnel.
Voilà ce que votre banque est devenue.

À l'avenir, je, tout comme vous, choisis de faire affaire avec une personne en chair et en os.
Mes paiements hypothécaires et mes emprunts,à partir de maintenant, ne seront plus automatiques,
mais arriveront à votre banque, par chèques adressés "personnel et confidentiel"  à un ou une employé(e) de votre banque que vous aurez désigné.
Je vous fais la remarque que, si d'autres personnes ouvrent cette lettre, ils commettent une offense selon les règles de la Poste Nationale.

Vous trouverez, ci joint, le formulaire « Application Contact » que j'exige être complété par la personne que la banque désignera pour s'occuper de mon compte.
Je regrette que ce formulaire soit de huit pages. Il est fait de manière à ce que je connaisse bien cette personne autant que vous, vous en savez sur moi.

Il n'y a pas d'autres alternatives.
Aussi, prenez note que toutes copies des rapports médicaux de cette personne auront à être contresignées par un notaire public, ainsi que sa situation financière (revenus, dettes, placements et rentabilité) devra être accompagnée de preuves documentées.
En un moment opportun, selon mon temps, je soumettrai un numéro de NIPque la personne désignée aura à utiliser dans ses rapports avec moi.
Je regrette qu'il ne puisse y avoir moins que huit caractères et encore, j'ai pris modèle sur le nombre de boutons requis pour avoir accès à ma balance de compte sur votre service téléphonique.

Comme il est dit, être imité est une forme de flatterie.
Laissez-moi tenter davantage de vous imiter.
Lorsque vous m'appellerez, voici les numéros des boutons à presser :
1. Pour parler français;
2. Pour prendre rendez-vous pour un paiement manquant;
3. Pour transférer l'appel dans mon salon au cas où j'y serais;
4. Pour transférer l'appel dans la chambre à coucher au cas où j'y sommeillerais;
5. Pour transférer l'appel à la toilette au cas je répondrais à la nature;
6. Pour transférer l'appel à mon cellulaire au cas où je ne serais pas à la maison;
7. Pour laisser un message sur mon ordinateur dont un mot de passe est requis. Ce mot de passe vous sera donné plus tard lorsque j'aurai reçu le formulaire « Application Contact » mentionné plus haut;
8. Pour retourner au menu principal et réentendre les options 1 à 7;
9. Pour porter plainte ou demander des renseignements;
Le contact sera mis en attente, dépendamment du trafic de mon service de répondeur.
Vu qu'occasionnellement cela peut prendre un certains temps, une musique se fera entendre tout le temps de l'appel;
10.Regrettablement, mais suivant votre exemple, j'aurai à vous faire une facture couvrant les frais de ces nouveaux arrangements.

Puis-je vous souhaiter, si humblement, une année moins prospère!

Votre humble cliente.
 
( Ne pas oublier que cette lettre fut écrite par une dame âgée de 86 ans.)
BONNE JOURNÉE !

20:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/07/2011

BELGIQUE: Communiqué de presse : Le droit d'appeler au boycott d'Israël remis en question à Molenbeek aussi ?

Le droit de manifester, le droit de s’ exprimer, bernique: c’ est seulement inscrit dans la Constitution belge ...
Pour le reste ... ???
RoRo
 
From: nordine saidi
Sent: Wednesday, July 27, 2011 1:13 AM
To: Daniel Dekkers
Subject: Communiqué de presse : Le droit d'appeler au boycott d'Israël remis en question à Molenbeek aussi ?
 
Communiqué de presse
 

Le droit d'appeler au boycott d'Israël remis en question à Molenbeek aussi ?

 

 

La Coordination Boycott Israël a reçu une lettre de refus, sans apporter la moindre explication en réponse à une demande datée du 25 mai 2011 concernant une action de distribution de tracts  "BOYCOTT ISRAEL" et tout particulièrement de ses dattes à la sortie du métro Compte de Flandre, ce jeudi 28 juillet à 11h00. « Or, tout acte administratif doit être formellement motivé comme le prévoit la loi du 29 juillet 1991 », nous dit notre avocat.

En effet, les dattes commercialisées par les sociétés israéliennes proviennent de palmiers qui poussent sur des terres volées aux palestiniens, des colonies sauvagement construites notamment dans les Vallée du Jourdain.

 

Israël compte vendre ces dattes comme si de rien était alors que l'argent récolté (des dizaines de millions de dollars et d’euros) enrichit un État qui dépense énormément d’argent pour une politique militaire visant la poursuite de la colonisation des terres palestiniennes et de l’épuration ethnique.

 

La lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud a montré une solidarité internationale efficace et cohérente avec un peuple opprimé. C’est ce genre d’action que le peuple palestinien opprimé demande.  Depuis 2005, la société civile palestinienne, y compris les fédérations syndicales et tous les regroupements politiques syndicaux, a été unanime en demandant aux personnes de conscience et institutions du  monde entier, notamment les syndicats, d’approuver le BDS contre Israël et de mettre en œuvre ce boycott des diverses manières les mieux adaptées à leur contexte respectif. Le BDS reste le meilleur espoir de mettre fin à l’occupation par Israël, à l’apartheid et pour l’obtention des droits reconnus par l'ONU, en particulier le droit à l’autodétermination.

La liberté de manifestation comme la liberté d’expression sont des droits fondamentaux. Ils sont inscrits dans les traités internationaux, comme la Convention européenne des droits de l’homme, ainsi que dans la Constitution belge.

Nous insistons sur le fait qu’en aucun cas la critique d'un État coupable de tant d'infractions au droit international ne peut être ainsi assimilée à un quelconque racisme.

 
Par son vote de la nuit du 11 juillet 2011, la Knesset (Parlement israélien) a adopté, une loi qui érige en infraction le fait d'appeler à un boycott contre l'État d'Israël ou ses colonies de Cisjordanie.
Cette loi controversée érige en infraction civile le fait d'appeler au boycott économique, culturel ou intellectuel de personnes ou d'institutions en Israël ou dans les territoires palestiniens occupés pour des motifs politiques. Toute personne appelant à un tel boycott peut faire l'objet de poursuites et être frappé d'une amende.
« Bien que ses partisans allèguent le contraire, cette loi est une tentative flagrante de museler la dissidence et le travail de campagne pacifiques en attaquant le droit à la liberté d'expression, que tous les gouvernements se doivent de respecter, a indiqué Philip Luther, directeur adjoint du Programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International.
La commune de Molembeek suivrait-elle le mauvais élève Israël en ce qui concerne la question du boycott ?
En tous cas, nous serons nombreux ce  jeudi 28 juillet à 11h00 à la sortie du métro Comte de Flandre pour soutenir la campagne Boycott Désinvestissement Sanction.
Chacune de nos actions se veut pacifique. Nous portons nos tee-shirts verts (sur lesquels figure l’inscription “Boycott Israël/Palestine Vivra”), nous distribuons nos tracts en parlant aux gens, tout se fait dans le calme, nous ne constituons certainement pas une menace pour la sécurité.
Ces actions vont perdurer jusqu'à ce qu’Israël se conforme aux résolutions des Nations Unies et respecte les droits internationaux et humanitaires.

Contact presse : 0486/703.215


--
Nordine Saïdi
Mouvement Citoyen Palestine
http://mcpalestine.canalblog.com

19:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/07/2011

le fournisseur de fausses nouvelles sur la Syrie

http://static.skynetblogs.be/media/1357/rhama-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1357/1680479298.gif
 
From: Hess Madeleine
Sent: Tuesday, July 26, 2011 11:33 AM
To:
Subject: le fournisseur de fausses nouvelles sur la Syrie
 
 
Envoyé le : Mar 26 juillet 2011, 8h 36min 22s
Objet : Fw: le fournisseur de fausses nouvelles sur la Syrie

Ecrire un commentaire - Partager
Lundi 25 juillet 2011 1 25 /07 /Juil /2011 13:44

Cri du Peuple 1871

Rami Abdel Rahmane,

fournisseur (quasi) exclusif

de fausses nouvelles

Par Guy Delorme

info Syrie

   

Depuis des semaines, un nom revient assez souvent dans les articles consacrés par la grande presse française à la situation en Syrie : celui de Rami Abdel Rahmane.

Et pour cause, il est l’un des principaux fournisseur de « nouvelles » des agences de presse et chaînes d’info occidentales - et arabes du Golfe – sur tout ce qui a trait à l’agitation en Syrie : les estimations du nombre de manifestants anti-Bachar – ces derniers temps le compteur est bloqué à « plusieurs centaines de milliers » – c’est lui ; le nombre des victimes – civiles, forcément civiles – des forces de l’ordre du régime, c’est lui.

Lui et son « Observatoire syrien des droits de l’homme » qui a apparemment des yeux, ou des télescopes, dans tout le pays.

rhama.jpg

Apparemment la seule photo disponible sur toute la toile

du désinformateur favori des médias occidentaux

 Ici Londres : un Syrien suédois parle pour les Syriens aux Occidentaux


Il est normal et même déontologique de s’intéresser à un si efficient personnage, fournisseur quasi-exclusif de toutes les statistiques relatives à la « révolution » syrienne.


D’abord, une première précision qui a son importance, l’Observatoire de R.A.Rahmane est basé à Londres, son directeur vivant, lui, en Suède. Celui-ci est – tiens ? – un expert en informatique, spécialisé dans la formation de jeunes internautes arabes d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, bref cette fantastique « génération Facebook » censée incarner – virtuellement – la révolution démocratique en terre d’Islam.

Ecoutons sur ce point précis les claires explications de R.A.. Rahmane : « J’essaie d’aider de jeunes Arabes en Europe et au Moyen-Orient à sortir de leur milieu socio-politique et culturel et à étendre leurs horizons et voir les choses sous un angle mondial » ; on peut même, en l’espèce, parler d’angle « mondialiste américain »


C’est en tout cas depuis Londres, par ailleurs QG européen des Frères musulmans, qu’émet l’Observatoire en question. Avec un gros succès médiatique, puisque  l’OSDH s’est arrogé un quasi-monopole de l’ " information " sur la Syrie auprès d’une foultitude de médias.

Il n’est que de recenser, en France simplement,  les mentions – quasi-obligatoires – de son nom et de son sigle -dans le cours des articles du Monde, de Libération, du Figaro ou du Nouvel Observateur consacrés à la Syrie ces derniers mois.

Autant de médias dits « sérieux » qui sont incapables de fournir des informations précises et un peu développées sur leur principal informateur !

C’est vrai que l’Observatoire ne facilite pas la tâche de ses « clients » car son site n’est rédigé qu’en arabe (on a quand même une date « occidentale » sur la page d’accueil). Il est pour le moins curieux qu’un site ayant vocation à informer le monde entier des turpitudes du régime baasiste ne dispose pas au moins d’une version en anglais, non ?

L’OSDH et son jeune patron ont bâti leur crédit sur le fait qu’ils puiseraient leurs informations directement en Syrie, grâce à un équipement très « pro » en téléphone portable ou I-pad, plus internet, performant et branché sur la Syrie 24 heures sur 24. De fait, on lui doit la diffusion d’une bonne part de ces « reportages de portables » sur les manifestations, manifestations dont il est impossible d’apprécier l’ampleur véritable, ou la localisation précise dans le temps et l’espace.

Et, bien sûr, l’Observatoire a beaucoup fait pour exploiter le cadavre du malheureux Hamza, adolescent de Deraa tué par une balle perdue dans une manifestation en avril dernier, et dont le cadavre décomposé est devenu l’emblème de la cruauté du régime de Damas.

Essayons donc d’en savoir un peu plus. Selon le site « altermondialiste » ou "gauchiste" Infoguérilla qui a enquêté à travers la toile sur son cas, Rami Abdel Rahmane – ou Abdul Rahman – se présenterait comme un « journaliste indépendant » originaire d’Amman en Jordanie – où il a étudié, avant de travailler pour des agences de presse ou des médias du Proche-Orient dont le Jordanian Times. Il aurait aussi pigé pour Reuters TV, couvrant les événements de cette région.

Etabli depuis quelques temps en Suède, à Stockholm, Rami Abdel explique sur internet qu’il a notamment, dans ce pays, une activité de conférencier.

A quel propos ?

" Les médias d’information" . Il se définit aussi, bien sûr, comme journaliste, un journaliste qui a créé sa propre maison de production, dont les activités s’étendent de la radio à la télévision, en passant par la musique et les « médias sociaux » genre Facebook et Twitter.

Parmi les clients de sa boîte, la radio d’Etat suédoise. Et c’est pour l’Institut suédois de Stockholm qu’il a réalisé ou co-réalisé des programmes de mise à niveau internet estampillés "Young Leaders Visitors Program (YLV P)" , conçus – là c’est Rami qui parle – "pour fournir aux participants – jeunes faiseurs d’opinion de Suède et de pays sélectionnés dans la région MENA (Proche-Orient et Afrique du Nord - (…) qui oeuvrent activement pour un changement social dans leurs contextes respectifs (…) des outils innovants pour façonner l’opinion publique dans les médias d’avant-garde" .

Ces « outils innovants » étant, toujours selon Rami Abdel Rahmane, les fameux « médias sociaux » informatiques, « outils de changement positif. » Rami est vraiment débiteur de la Suède puisque c’est là qu’il a poursuivi ses études, présentant – à l’université d’Orebro – une thèse sur les services d’information sur internet au Proche-Orient.

On s’étonnera un peu plus, au passage, qu’un individu aussi actif – et branché nouvelles technologies -que Sami Abdel Rahmane soit aussi discret sur la toile : apparemment, la seule photo disponible de notre super-internaute démocrate, roi de Facebook et émir de Tweeter, est une capture d’écran de sa présentation de son programme YLVP (voir photo).

En regard de l’immensité d’internet, c’est assez peu.

Déstabilisation – et désinformation – assistée par ordinateur

Bref, on l’aura compris, Rami Abdel Rahmane est, comme dirait ses amis et clients anglo-saxons, « the right man in the right place » pour faire la révolution, ou au moins la déstabilisation, à distance, en Syrie plutôt qu’en Arabie Saouditeou en Suède. A ce degré de limpidité, on peut parler de « complot à ciel ouvert » !

Sami Abdel Rahmane gagne sa vie en pratiquant la « déstabilisation assistée par ordinateur ».


Evidemment « démocrate », R.A. Rahmane se définit aussi comme conservateur. Et même, bien que résidant en Suède, comme conservateur jordanien, qui soutient « les réformes » engagés en principe par le roi Abdallah, confronté lui aussi à la contestation populaire, une contestation qui a la particularité de ne pas bénéficier des conseils de pro de Rami.

La Jordanie étant, au passage, accusée par des responsables syriens d’être, dans le sillage des Saoudiens – dont la jeunesse ne bénéficie pas non plus, semble-t-il, de la formation YLVP – derrière les manifestants anti-Bachar les plus radicaux et les mieux organisés.


Encore une fois, on est pris d’un sentiment de vertige quand on mesure l’importance prise, dans le façonnage du regard international sur les événements de Syrie, par une officine dont ne sait presque rien et son patron dont on sait qu’il se voue officiellement à aider au « changement social » dans les pays arabo-musulmans qui déplaisent à Washington et ses alliés, et uniquement ceux-ci.

Dans ces conditions, nos médias, par paresse, hâte ou bonne conscience idéologique se prêtent volontairement à une désinformation de grande échelle, et aux conséquences imprévisibles.

Info syrie

 

canempechepasnicolas

14:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/07/2011

Massacre fasciste en Norvège - Fascist massacre in Norway

Les buts, les motivations, les cibles, les résultats sont connus ....
RoRo
 
Sent: Monday, July 25, 2011 12:27 PM
 
Subject: Massacre fasciste en Norvège - Fascist massacre in Norway
 

[Français] + [English]


Massacre fasciste en Norvège de 85 jeunes progressistes en raison de
leur engagement politique et leur travail d'organisation
 
Texte de l'Organisation marxiste-léniniste «Revolusjon» de Norvège

Le massacre du "Chevalier de la milice du Temple"

Le 22 juillet 2011, la Norvège a été le lieu de la pire attaque terroriste des pays scandinaves depuis la Deuxième Guerre mondiale, et peut-être du pire massacre de jeunes de ces dernières années.

Le nombre de morts est proche de 100 personnes, dont 85 sont des jeunes qui participaient à un camp d'été de l'organisation de jeunes du Parti social-démocrate ouvrier AUF.
 
Nous savons maintenant qu'il ne s'agit pas de fanatiques islamistes mais d'un jeune blond, conservateur, occidental, fondateur d'une entreprise, franc-masson et ancien membre du Parti du Progrès, Anders Behring Breivik, âgé de 32 ans.  Il est l'auteur de l'attentat à la bombe d'Oslo et du massacre of 85 jeunes membres et sympathisants de l'AUF sur l'île d'Utøya.  Il a confessé d'avoir commis ce crime.
 
Même s'il s'avère qu'il a planifié et exécuté cet attentat seul ou avec quelques complices, Anders Behring Breivik n'est pas une crapule isolée et qui a agi par hasard.  Ce crime a été soigneussement et longuement planifié et ni les idées ni les méthodes n'ont été inventées par Behring Brevik uniquement.  Il s'est inspiré d'une série d'attaques sanglantes perpétrées par des groupes terroristes chrétiens-fascistes des États-Unis qui ont eu pour cible des immeubles fédéraux, des cliniques d'avortement et des écoles.

Islamophobie et fascisme
 
Les preuves s'accumulent qu'il a fait partie d'un milieu extrêmement réactionnaire et islamophobe qui utilise l'Internet en général et un site norvégien en particulier,  www.document.no comme bouillon de culture.  Des sites de ce genre ont diffusé la haine et se sont incités mutuellement ainsi que l'utilisation active de forums de discussion des médias en ligne "sérieux".  Breivik, bien qu'il se présente comme anti-nazi et pro-sioniste, a aussi déclaré qu'il a été le fier-à-bras d'organisations nazies et lié à la «Ligue européenne de défense» fasciste.

En plus d'une haine raciste bestiale contre les musulmans et tous les "marxistes-humanistes" qui défendent les immigrants et les réfugiés, ce milieu a élaboré une conspiration basée sur la conception officielle d'une Norvège ”politiquement correcte”, representée pr le gouvernement politique du pays, qui agit soi-disant en tant que majoritié compacte liée aux déclaration haineuses "nationales" et "patriotiques" de Breivik et de ses semblables.
 
[Lire la suite dans la version originale en anglais]

RECONSTRUCTION COMMUNISTE CANADA - pueblo@sympatico.ca - Unité contre la crise, le fascisme et la guerre

 

From: georgeg@micronetix.net - To: georgeg@micronetix.net - Subject: Fw: [MLL] Fascist massacre in Norway - Date: Sun, 24 Jul 2011 19:04:22 -0400

This is from the Marxist-Leninist Organization Revolusjon of Norway.
 

Fascist onslaught in Norway has killed close to 100 people, targeting the political engagement and organization among progressive and democratic youth in particular.
 
The massacre of the Knight Templar
 
Norway was on 22 nd July 2011 site of the worst terrorist attack in the Nordic countries since the Second World War, perhaps the most systematic slaughter of young people in recent history.
 
The death toll is approaching 100, of which 85 are young people who attended the summer camp of AUF (The youth organization of the Social Democratic Labour party).
 
Now we know that it was not fanatical Islamists, but the blonde, conservative westside boy, business founder, freemasoner and former Progress Party member Anders Behring Breivik (32) who was responsible for the bomb in Oslo and the massacre of 85 young AUF-members and sympathizers on the island of Utøya. A crime he has now confessed to have committed.
 
Even if it turns out that he has carried out the deed on his own or only with a few aides, Anders Behring Breivik not an isolated and random vermin. This crime has been carefully planned over time, and neither the ideas nor the methods have been invented by Behring Brevik himself. His inspiration has evidently come from a series of bloody attacks carried out by the Christian-fascist terrorist groups in the United States, actions directed at federal buildings, abortion clinics, and school massacres carried out by individuals.
 
Islamophobia and fascism
 
More and more evidence supports the fact that he has been part of an extremely reactionary and islamophobic environment who use the Internet in general and a Norwegian site in particular,  www.document.no, as their main breeding grounds. Through sites of this type they have spread their hatred and incited one another, as well as the active use of discussion forums in the "serious" online media. Breivik, although he poses as anti-Nazi and pro-Zionist, is also reported to have been a bouncer for Nazi organizations and linked to the fascist EDP; European Defence League.
 
Besides a wildly racist hatred against Muslims and all the "Marxist-humanists" who defend immigrants and refugees, this environment has constructed a conspiratorial conception of the official ”politically correct” Norway, represented by the country's political government, which supposedly acts as a compact majority in relation to the "national" and "patriotic" hate statements of Breivik and his likes.
 
From the fact that the summer camp at Utøya (an island some 50 km off Oslo - translator's note) was the main target, it is fairly obvious that this is related to the distinct anti-racist profile of the AUF [the largest and most influential political youth organization in Norway – translator’s note], alongside with the AUFs close connection to the political center of power (the Labour party in government).
 
A Templar against Islam and Marxism
 
Breivik has recently published his detailed plans on the web, according to Dagbladet and TV2. Freemasoner member Breivik regards himself as a Templar Knight and crusader who is spearheading the struggle against Marxism and Islamism. Nevertheless - or precisely for that reason? - Breivik has never come under the searchlight of the police intelligence agency PST, which for years has been so tightly focused on the Islamist groups in Norway that the simmering racist networks have been more or less ignored. Police and military terror experts present the Islamophobes as "something quite different" than the violent Nazi groups, claiming that the distance between Breivik hateful statements and actions he has committed was so great that there was no need to suspect him. That is an explanation that does not hold water, especially as anyone with minimal knowledge of these reactionary communities know that part of the Nazi community have restyled their appearance in order to make themselves more pallatable; they are even willing to "distance" themselves from Nazi ideology if deemed necessary in order to cooperate with or infiltrate other so-called "national" groups.
 
Although Breivik's views are on the most extreme side, it is also a sad fact that Norwegian "patriotism" and hateful statements about Muslims commonly is spewed out also amongst ”Main Street Norwegians", especially when in party mood after a number of pints. We should not cover up the fact that there is a huge undercurrent of racist attitudes that systematically are amplified and inspired by the media and politicians from most parties. This has been the reality every day since the "war on terror" began in 2001. The pretty words of "inclusion" and "tolerance" is of little help when the reality is that particularly refugees, but also well-established immigrants, are encountered by the police and authorities by means of criminalization and harassment. For a number of refugees  the ”tolerance” is experienced in form of forced displacement and expelment from the country, even in violation of UN humanitarian principles.
 
The attitudes of the Norwegian society is built more on what the political elite and its bureaucracy does in practice, than by what they say in their speeches and their formal addresses.
 
The massacre should be an awakening
 
Non-European immigrants and refugees in Norway can now breathe easier. During the afternoon of 22nd July, in the hours after the explosion by the Government building, but before the shooting on Utøya became publically known, an ominous atmosphere was building up. In the media's editorial boards, the conclusion was already on the desk, but not yet printed, that this was a terrorist act committed by extreme Islamists. The spin-doctors of the Progress party (Fremskrittspartiet) were polishing their media strategy for how to sledgehammer asylum seekers and Muslims in general, and thus reverse their declining opinion polls. Hate messages directed against Muslims flourished in thousands on Twitter and Facebook throughout the afternoon this fateful Friday. We hope that these ”twitterers” are strangled by their own false words and are vomiting in shame of themselves.
 
Considering the fact that this unimaginable tragedy actually has happened, it is, after all, better that the deed was committed by a Christian, Norwegian fascist and racist than that some insane jihadists were the culprits. This might be an awakening call for ordinary people, a backlash for prejudice and everyday racism, and perhaps it can also provide the basis for a political pressure to finally ban these fascist groups and communities who camouflage their criminal racism as a "national ideology".
 
If racism and nazism is not crushed wherever it appears, the ground will continue to be fertilized for political fascist Templar Knights and mass murderers of Behring Breivik's caliber.
 
--
 
Revolusjon has in another article expressed our sympathy with the AUF and the families who have lost so many of their young and loved ones. Today we stand beside AUF also because this is a direct attack on all political youth organizations, on all young people who engage themselves politically and utilize their democratic rights and liberties to discuss and express themselves.
 
--

_______________________________________________
Marxist-Leninist-List mailing list
Marxist-Leninist-List@greenhouse.economics.utah.edu
To change your options or unsubscribe go to:
http://greenhouse.economics.utah.edu/mailman/listinfo/mar...

13:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/07/2011

Michel COLLON: Quel gouvernement pour la Belgique ?

----- Message transféré ----
De : Michel Collon <webmaster@michelcollon.info>
À : Newsletter Investig'Action - FranÁais - sauvegarde Newsletter Investig'Action - FranÁais 001 Newsletter Investig'Action - FranÁais - sauvegarde Newsletter Investig'Action - FranÁais 001 <grianala@yahoo.fr>
Envoyé le : Ven 22 juillet 2011, 18h 32min 32s
Objet : Quel gouvernement pour la Belgique ?

Changer d'adresse, inviter un ami ou vous désinscrire | Nous écrire | Participer | Israël, parlons-en !
_________________________________________________________

Investig'Action - michelcollon.info

NATIONALISME ET CAPITALISME
Menace sur les acquis sociaux : les vrais enjeux de la réforme de l'Etat belge - Gregory Mauzé

Le rêve néolibéral absolu de la N-VA - Bleri Lleshi

N
I GOUVERNEMENT, NI DEBATS

Belgique : « Nous ne voulons pas de gouvernement... ! » - Les Jeunes FGTB

La Belgique part en guerre sans gouvernement - Pascal Sacré

A
TTENTION MEDIAS !
La crise belge vue par les médias - Daniel Zamora

« Flamands travailleurs, Wallons fainéants » ? La réponse en chiffres - Herwig Lerouge

Un asile de flou nommé Belgique - Philippe Dutilleul

10:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/07/2011

[Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine

Sent: Wednesday, July 20, 2011 2:33 PM
Subject: [Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine
 
Si ce message ne s’affiche pas correctement, cliquez ici
Réseau Voltaire
Focus
Interdiction d’embarquement vers la Palestine
Les compagnies d’aviation et les États européens sont-ils aux ordres d’Israël ?
par Silvia Cattori
En bref

 
1er juillet 2011 : manifestation monstre à Tripoli
 

 
DSK bientôt libre
 

 
Saoudiens et Anglo-Saxons prennent acte de l’éloignement de leurs intérêts
 

 
Libye : la France arme et encadre les forces « rebelles »
 

 
L’OTAN détruit des installations civiles pour empêcher Thierry Meyssan de s’adresser au peuple libyen
 
Controverses
Fil diplomatique

 
Débat et vote du Sénat français sur l’intervention des forces armées en Libye
 

 
Débat et vote de l’Assemblée nationale française sur l’intervention des forces armées en Libye
 
Veille documentaire

 
Le G-20 sert-il à quelque chose ?
 

 
 
« Tendances »
L’affaire Raëd Salah : les islamistes arabes abandonnent leur « Frère » palestinien
par Pierre Khalaf, Partenaires, 18 juillet 2011
« Tendances »
Retour aux anciennes méthodes coloniales
par Pierre Khalaf, Partenaires, 11 juillet 2011
 
 
 


_______________________________________________
Voltaire-ef mailing list
Voltaire-ef@voltairenet.org
http://lists.voltairenet.org/mailman/listinfo/voltaire-ef

20:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/07/2011

BELGIQUE: Pourquoi Steven Vanackere soutient-il les rebelles libyens ?


Les pays du Benelux (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) reconnaissent le Conseil national de...
 
 

Pourquoi Steven Vanackere soutient-il les rebelles libyens ?

Les pays du Benelux (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) reconnaissent le Conseil national de transition (CNT) comme « représentant légitime du peuple libyen » a déclaré ce mercredi le ministre Steven Vanackere.


Le Conseil national de transition a été fondé le 27 février 2011, à Benghazi. Il comporte quatre fractions importantes.

Les partisans du roi Idris Senoussi qui ont leur siège en Arabie saoudite, modèle de démocratie s'il en est. Le roi Idris a pris le pouvoir avec l’aide des Britanniques à la fin de la Seconde Guerre mondiale.  Ceux-ci voulaient garder le contrôle du  pétrole lybien.  Idris  a régné en Libye jusqu’en 1969. Son pouvoir reposait sur quelques clans de l’Est de la Libye. Un rapport d'experts français (« Libye : un avenir incertain » http://www.fichier-pdf.fr/2011/07/04/rapport-libye ) affirme que ce groupe ne peut être soupçonné du moindre réflexe démocratique : il veut tout simplement remettre la maison royale au pouvoir.

Les anciens khadafistes qui jusqu’il y a peu, faisaient partie du gouvernement libyen ou de l’appareil militaire.

Les mafieux : L’Est de la Libye est depuis longtemps une sorte de port franc sur lequel les autorités n’exercent que peu de contrôle. Ces quinze dernières années, la mafia locale y a organisé un trafic d’êtres humains de l’Afrique vers l’Europe. Les rentrées de ce commerce s’élevaient à des milliards de dollars. D’après le rapport français déjà cité, ces bandes mafieuses sont responsables des agressions et assassinats racistes contre des Libyens noirs et des Africains à Benghazi.

Enfin, il y a les islamistes radicaux. Depuis les années 90, ils sont actifs en tant que Groupe islamique combattant libyen, ou GICL. Depuis 2007, ils font partie d’al-Qaïda. L’Est de la Libye est renseigné aux États-Unis comme le principal fournisseur de djihadistes qui, en Irak, sont allés combattre contre les occupants américains.

Les experts français disent encore que les forces démocratiques ne constituent qu’une petite minorité, au sein du CNT. Human Rights Watch accuse les rebelles libyens d’avoir déjà arrêté des dizaines de citoyens tout simplement parce qu’ils étaient favorables à Kadhafi. L’une des personnes arrêtées, Mohamed El-Dabr, a été torturée à mort. Les prisonniers ne peuvent s’adresser à aucun avocat et ils n’ont pas encore pu voir le moindre juge.

On serait bien curieux de savoir qui, parmi ce petit club du CNT, a pu séduire les ministres des Affaires étrangères du Benelux.

Entretemps  tous les partis belges continuent à soutenir unanimement l’engagement militaire belge dans la guerre de l’Otan contre la Libye. Même Groen! estime toujours celle-ci « nécessaire pour protéger la population civile contre les crimes de guerre ». Et cela en livrant cette même population à une bande de mafieux, alquaidistes et autres nostalgiques d'un roi au service de l'empire britannique.

Notre pays continue à verser des bombes et à débourser des millions d’euros pour mettre au pouvoir cette bande.

Plus que jamais il est nécessaire d’arriver à une solution négociée, comme le propose par exemple l'Union africaine.

14:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/07/2011

LA CHUTE DE L EMPIRE MURDOCH

EURO-DICTATURE capitaliste: c’ est pas seulement KADHAFI “qui doit partir” ... !
RoRo
 
 
 
 
From: FISCHER BERNARD
Sent: Monday, July 18, 2011 7:51 PM
 
Subject: LA CHUTE DE L EMPIRE MURDOCH
 

http://www.fr.news.yahoo.com/le-scandale-news-world-fait-tomber-les-têtes-053332457.html

http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/07/18/LA-CHUTE-DE-L-EMPIRE-MURDOCH

Le scandale News of the World inquiète David Cameron

LONDRES (Reuters) - La tempête déclenchée par le scandale des écoutes téléphoniques imputées à News of the World semble lundi se rapprocher dangereusement de David Cameron, après avoir fait tomber deux hauts dirigeants de Scotland Yard.
 
Le Premier ministre a écourté un déplacement en Afrique du Sud et rentrera mardi à Londres. Il a dû s'expliquer lors d'une conférence de presse à Pretoria sur sa gestion du scandale et sa proximité avec des responsables du tabloïd.
 
Le Premier ministre a embauché en 2007 Andy Coulson, ancien rédacteur en chef de News of the World, pour devenir son porte-parole.
 
Ce dernier venait d'être contraint à la démission en raison de l'incarcération d'un journaliste du tabloïd impliqué dans des écoutes téléphoniques. Andy Coulson a quitté en janvier ses fonctions auprès du chef du gouvernement. Il a été arrêté le 8 juillet puis libéré sous caution.
 
Le scandale des écoutes de News of the World a fait lundi une nouvelle victime au sein de la police métropolitaine. Scotland Yard a annoncé la démission de John Yates, responsable de la cellule antiterroriste, qui avait décidé en 2009 de ne pas rouvrir l'enquête sur cette affaire malgré les onze mille pages de preuves à disposition de la police.
 
Le chef de la police de Londres, Paul Stephenson, avait démissionné la veille en raison des soupçons de corruption au sein de la police et de la légèreté des enquêtes sur les accusations d'écoutes illégales portées dès 2005.
 
Les soupçons de collusion entre la police et News of the World tiennent à l'emploi de Neil Wallis, ancien rédacteur en chef adjoint du tabloïd, comme conseiller en communication de la police.
 
Paul Stephenson a également séjourné dans un établissement thermal de luxe dont Neil Wallis était l'un des conseillers en communication. L'ancien journaliste a été arrêté la semaine dernière.
 
"CRISE DE GOUVERNANCE"
 
Le scandale des écoutes a provoqué la disparition de News of the World et l'arrestation dimanche de Rebekah Brooks, ancienne rédactrice en chef du tabloïd puis patronne de News International, la branche britannique de News Corp. Elle a été libérée sous caution depuis lors. Rebekah Brooks affirme qu'elle n'était pas au courant des mises sur écoute de milliers de personnes.
 
David Cameron est un ami de Rebekah Brooks et était déjà accusé d'une trop grande proximité avec Rupert Murdoch.
 
En annonçant sa démission, Paul Stephenson a comparé à mots couverts sa situation à celle du Premier ministre.
 
Neil Wallis n'était pas lié au scandale quand il a été embauché par Scotland Yard, a souligné Stephenson, à l'inverse d'Andy Coulson, longtemps porte-parole de David Cameron.
 
"Je ne pense pas que les deux situations soient les mêmes, que ce soit sur le fond ou sur la forme", a estimé David Cameron à Pretoria.
 
"Il y a une différence avec la situation à la police métropolitaine, où de toute évidence la question de savoir si l'enquête a été menée ou non dans les règles se pose", a-t-il ajouté.
 
L'opposition travailliste a sauté sur l'occasion pour critiquer le Premier ministre.
 
"Il est frappant que Sir Paul Stephenson assume ses responsabilités et réponde aux questions (...) (tandis que) le Premier ministre persiste à refuser de reconnaître son erreur de jugement et de répondre aux questions", a dit Yvette Cooper, porte-parole du Labour sur les affaires intérieures.
 
Tim Bale, professeur de sciences politiques à l'université du Sussex, évoque une "crise de gouvernance".
 
"La démission (de Paul Stephenson) nous projette au-delà du simple cas de quelques brebis galeuses (....) On a l'impression que les choses échappent à tout contrôle."
 
Iain Dale, éminent observateur de la droite britannique, écrit sur son blog : "J'ai du mal à croire que je sois en train d'écrire ça, mais il n'est plus impossible d'imaginer que ce scandale renverse le Premier ministre, et même le gouvernement."
 
Pour autant, cette perspective est lointaine et les éléments connus jusqu'à présent ne le mettent pas réellement en danger, estime Toby Young, du journal conservateur Daily Telegraph.
 
RUPTURE
 
Les révélations sur les méthodes de News of The World et d'autres journaux de News International ont suscité une indignation générale en Grande-Bretagne. Elles ont aussi soulevé des interrogations quant à l'influence qu'exercerait Rupert Murdoch sur la classe politique.
 
Que Rupert Murdoch ait renoncé provisoirement à l'acquisition du bouquet de chaînes satellite BSkyB, fait disparaître News of The World et présenté des excuses dans la presse n'a pas suffi à éteindre la colère des Britanniques.
 
Les membres de la commission des médias comptent le soumettre à un feu roulant de questions mardi, de même que son fils et successeur présumé, James, et Rebekah Brooks.
 
La Grande-Bretagne devrait avoir les yeux rivés sur les chaînes d'information de la BBC et de Sky - dont News Corp est actionnaire - durant l'audition, qui sera retransmise en direct.
 
Elle sera l'occasion pour la classe politique britannique de mettre en scène sa rupture avec Murdoch, après avoir tenté durant des décennies de gagner le soutien de ses journaux.
 
"Je ne veux pas que nous les lynchions", a dit le conservateur John Wittingdale, président de la commission. "D'un autre côté, je ne veux pas qu'ils s'en sortent sans répondre précisément aux questions que nous avons", a-t-il dit à la BBC.
 
Une dizaine de parlementaires interrogeront le magnat et son fils dans une salle exigüe et surchauffée de la Portcullis House, une annexe du parlement.
 
Seuls cinquante journalistes ou citoyens pourront accéder à la salle. Ils devront arriver de bonne heure et jouer des coudes pour assister au spectacle.
 

 

21:32 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Le bateau français Dignité Al Karama est dans les eaux internationales. Yamin du collectif 69 Palestine est à bord !

From: Pal69
Sent: Monday, July 18, 2011 9:18 AM
 
Subject: Le bateau français Dignité Al Karama est dans les eaux internationales. Yamin du collectif 69 Palestine est à bord !
 

Communiqué

Paris le 17 juillet 2011

 

La Flottille de la liberté n'est pas morte : le bateau français « Dignité Al Karama » est dans les eaux internationales. Il est parti, laissez le passer !


Samedi 16 juillet, le bateau français Dignité al-Karama a fini par l'emporter sur les milles obstacles et tracasseries dont il a été l'objet de la part des autorités grecques. Il a quitté le port de Kastellorizo, en Grèce, et a enfin atteint les eaux internationales. À son bord, en plus des militants français, une délégation qui représente toutes les campagnes internationales menées dans le cadre la Flottille de la liberté II «Restez humains».

 

Parti à l’origine d'un port en Corse fin juin, et battant pavillon français, le Dignité Al Karama est le seul bateau qui a pu se défaire de l'interdiction de naviguer décrétée par les autorités grecques à la demande du gouvernement israélien. La campagne "Un bateau français pour Gaza" a alors décidé d'en faire le porte-parole de l'ensemble de la flottille, pour dénoncer le siège de Gaza, exiger sa levée,  et porter aux Palestiniens un message de solidarité. 

 
A son bord : Stéphane Corriveau (coordinateur du  « Tahrir », bateau canadien pour Gaza), Ayyache Derraji (Journaliste-Al Jazeera), Dror Feiler (Campagne Ship to Gaza-Sweden et président des Juifs européens pour la Paix, musicien), Hilaire Folacci (Marin), Jérôme Gleizes (Membre du bureau exécutif d’Europe Ecologie Les Verts, professeur), Stéphane Guida (Cameraman-Al Jazeera), Amira Hass (Journaliste israélienne-Haaretz), Jacqueline Le Corre (Collectif 14 de soutien au peuple palestinien et Parti communiste français, médecin), Jean Claude Lefort (Député honoraire), Jo Leguen (Navigateur), Claude Léostic (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et vice présidente de l’Association France Palestine Solidarité), Yamin Makri (Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, éditeur), Oumayya Naoufel Seddik (Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, politologue), Vangelis Pissias (Campagne Ship to Gaza-Greece, professeur), Thomas Sommer –Houdeville (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et membre de la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient),  et Yannick Voisin (Marin).

 

Le « Dignité Al Karama » porte les valeurs de la campagne Un bateau français pour Gaza et de la coalition internationale : l'exigence de justice et de droit pour mettre un terme au blocus illégal de Gaza, condamné à plusieurs reprises par la communauté internationale. Face aux menaces du gouvernement israélien, nous réaffirmons notre démarche non-violente en solidarité avec les Palestiniens.

 

Il est maintenant parti  laissez le naviguer !!!

 

http://collectif69palestine.free.fr/

 

 

14:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/07/2011

Chek-point israélien à l'aéroport Zaventem (Bruxelles): Pays “li bres”, ou pays complices du sionisme ?

 
Pays “libres”, ou pays complices du sionisme ?
 
Interdit de s’ embarquer pour la Palestine, via l’ aéroport Ben Gourion, au départ de Zaventem (Belgique) et/ou Roissy (France), sur ordre ... d’ Israël. Il faut savoir que le transit par l’ aéroport Ben Gourion est une escale obligée étant donné que le seul aéroport palestinien a été détruit par les bombardements de l’ occupant sioniste ... en 2002 (je crois)...
Ces vidéos prouvent les faits ...
Les frontières d’Israël ne sont donc plus à Tel-Aviv, mais à Bruxelles et/ou Paris ... Et les flics français et/ou belges appliquent les ordres ...
RoRo
 
 
 
 
 
From: Le Brasier
Sent: Friday, July 15, 2011 4:46 PM
To: Djamal Benmerad
Subject: Chek-point israélien à l'aéroport Zaventem (Bruxelles)
 

09:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Avec le Sirocco, l'uranium appauvri protège t-il les civils lib yens et européens? L’OTAN = Organisation des Assassins Sans Fron tières !!!

L’OTAN = Organisation des Assassins Sans Frontières !!!

RoRo
 
 
mél
 

Avec le Sirocco, l’uranium appauvri protège-t-il les civils Libyens et Européens ?

dimanche 10 juillet 2011, par Comité Valmy


Alerte ! Particules d’uranium appauvri de la Libye à l’Europe via le Sirocco

Les Romains ont donné des noms aux vents de la Méditerranée. Le Sirocco [1] est celui du SE qui vient de la Libye. Quand en Europe on découvre sa voiture, sa terrasse ou des vêtements couverts d’une poussière rouge/ocre, le coupable est le Sirocco et il sera aussi responsable de déposer en Europe les particules d’uranium appauvri avec lequel la Libye est bombardée aujourd’hui. Pour protéger les civils et sauver des vies humaines en Libye, dit-on. Et d’oublier les dommages collatéraux en Europe, dommage !

El Correo

« Les missiles qui portent des pointes dotées d’uranium appauvri correspondent à la perfection à la description d’une bombe sale … Je dirai que c’est l’arme parfaite pour assassiner un paquet de gens. » Marion Falk, experte en physique-chimique à la retraite, du Laboratoire Lawrence Livermore, Californie, Etats-Unis.

Les premières vingt-quatre heures de l’attaque contre la Libye, les B-2 des Etats-Unis ont jeté 45 bombes de 2.000 livres chacune [un peu moins de 1.000 kilos]. Ces énormes bombes avec les missiles Cruise lancés depuis des avions et des bateaux britanniques et français, contenaient des ogives d’uranium appauvri.

L’uranium appauvri est le produit de déchet du processus d’enrichissement de l’uranium. Il est utilisé dans les armes et les réacteurs nucléaires. Parce que c’est une substance très lourde, 1,7 fois plus dense que le plomb, elle est très appréciée par l’armée pour sa capacité à transpercer des véhicules blindés et des édifices. Quand une arme qui porte une pointe d’uranium appauvri frappe un objet solide, comme la paroi d’un char, elle pénètre à travers lui et après explose en formant un nuage incandescent de vapeur. La vapeur se dépose comme poussière, une poussière qui est pas seulement vénéneuse, aussi radioactive.

Un missile avec de l’uranium appauvri au moment de l’impact brûle à 10.000ºC. Quand il atteint un objectif, 30 % sont fragmentés en mitraille. Les 70 % restant s’évaporent en trois oxydes hautement toxiques, dont l’oxyde d’uranium. Cette poussière noire reste suspendue dans l’air, et selon le vent et la climatologie, peut voyager sur de grandes distances. Si vous pensez que l’Irak et la Libye sont très loin, rappelez-vous que la radiation de Chernobyl est arrivée jusqu’au pays de Galles.

C’est très facile d’inhaler des particules de moins de 5 microns de diamètre qui peuvent rester dans les poumons ou dans d’autres organes pendant des années. Cet uranium appauvri inhalé peut causer des dommages rénaux, des cancers du poumon et des os, des problèmes de peau, des troubles neurocognitifs, des anomalies chromosomiques, des syndromes d’immunodéficience et d’étranges maladies rénales et intestinales. Les femmes enceintes qui se trouvent exposées à l’uranium appauvri peuvent mettre au monde des bébés ayant des malformations. Dès que la poussière se vaporise, on ne peut pas espérer que le problème puisse disparaître de si tôt. Comme émetteur de particules alpha, l’Uranium Appauvri a une vie moyenne de 4.500 millions d’années.

Sous la doctrine militaire US « Shock and awe » (« Choc et effroi ») appliquée dans l’attaque contre l’Irak, seulement 1.500 bombes et missiles ont jetés sur Bagdad. Seymour Hersh a affirmé que la seule la « US Third Marine Aircraft Wing » (Troisième division aéroportée de la Marine des Etats-Unis) a jeté plus de « cinq cent mille tonnes de munition ». Et tout cela portait des pointes d’uranium appauvri.

Al Jazeera a informé que les forces d’invasion étasuniennes ont lancé 200 tonnes de matériel radioactif contre des édifices, des maisons, des rues et des jardins de Bagdad. Un journaliste du Christian Science Monitor a emmené avec lui un compteur Geiger jusqu’aux zones de la ville qui avaient subi une sérieuse pluie d’artillerie des troupes étasuniennes. Et il a trouvé des niveaux de radiation de 1.000 à 1.900 fois supérieur à la normale dans ces zones résidentielles. Avec une population de 26 millions d’habitants, cela signifie que les Etats-Unis ont jeté une bombe d’une tonne pour 52 citoyens irakiens, c’est-à-dire environ 20 kilos d’explosif par personne.

William Hague [ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni] a dit que nous allions en Libye « pour protéger des civils et des zones habitées par des civils ». Vous n’avez pas à regarder très loin pour voir qui et quoi se « protège ».

Dans les premières 24 heures, « les Forces Alliées ont dépensé » 100 millions de livres sterling en munitions dotées de pointe à uranium appauvri. Un rapport sur le contrôle de l’armement réalisé par l’Union Européenne affirmait que ses états membres ont signé un accord en 2009 pour l’autorisation de la vente d’armes et de systèmes d’armement à la Libye pour une valeur de 333.657 millions d’euros. La Grande-Bretagne a accordé des autorisations aux entreprises d’armement pour la vente d’armes à la Libye pour montant de 24.700 millions d’euros et le Colonel Kadhafi a aussi payé pour qu’on envoie les SAS [Service Spécial Aérien] pour entraîner en anglais sa 32e Brigade.

Je parie que dans les prochaines 4.500 millions d’années, William Hague ne va pas partir en vacances en Afrique du Nord.

David Wilson Stop the War CoalitionStop the War Coalition, 24 mars 2011.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

Notes

[1] Le sirocco ou jaloque est un vent du sud-est de la méditerranéen. Il vient du Sahara et arrive à des vitesses d’ouragan au nord de l’Afrique et au sud de l’Europe. Au nord de l’Afrique est connu sous son mot arabe Qibli (قبلی). En italien on le nomme Scirocco et Sirocco. En grec, ιρόκος (sirókos), tandis qu’en Croatie, au Monténégro et en Slovénie s’appelle Jus, et Ghibli en Libye. Le sirocco quand il arrive au sud de la France, contient plus d’humidité et il est connu sous le nom du « Marin ».

Aux îles Canaries il est oppressant, chaud et poussiéreux avec le vent s’appelle Buée. Le nom du sirocco dans le sud-ouest de l’Espagne est lebeche, xaloc en catalan. A Malte, il est connu comme xlokk. Il porte normalement une poussière rouge du Sahara et est associé aux orages et à de fortes pluies, le vent est très fort, pendant près de 4 jours. Le sirocco cause des conditions sèches le long de la côte d’Afrique du Nord, des orages en mer Méditerranée et un temps humide et froid en Europe.

Parfois il arrive jusqu’à Paris. La durée du sirocco peut être aussi brève que seulement une demie journée, mais il peut aussi durer quelques jours. Ce vent, souffle toute l’année, mais des vitesses de presque 100 kms par heure se produisent seulement en général pendant l’automne et le printemps. Il atteit son maximum en mars et novembre quand il est très chaud, avec une vitesse maximale d’autour de 100 km/h (55 noeuds). Beaucoup de gens attribuent des problèmes de santé au sirocco aussi bien dû à la chaleur et qu’à la poussière le long des régions côtières de l’Afrique. La poussière dans les vents du sirocco peut causer l’abrasion des instruments mécaniques et pénétrer dans les édifices.

Source :

http://www.elcorreo.eu.org/ ?Avec-le-Sirocco-l-uranium-appauvri-protege-t-il-les-civils&lang=fr 

et http://sos-crise.over-blog.com/article-alerte-particules-d-uranium-appauvri-de-la-libye-a-l-europe-via-le-sirocco-79012661.html

07:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14 juillet, en FRANCE, curieuse journée (III).

 
From: Hess Madeleine
Sent: Sunday, July 17, 2011 5:40 AM
 
Subject:  14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.
 
Je pense qu'Eva Joly a eu raison lorsqu'elle a dénoncé ces défilés militaires bien trop arrogants qui ne représentent en aucune façon le peuple de France. Cette armée n'est même pas indépendante puisqu'elle dépend du bon vouloir de l'OTAN, donc des USA. C'est une armée qui participe aux massacres de populations qui ne nous ont rien fait : Afghanistan, Libye, Cote d'Ivoire etc. Cette année elle a fait défiler les Dom Tom, toujours colonisés. Il me semble que le 14 juillet est la commémoration de la prise de la Bastille par le peuple de Paris. En quoi  cette armée coloniale serait-elle représentative de ce peuple ?
Ginette Hess Skandrani
 
Je ne soutiens pas particulièrement Eva Joly, vu la dérive sioniste des verts qui m'ont viré car je m'étais engagé sur la décolonisation de toute la Palestine ... mais je la trouve particulièrement courageuse lorsqu'elle ose s'attaquer à un monument comme l'armée.
Objet : Fw: 14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.


 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, July 16, 2011 10:10 PM
Subject: 14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.
 
14 juillet, Fête nationale en FRANCE: un bien nécessaire et judicieux rappel ...
Merci !
RoRo
 
 
 
Sent: Saturday, July 16, 2011 9:47 PM
 
Subject: 14 juillet, curieuse journée.
 
Transfert:
"L'anniversaire d'une révolution est devenue la fête de ce qu'il y a de plus contre-révolutionnaire, l'armée, en particulier l'armée coloniale! Fête du jacobinisme et du racisme.

Il faut pourtant savoir que jusqu'en 1953, il y avait tous les 14 juillet un défilé ouvrier. Cette année-là, La police du gouvernement Laniel a ouvert le feu sur les militants indépendantistes algériens le 1r mai
d'abord, puis le 14 juillet. Depuis cette année-là le défilé ouvrier du14 juillet a été interdit, et la manif du 1er mai réduite à un rassemblement devant la Bourse du Travail. La manif du 1er mai n'a été restaurée qu'en
1967. Retiré aux ouvriers, le 14 juillet ne leur a jamais été rendu."
que dit Eva Joly à propos du 14 juillet? Eva Joly, la candidate pas assez française selon Fillon (se prononce comme fion)
 
En fait, l'Etat français a institué le défilé militaire du 14 juillet en 1980 pour redorer l'image de l'armée française un tantinet flouté par la défaite de 1870. Depuis, l'armée française , quand elle a fait une guerre toute seule, l'a systématiquement perdue... Et devenue professionnelle elle sera peut-être le bourreau du peuple français car on peut s'attendre à tout de la part de mercenaires qui ne peuvent avoir de conscience car "commencer à réfléchir, c'est commencer à désobéir", comme l'indique le règlement miltaire.

 

 

 

 

 

Sent: Thursday, July 14, 2011 11:52 AM
 
Subject: le 14 juillet endeuillé en FRANCE ...
Le 14 juillet 2011, endeuillé en FRANCE ...
Les Français “fêtent” le 14 juillet, leur fête nationale.
Je retiendrai essentiellement que c’ est surtout l’occasion de tout un dégobillage, d’un verbiage, de déclarations militaristes, de va-t-en guerre, de la part d’ Un Etat colonialiste.
Sous couvert de patriotisme et de grandeur nationale, c’ est tout un passé de conquêtes et de guerres injustes qui ressurgit.
Comme cadeau, ce 14 juillet, les Afghans viennent d’ envoyer à la FRANCE: 6 tués.. Je dirai simplement que lorsque l’on mène la guerre à des milliers de kms de ses frontières, il faut s’ attendre à recevoir en retour des ... victimes de guerre. Les autres puissances impérialistes qui agressent l’ Afghanistan, l’ Irak, la Libye, en savent aussi quelque chose. Il doit bien y avoir un prix à payer. Les larmes de crocodiles des gouvernants ne changeront rien...
Outre, les gosses libyens odieusement massacrés par les “frappes” aveugles et/ou ciblées des ricanos-otanos-occidentaux, Sarkozy et ses complices, peuvent aujourd’hui ajouter la mort de soldats français à leur actif.
Mais ont-ils tout simplement une conscience, eux qui nous parlent de “valeurs” à défendre ?
On croit mourir pour la patrie et pour servir le pays (ici la France!) et on meurt tout simplement pour les industriels, les coffres-forts...
Et dire, que dans le passé, que nos médias aux ordres dénonçaient les parades militaires à... l’Est!
Bonne fête quand même au peuple travailleur et révolutionnaire de FRANCE !
RoRo

07:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/07/2011

AVERTISSEMENT ADRESSÉ À LA TROÏKA PAR LES INDIGNES GRECS

 
 
GRECE: pas touche aux biens et aux droits du peuple ... !
RoRo
 
From: Le Brasier
Sent: Friday, July 15, 2011 11:06 AM
To: Djamal Benmerad
Subject: AVERTISSEMENT ADRESSÉ À LA TROÏKA PAR LES INDIGNES GRECS
 

AVERTISSEMENT ADRESSÉ À LA TROÏKA, AUX BANQUES ET AUX SOI-DISANT INVESTISSEURS, LOCAUX OU ÉTRANGERS, QUI FANTASMENT SUR LES BIENS PUBLICS GRECS

 

Un gouvernement grec déchu et dictatorial qui n’est plus représentatif du peuple de ce pays, vient de voter des lois avec lesquelles il a l’intention de brader les biens publics et les territoires grecs, contre la volonté de la grande majorité du peuple grec.

Nous informons tous ceux qui y distinguent une occasion d’investissement, que nous ne tarderons pas à renverser ce gouvernement, qui sera appelé rapidement à rendre compte de ses crimes devant le peuple et le pays. Les signatures et les lois sont nulles et non avenues. Elles ne sont pas validées par le peuple grec, qui ne les reconnait pas.

Nous mettons en garde tout soi-disant investisseur, qu’il ne lui vienne pas même à l’esprit de s’approcher de quelque vente aux enchères de nos biens publics ou braderie de nos territoires, et encore moins de penser à les acheter. À part le fait qu’il perdra tout ce qu’il a acheté quand nous retrouverons la souveraineté de notre pays en tant que peuple, les sommes qu’il aura dépensées pour ces achats illégitimes ne lui seront pas remboursées.

De même nous le prévenons que jusqu’à ce que nous recouvrions le contrôle du pays, dans le cadre de la défense de nos droits tels qu’ils découlent de la constitution grecque mais aussi des droits des peuples et des personnes reconnus internationalement, nous ferons tout ce qui est nécessaire par le biais de notre auto-organisation pour annuler en fait et en acte et pour saboter tous les éventuels investissements de ce type.

Que nul soi-disant investisseur n’ose faire ses courses dans les biens publics soldés et les territoires bradés en Grèce, sauf s’il se rend compte des hauts risques que courent ses investissements. Dans ce cas, ses investissements seront "bien reçus" dans notre pays, qui, quand son peuple se voit privé de liberté, sait donner naissance à des héros et se livrer à de haut-faits de résistance.

L’assemblée populaire de la Place Syntagma

Source : http://real-democracy.gr/

Qui sommes-nous?

Nous sommes des gens ordinaires. Nous sommes comme vous : tous les matins nous allons étudier, travailler, ou rechercher un emploi, nous avons une famille, des amis. Nous sommes des personnes qui travaillons dur tous les jours afin de vivre et d’offrir un avenir meilleur au gens qui nous entourent.

Certains d’entre nous sont progressistes, d’autres conservateurs. Certains ont des « convictions », d’autres pas. Certains ont une idéologie bien définie et d’autres sont apolitiques. Mais les développements politiques, économiques et sociaux en cours nous inquiètent et nous indignent tous. Nous sommes indignés par la corruption des hommes politiques, des hommes d’affaires et des banquiers… Indignés par le fait que les gens normaux se sentent sans défense.

Cette situation nous blesse tous au quotidien. Cependant, si l’on s’unit tous ensemble, on peut changer la situation. L’heure est venue pour que nous commencions à bâtir une société meilleure.

Nous pensons que :

- L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, la durabilité écologique et  le développement, le bien-être et le bonheur des gens sont les priorités de toute société avancée.

- Il existe des droits fondamentaux qui doivent être protégés au sein de notre société : le droit au logement, à l’emploi, à la culture, à la sante, à l’éducation, à la participation politique, au développement personnel libre, le droit des consommateurs, le droit à une vie saine et heureuse.

- Le gouvernement et le système économique fonctionne actuellement d’une telle manière qu’ils sont incapable de respecter ses priorités et représentent aujourd’hui un obstacle au progrès humain.

- La démocratie signifie le gouvernement du peuple (du grec demos = peuple, et kratos = état), et cela devrait s’appliquer. Cependant, nous savons que notre système politique ne veut même pas nous écouter. Leur devoir devrait être de transmettre notre voix aux institutions nationales et internationales, de faciliter la participation des citoyens par le biais de canaux de communication directe, de fonctionner en faveur de la société au sens large et pas uniquement en faveur des riches qui prospèrent sur notre dos, et non pas de suivre fidèlement les ordres dictés par les grands intérêts économiques qui infligent cette dictature et partitocratie.

- Le fait que le pouvoir soit concentré entre les mains d’une minorité créé des inégalités, provoque des frictions, engendre des injustices et abouti à la violence. Et cela, nous le rejetons. Ce modèle économique obsolète enferme la dynamique productive sociale dans un cercle vicieux où les quelques riches deviennent plus riches et la grande majorité se noie dans la pauvreté et la misère. Et c’est ainsi que nous nous effondrons. Le seul but du système consiste en l’accumulation des capitaux au prix de l’efficacité et de la prospérité de la société.

- Le gaspillage de ressources mène à la destruction de la planète, engendrant ainsi du chômage, et les citoyens consommateurs constituent  une pièce centrale d’un mécanisme créé dans le but d’enrichir une minorité tout en ignorant nos besoins.

- Nous sommes anonymes mais sans nous, rien ne  pourrait exister étant donné que c’est nous qui faisons fonctionner le monde. Si notre société apprenait à ne pas avoir confiance en ces divers rendements économiques abstraits dont peu bénéficient, nous pourrions éradiquer ces abus et ces manques dont nous souffrons tous aujourd’hui. Une révolution éthique est nécessaire… Nous sommes des êtres humains et non pas les marchandises d’un marché.

Je suis en colère par tout cela.
Je pense que l’on peut changer cela.
Je pense que je peux aider.
Je sais qu’on peut y arriver ensemble
Tous ensembles nous le pouvons. Avec nous, c’est votre droit.

Information envoyée par Bruno Arfeuille .

18:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/07/2011

L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 2 7

L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 27
 
SALOPERIE DE GUERRE !
RoRo
 
 
Subject: Fw: L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 27
mél
 
L’’engagement militaire en Libye est maintenu

le 13 juillet 2011

 

 

 (Note de RoRo: avec eux, la “démocratie”, la “liberté”, l’”égalité”, la “justice”, la “fraternité”, les “droits de l’ homme” et “humanitaires” tombent du ciel ...)

 

Les députés français ont voté hier soir en faveur de la poursuite de l’‘intervention armée de la France en Libye, à 482 voix contre 27 (principalement les communistes).

Les sarkoziens, la droite, le centre, les verts, les “socialistes”, même combat impérialiste, otanien et colonialiste !

 

Les communistes et le député PS des Landes Henri Emmanuelli ont voté contre. Ce dernier a invoqué « la liberté des peuples à s’autodéterminer. »

 

Le résultat du vote effectué hier 12 juillet sur la prolongation de l'intervention militaire en Libye est sans appel. A l'Assemblée nationale, 482 députés ont voté pour, et seulement 27 contre. Au Sénat, 314 élus ont voté pour, 24 contre. Cette consultation au Parlement a été rendue obligatoire par les modifications constitutionnelles adoptées en 2008.

 
Nicolas Dupont-Aignan s'est bâillonné d'une écharpe tricolore, mardi après-midi, à l'Assemblée nationale, lors des débats sur la prolongation ou non de l'intervention française en Libye. Comme plusieurs élus, il protestait contre l'impossibilité pour les neuf députés non inscrits de s'exprimer individuellement, alors que les parlementaires, désignés par chaque groupe politique constitué, eux, ont pu s'exprimer. 


Elu non inscrit de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan a rappelé qu'«à chaque débat dans cet hémicycle, les députés (...) qui n'appartiennent à aucun groupe ont un temps de parole de cinq minutes». Or, déplore t-il, «comme par hasard, quand il s'agit de discuter [...] de la question de la Libye, le temps de parole des non inscrits est supprimé (...). C'est indigne de notre hémicycle, nous sommes élus comme les autres, nous représentons autant que chacun notre peuple», s'est-il exclamé avant de se bâillonner durant l'intervention du Premier ministre François Fillon.
 
 

13:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

le 14 juillet endeuillé en FRANCE ...

Le 14 juillet 2011, endeuillé en FRANCE ...
 
Les Français “fêtent” le 14 juillet, leur fête nationale.
 
Je retiendrai essentiellement que c’ est surtout l’occasion de tout un dégobillage, d’un verbiage, de déclarations militaristes, de va-t-en guerre, de la part d’ Un Etat colonialiste.
 
Sous couvert de patriotisme et de grandeur nationale, c’ est tout un passé de conquêtes et de guerres injustes qui ressurgit.
 
Comme cadeau, ce 14 juillet, les Afghans viennent d’ envoi à la FRANCE: 5 tués. Je dirai simplement que lorsque l’on mène la guerre à des milliers de kms de ses frontières, il faut s’ attendre à recevoir en retour des ... victimes de guerre. Les autres puissances impérialistes qui agressent l’ Afghanistan, l’ Irak, la Libye, en savent aussi quelque chose. Il doit bien y avoir un prix à payer. Les larmes de crocodiles des gouvernants ne changeront rien...
 
Outre, les gosses libyens odieusement massacrés par  les “frappes” aveugles et/ou ciblées des ricanos-otanos-occidentaux, Sarkozy et ses complices, peuvent aujourd’hui ajouter la mort de soldats français à leur actif.
 
Mais ont-ils tout simplement une conscience, eux qui nous parlent de “valeurs” à défendre ?
 
On croit mourir pour la patrie et pour servir le pays (ici la France!) et on meurt tout simplement pour les industriels, les coffres-forts...
 
Bonne fête quand même au peuple travailleur et révolutionnaire de FRANCE !
 
RoRo

10:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

francofolies ou françaphonie? billet d'humeur

mél
 
 
 

Merci de bien vouloir lire ceci et, si vous le jugez utile, de le diffuser autour de vous.

G. Gastaud

« FRANCOFOLIES »  ou   FRANçAPHONIE ?

APPEL A LA RESISTANCE LINGUISTIQUE ET CULTURELLE.

Par Georges Gastaud[1]

 

Il se prénomme Kévin et à défaut de ménager la langue française, il « manage » les Francofolies de La Rochelle avec l’assurance d’un petit commercial bardé de certitudes vendeuses. Et il nous apprend, sans que France-Info qui l’interroge ce 12 juillet ne l’interpelle sur sa politique linguistique suicidaire, que le festival de La Rochelle, qui fut longtemps un bastion de la création francophone et de la vraie diversité, a de nouveau programmé cet été une série de chanteurs « français » qui, reniant la langue de Brassens, de Ferrat, de Léo, de Vigneault, de Brel et de Barbara, mais aussi de Pottier et de Clément (L’Internationale et le Temps des cerises n’ont pas été écrits en anglais que l’on sache !) , s’expriment dans l’unique idiome estampillé par la mondialisation capitaliste, par les « majors » de l’industrie culturelle, par le snobisme des milieux bobo, avec à l’arrière-plan, les giga-prédateurs de l’impérialisme états-unien.

 

Cerise sur le gâteau (pardon : last but not least), France-Info nous apprend, sans faire le moindre commentaire, que les Francos 2011 ont choisi… le 14 juillet pour mettre principalement en vedette des chanteurs anglophones ! Le 14 juillet, c’est-à-dire un jour où l’on célèbre encore, dans certains coins reculés de l’hexagone, ces bricoles ringardissimes que sont la prise de la Bastille, la fête nationale et la devise liberté, égalité, fraternité... Sir Kevin ne nous dit pas si, à l’occasion de cette minable provocation, tout-à-fait digne de notre étrange pays partagé entre la xénophobie d’Etat et l’autophobie nationale, la Marseillaise sera enfin traduite dans l’unique idiome qui vaille désormais aux yeux de l’« élite mondialisée » : si tel était le cas, on propose de traduire le very shocking appel révolutionnaire « Aux armes citoyens ! » par « God save the Queen ! », ou mieux encore, par « In God we trust ! », comme il est cyniquement écrit sur chaque billet d’1 dollar...

 

Certes, pour ménager les vieux routiers des Francos, on a demandé à B. Lavilliers et à quelques autres VRAIS créateurs francophones de cautionner ce festival à la dérive. Dame ! il faut bien justifier à la marge l’intitulé des Francos et sans doute, les subventions publiques (?) toujours bonnes à prendre que facilite ce type de dénomination menteuse… Marianne est bonne fille et les institutions de la Francophonie sont décidément bien apathiques, pour ne pas dire plus !

 

Bien entendu, on nous rétorquera qu’il faut être « ouvert », « moderne » et « pluriel » : ce sont ces trois adjectifs-choc qu’avancent systématiquement les dominants quand ils entreprennent de casser un acquis social, un patrimoine culturel ou une conquête démocratique. Car le « pluralisme » commande évidemment qu’en France on chante (de moins en moins…) en français ET DE PLUS EN PLUS en anglais, qu’en Italie on chante (encore un peu) en italien ET TOUJOURS PLUS en anglais, qu’en Allemagne on (ne) chante (presque plus !) en allemand ET ENORMEMENT en anglais, pour ne rien dire des chansons suédoise, flamande, norvégienne, etc. déjà réduites à l’état de folklore ! CA, c’est du pluralisme et de l’ « ouverture » ! D’autant plus que, pour parfaire ce « pluralisme » linguistique à sens unique, les bacheliers d’outre-Manche et d’outre-Atlantique ne sont désormais plus tenus d’apprendre une langue étrangère et que les créations culturelles non-anglophones sont méthodiquement barrées par les médias anglo-saxons !

 

On nous dira naturellement que « c’est la liberté ! », que « les gens font comme ils le sentent », et autres pseudo-évidences que matraque à longueur d’année la pensée unique néolibérale : mais sous le masque de la « concurrence libre et non faussée » grignotant l’ « exception culturelle », se dissimule en fait le diktat de monopoles capitalistes mondiaux qui installent patiemment, -qui plus est sous le nom de « liberté »-, la première méga-dictature de l’histoire qui sera bientôt parvenue à éliminer tout « ailleurs » géographique ou mental. Libre aux médias de cacher aux bonnes gens que les maîtres du CAC 40 (du « caca-rente » ?), que les eurocrates bruxellois, que le gouvernement Sarkozy, les Chatel, Pécresse, Kouchner, Lagarde et Cie, font tout pour nous imposer la langue unique de la maternelle à l’université en passant par l’entreprise, où des salariés en sont réduits à engager l’action syndicale pour obtenir le droit élémentaire de travailler en français en France ! C’est le Baron Seillères, ex-patron du MEDEF et ex-président du « syndicat » patronal Business-Europe qui l’a proclamé en 2003 au nez et à la barbe de Chirac : l’anglais doit rapidement devenir LA « langue des affaires et de l’entreprise » de toute l’Europe[2] ! Ce qui signifie en clair que toute autre langue est condamnée à mort dans l’espace public. Dans ces conditions, il est triste que tant de pseudo-« créateurs », dont beaucoup se croient sincèrement contestataires (la bonne conscience ne coûte pas cher !) obtempérent en toute inconscience aux ordres du Big Brother « managérial » : la servitude n’est jamais si totale que lorsqu’elle reste invisible aux esclaves, qu’elle s’installe aux cris de « vive la liberté ! » et qu’elle dispose des moyens de censurer et de stigmatiser les rares voix dissidentes qui osent encore dire « non » et non pas, à longueur de journée, « yèèèèèès ! » et « OK »…

 

C’est pourquoi l’ami de la chanson francophone, des luttes anticapitalistes, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et de la diversité culturelle que je suis, suggère aux hommes et aux femmes qui veulent résister à la langue unique, à la culture unique, à la pensée unique, à l’économie unique, en un mot, à l’abrutissement généralisé, de…

 

a)    réclamer que les Francofolies aient la pudeur de changer de nom ; leur intitulé actuel frise la pub mensongère et n’utilise le clin d’œil à la francophonie que pour mieux installer le monopole musical de l’anglais dans la jeunesse tout en « folklorisant » en douceur l’extraordinaire héritage poétique et chansonnier de notre pays ;

 

b)   exiger qu’aucune subvention publique ne soit désormais accordée à des spectacles dans lesquels des chanteurs français chantant en globish collaborent à l’entreprise totalitaire de banalisation du tout-anglais ;

 

c)    De réfléchir aux moyens nécessaires pour mettre en place un vrai festival francophone indépendant du « chobiz » et d’un gouvernement UMP traîtreusement acquis au tout-anglais. Un festival ouvert à tous les pays francophones dans la diversité de leur parler-français, à tous les usages du français, des plus savants aux plus populaires, mais aussi aux chansons en occitan, en basque, en breton, en corse, en catalan, etc., sans oublier les langues de l’immigration : arabe, berbère, wolof, chinois, etc. Un festival qui n’aurait pas pour but principal le fric, la com ‘ et l’auto-reproduction d’un appareil commercial s’abritant derrière les mots « jeunesse » et « ouverture culturelle », etc. Un festival qui ferait le lien entre la défense de toutes les langues de France et du monde, et la résistance antifasciste, antiraciste, anti-impérialiste, au monstre impérialiste et totalitaire qui, sous le nom faisandé de mondialisation, impose partout le despotisme sans rivage de l’oligarchie financière, fût-elle fardée de couleurs « flashy » et « internationalistes » par tous les colla-bobos de France et d’ailleurs.

 

d)   De mettre sur la sellette, à l’occasion des prochaines échéances électorales, tous les politiciens qui, par incurie ou par calcul, collaborent en tous domaines, -enseignes commerciales, entreprise, recherche, médecine, université, lycées et bientôt… école maternelle-, au viol en réunion de l’article II de la Constitution : « la langue de la République est le français », sans parler de la loi Toubon de 1994, votée à l’unanimité par le parlement, et quotidiennement violée dans la plus parfaite indifférence des autorités constituées.

 

Cet appel s’adresse d’abord aux amis de la langue et de la chanson françaises, notamment aux écrivains, aux poètes, aux musiciens… Mais il interpelle aussi le travailleur, le jeune de milieu populaire, l’enseignant, le démocrate, le républicain, l’internationaliste véritable. Car la langue française demeure encore à ce jour le premier service public (gratuit !) de la République française et des autres pays francophones ; et bien qu’attaquée de toutes parts, elle constitue encore une digue solide contre le totalitarisme linguistique, contre la marchandisation de la culture et contre l’idéo-formatage mondial : si le français finit par s’écrouler, quelle langue, quelle culture, quelle chanson ne seront-t-elles pas englouties par le raz-de-marée impérial du tout-à l’américain ? La marginalisation planifiée de notre langue est porteuse d’énormes discriminations contre les couches populaires de tous les pays, et d’abord contre la jeunesse que l’on gave de sous-produits culturels en globish ; plus généralement, la « langue » unique porte en elle le risque d’une disparition rapide de toutes les langues (y compris de l’anglais en tant que langue porteuse d’histoire et de civilité) et de la culture elle-même ; car langues et cultures n’ont jamais prospéré que dans et pour l’échange : mais quels échanges subsisteront-ils vraiment quand l’altérité linguistique aura définitivement sombré, quand, politique de substitution linguistique des Franco-Déni, du grand patronat et du gouvernement « français » aidant, la chanson française sera à jamais devenue un « fait exotique » dans notre propre pays ?

 

(1) Je ne vois aucun inconvénient à ce que les Franco invitent à l’occasion des anglophones issus de pays anglophones ; sans toutefois les survaloriser : car sauf exception, on ne peut attendre aucune réciprocité outre-Manche ou outre-Atlantique- pour des chanteurs francophones, germanophones, etc., à l’occasion de très grands évènements culturels et médiatiques…

 

 



FRANCOFOLIES.docx

09:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

13/07/2011

Sarkozy, combien d'enfants as-tu tués cette nuit ?

Sarkozy, combien d'enfants as-tu tués cette nuit ?
 
témoignage sur place de Michel COLLON, journaliste belge bien connu ...
 
From: Xarlo@...
Sent: Wednesday, July 13, 2011 10:41 AM
To:
Subject: Crimes contre l'Humanité... qui osera les emmener devant un tribunal?
 
Il s'agit pourtant d'un génocide contre le monde arabe dans son ensemble... Nuremberg?
les tueries "humanitaires", ça suffit !!
 
 
 

 

12:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/07/2011

pourquoi Strauss-Kahn a perdu la partie

Un point de vue de plus, quand même assez intéressant, avec quelques arguments assez bien pensés ... Toujours attendre et voir, bien sûr ...
L’ Affaire continue .....
RoRo
 
Sent: Sunday, July 10, 2011 3:39 PM
Subject: pourquoi Strauss-Kahn a perdu la partie
 
 

 
 
 
 
 
 
STRAUSS-KAHN :

French writer and human rights activist Claude Ribbe has created a Support Committee for Nafissatou Diallo

Dominique Strauss-Kahn, the French ex-managing director of the International Monetary Fund, rich, powerful, famous, bloated with arrogance and vanity, is accused by a perfectly ordinary, hard-working African Muslim immigrant in New York of attempting to rape her and forcing her against her will to engage in sexual acts.

Because the ambitious Dominique Strauss-Kahn – the self-proclaimed future president of the French republic – claims to be a leftist, because he was the favourite of the French socialist party for the 2012 election, one shocked part of the French ruling class hastily denied the facts, thus revealing its own racism, sexism, Islamophobia and complete disdain for those in a humble position.

By virtue of the principle whereby a defendant is innocent until proven guilty, the accused has become the victim and the presumed victim has been referred to by the mediocre "elites", the experts on misinformation that control the media world in France, as being guilty of having taken part in a so-called "conspiracy". And the rape has become a mere "roll in the hay".

It was minimised because "no lives were lost". The supposed attacker was pitied because of his "fragility". And to crown it all, the fact that the presumed rapist was accused has been presented as a "new Dreyfus affair"...

 
 
 
L'écrivain français Claude Ribbe forme un comité de soutien à Nafissatou Diallo
victime présumée de Dominique-Strauss-Kahn

retrouvez aussi Claude Ribbe sur Facebook

et sur Twitter 


 www.claude-ribbe.com

 
 
Comité de soutien à Nafissatou Diallo
 
 
Le Français Dominique Strauss-Kahn, président du Fonds monétaire international, riche, puissant, célèbre, boursouflé d’arrogance et de vanité, est accusé d’avoir violé une femme de chambre, une immigrée africaine musulmane sans histoires travaillant dur à New York.
Parce que l’ambitieux Dominique Strauss-Kahn - autoproclamé futur président de la République française - se dit de gauche, parce qu’il était le favori du parti socialiste français à l’élection de 2012, une partie de la classe dirigeante française, sous le choc, s’est empressée de nier les faits, révélant ainsi son racisme, son sexisme, son islamophobie et son mépris total pour les plus humbles.
Au nom de la présomption d’innocence, l’accusé est devenu victime et la victime présumée a été immédiatement désignée par les médiocres «élites», expertes en désinformation, qui occupent le terrain médiatique en France comme coupable d’avoir participé à un prétendu «complot». Le viol est devenu un «troussage de domestique».
Il a été minimisé parce qu’il n’y avait « pas mort d’homme ». On a plaint l’agresseur présumé pour sa «fragilité». Enfin, la mise en accusation du violeur présumé a même été présentée comme une «nouvelle affaire Dreyfus»....
 
  
 
 
 
Claude Ribbe est écrivain, réalisateur et éditeur. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le Diable noir (Alphée).
© Claude Ribbe tous droits réservés  | Transférer cet e-mail à un ami | Visitez mon site | Visitez mon Blog

 

21:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

FRANCE: 11députés pour instaurer un fichage généralisé

A la poubelle l’étoile jaune de David! Aujourd’hui en EURO-DICTATURE capitaliste, nos “démocrates” en peau de lapin font beaucoup mieux que sous Hitler, Horthy, Franco, Mussolini et Salazar...

La science et les moyens ont évolué favorablement que diable!  Pour garantir notre “sécurité” et notre protection contre le terrorisme des ... autres.
Le Monde “libre” va de l’ avant ....
Vous ajoutez à cela, les caméras, les écoutes téléphoniques, la censure du courrier et de l’Internet, les polices spéciales, SD, européanisées, ...
Demain, tous ceux qui aujourd’hui laissent faire, et qui dorment tranquilles, s’ en morderont les doigts. Mais, il sera de nouveau trop tard ...
Voir ci-dessous ...
RoRo
 
 
 
Étoile_jaune_en_français.svg
 
 
mél
 
Sent: Sunday, July 10, 2011 5:48 PM
Subject: 11députés pour voter un fichage généralisé
 
Société > 11 députés pour voter un fichage généralisé. Démocratie représentative (...)
 11 députés pour voter un fichage généralisé. Démocratie représentative ?

Le 7 juillet 2011, 11 députés sur les 577 que comptent l'Assemblée Nationale ont discuté et voté une loi concernant la protection de l'identité et ont ainsi rendu possible le fichage généralisé sous des prétextes fallacieux.

Compte-rendu du débat

Cette loi vise à mettre en œoeuvre une nouvelle Carte Nationale d'Identité (CNI) électronique. Cette carte sera équipée de deux puces. L’une rassemblera les informations régaliennes, à savoir le nom de famille, le ou les prénoms, le sexe, la date et le lieu de naissance du demandeur, le nom dont l’usage est autorisé par la loi, si l’intéressé en a fait la demande, son domicile, sa taille et la couleur de ses yeux, ses empreintes digitales (celles de 8 doigts), sa photographie. L’autre, optionnelle, lui permettra de s’identifier sur les réseaux de communications électroniques et de mettre en oeœuvre sa signature électronique.

La puce dite régalienne sera une puce sans-fil RFID, permettant une lecture des informations de manière électronique et à distance.

Toutes ces données seront conservées dans un fichier unique, le TES.

Etudions tout cela point par point :

1. De l’usage d’une carte électronique

La CNI électronique doit permettre une meilleure protection face à la fraude. Aujourd’hui, est avancé le nombre de 200 000 cas d’usurpation d’identité. De combien de cas pourraient être réduit ce chiffre grâce à l’arrivée de la CNI électronique ? Un millier peut-être ? En effet, les vérifications électroniques des données contenues dans une CNI seront extrêmement rares : hormis en douane et aux postes de police, nulle ne sera à même de vérifier la validité des informations inscrites sur la CNI !

Ainsi, il est peu vraisemblable que l’utilisation d’une CNI électronique ait le moindre impact sur les chiffres des cas d’usurpation d’identité.

2. L’enregistrement des empreintes digitales

A la création de cette nouvelle CNI, les empreintes digitales de 8 de vos doigts seront relevées et alimenteront la puce régalienne et le fichier central. A l’instar des criminels, suspects, prévenus et gardés à vues (liste non exhaustive).

3. La puce optionnelle

Une puce, purement optionnelle et suivant le bon désir du porteur, pourra être configurée afin de fournir une méthode fiable et sécurisée de justifier de son identité sur les réseaux de communications électroniques (à savoir principalement internet). Certainement pour le plus grand bonheur de Jean-Louis Masson, qui avait proposé de mettre un terme à l’anonymat sur internet (cf. http://www.senat.fr/leg/ppl09-423.html). Ainsi, pourrait par exemple apparaître l’obligation de s’identifier sur son poste avant une séance de surf afin de justifier de son âge et d’autoriser ou pas l’accès à des sites web pornos (comme le propose Christian Vanneste http://www.christianvanneste.fr/2011/07/06/acces-des-mineurs-aux-sites-pornographiques-d%E2%80%99internet/)

4. Le RFID

La technologie RFID permet de transmettre des informations sans aucun contact. La lecture ne peut se faire qu’à faible distance, mais certaines technologies permettent une lecture à plusieurs dizaines de mètres. Par ailleurs, le porteur d’une puce RFID n’est nullement informé de la lecture des données de la puce.

Par ailleurs, les puces RFID actuellement mise en œoeuvre au sein des passeports biométriques ou des cartes d’identités britanniques présentent des failles permettant la récupération des informations et donc la copie vers une autre puce, ouvrant la voie à des possibilités d’usurpation. Ainsi, la CNI britannique avait été hackée et clonée en 12 minutes le jour de sa sortie malgré les sécurités mises en place (cf. http://www.01net.com/editorial/504855/la-future-carte-didentite-britannique-nest-pas-tres-secure/)

5. La base TES

La base TES « Titres Electroniques sécurisés » rassemblera toutes les informations recueillies dans les deux puces de la CNI ainsi que les données actuelles des passeports biométriques pour une durée de 15 ans. Bien entendue, cette durée sera prorogée à chaque renouvellement du document, soit tous les 5 ans.

Ce fichier contiendra donc toutes les informations d’identification de 45 à 50 millions de porteurs de de ces documents administratifs.Cette base sera bien entendue protégée, uniquement accessible aux personnes dûment habilitées et fera l’objet d’un traçage des connexions. Ceci-dit, l’explosion, ces derniers temps, des actes de piratage fait craindre la possibilité que le contenu de cette base puisse être volé.

6. Le vote

La proposition de loi a été débattue lors d’une session de la séance du jeudi 7 juillet 2011 à 15h. 11 voies ont été enregistrées pour le vote. 11 députés sur les 577 nous représentant.

MPEG4 - 1.5 Mo
Le vote à l’Assemblée Nationale

(j’ai uniquement pu comptabiliser 4 « pour » et 4 « contre »)

 

----------------

 

NDLR : "Serge Blisko, député PS de Paris, dénonce les dérives qu'entrainerait la carte d'identité biométrique proposée par l'UMP. Eviter les usurpations d'identité, voilà qui est bon, mais créer un fichier contenant masse de données quant à la physionomie et aux habitudes de consommation, voilà qui est plus dangereux. Les seuls à avoir eu ce projet de fichage, c'est le régime de Vichy, et on sait où cela nous a mené, il s'agit donc de rester très prudent et de poser des bornes et des protections de la vie privée."

 

20:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

09/07/2011

BELGIQUE: Dans Solidaire: Comment les travailleurs belges ont fo ndé la sécurité sociale

 
Comment les travailleurs belges ont fondé (les bases de) la sécurité sociale ?

« Votre prénom est Wallon ou Flamand. Votre nom de famille est travailleur. » Il y a 75 ans, après l’assassinat de deux socialistes anversois, une grève d’une incroyable ampleur éclatait dans tout le pays.

Thomas Blommaert
 
1936

Lorsque, tôt le matin du 25 mai 1936, Albert Pot et Theo Grijp se lèvent, la chaleur est déjà forte sur les avenues anversoises. Les deux hommes se débarbouillent, disent au revoir à leur épouse et partent vers leurs réunions respectives qui durera jusque tard dans la soirée. En effet, ils sont actifs dans le syndicat socialiste : Albert Pot est le chef de la propagande de la jeunesse syndicale, et Theophiel Grijp, membre du Conseil de la ligue des travailleurs du port.

Les temps sont houleux. Dans le pays, le mécontentement à propos des économies décidées par le gouvernement libéral-catholique-social-démocrate Van Zeeland ne cesse de croître. En Espagne, les fascistes préparent leur coup d’état et, en France, une vague de grèves dans la métallurgie met sens dessus dessous le reste du pays. Il y a des centaines de milliers de chômeurs, et pourtant les travailleurs doivent prester chaque jour des heures supplémentaires. C’en est assez, et les gens redressent l’échine.

Le même été, le journal socialiste Vooruit interviewera une travailleuse française venue passer ses premiers congés payés au Kemmelberg. Elle résume sa vie au journaliste : « Quinze ans de mariage, trois enfants et, comme mon mari, le boulot quotidien à l’usine. Travailler, manger, dormir. Et puis, d’un coup, la semaine de 40 heures, les congés payés, des contrats collectifs obligatoires ! »

Les deux héros de notre histoire, Pot et Grijp, doivent certainement en avoir entendu, de ces histoires qui racontent le combat pour obtenir nos droits. Peut-être même en parlent-ils ce jour-là, qui sait. Peut-être discutent-ils des élections en Belgique, des fascistes de Rex et du VNV qui ont le vent en poupe, ce qui donne de l’audace aux chemises brunes. Ce dernier sujet va tristement s’illustrer ce soir-là. Des fascistes du groupuscule De Realisten – plus tard absorbé par le Rex de Degrelle – mettent le feu à un calicot accroché au local de la jeunesse syndicale du Paardenmarkt, où Albert Pot a son bureau. Dans Schets van de arbeidersbewing tot 1998. Leve Lahaut-Vive Lahaut (Esquisse du mouvement ouvrier jusque 1998. Vive Lahaut), l’ancien docker Bert Struyf relate cette soirée : « Nous étions à la réunion lorsque quelqu’un est entré en courant et a crié : «Ils s’y mettent à nouveau !» » Toute l’assemblée s’est ruée dehors. Sur la Italiëlei, quatre fascistes sont en train de coller des affiches. Nous avons alors vu un homme brandir soudain un revolver et tirer. Albert Pot est tombé », se souvient Struyf. Ensuite, lors de l’échauffourée suivante, c’est Theo Grijp qui est abattu. Pot et Grijp : depuis lors, leurs noms sont indissociables…

L’étincelle des funérailles

C’est une marée de dizaines de milliers d’Anversois ordinaires, portant des drapeaux rouges bordés de noir, qui accompagne le duo pour leur dernier voyage depuis la Breydelstraat jusqu’à la Brederodestraat. Les funérailles se muent en marche de protestation contre les fascistes qui, la veille, comme on le craignait, ont gagné les élections. « Ce fut le premier dimanche noir, et ces hommes faisaient la fête pendant que l’on enterrait Pot et Grijp », a déclaré récemment Jos Vandervelpen, avocat et président de la Ligue des droits de l’homme, lors de la commémoration de cet assassinat.

Le jour de l’inhumation, les dockers anversois arrêtent le travail pour 24 heures. L’agitation ne cesse plus et, rapidement, il ne s’agit plus seulement du meurtre de Pot et Grijp. Le 2 juin à 17 heures, les dockers occupent plusieurs bateaux : ils exigent une augmentation de 14 francs par jour. Bientôt les réparateurs de bateaux, les ouvriers diamantaires et les travailleurs des transports se joignent à eux. Un jour plus tard, 10 000 travailleurs se rendent au Sportpaleis pour écouter les discours des « agitateurs communistes », comme les désignent plusieurs journaux. Les syndicats hésitent, les sociaux-démocrates appellent au calme.

Mais la grève fait boule de neige et continue à s’amplifier. Le 12 juin, une bonne partie de la Belgique est à l’arrêt. Les mineurs déposent leurs outils et les femmes de la FN d’Herstal occupent l’entreprise : une première. Le 15 juin, la Belgique compte 150 000 grévistes, le 16, 250 000, le 17, plus de 400 000, le 18, un demi-million, tant au nord qu’au sud du pays. Car, comme il est écrit sur une affiche des grévistes : « Votre prénom est Wallon ou Flamand. Votre nom de famille est travailleur. »

Le mouvement débouche sur une Conférence Nationale des Travailleurs, clairement inspirée du Front Populaire français qui, quelques semaines auparavant, avait organisé une marche de 600 000 personnes devant le Mur des Fédérés où, en 1871, les derniers Communards avaient été fusillés. « Les travailleurs voyaient la reprise économique qui succédait à la crise mondiale, écrivent Els Witte et Jan Craeybeckx dans leur Politieke geschiedenis van België (histoire politique de la Belgique). Ils exigeaient leur part du gâteau, et certains même toute la boulangerie. »

La répression est pourtant lourde. Le 16 juin, la gendarmerie tire durant une demi-heure sur les grévistes qui se sont rassemblés dans la maison du peuple de Quaregnon. Le 21 juin, Vooruit décrit comment une horde à cheval disperse femmes et enfants dans l’étroite Donkersteeg de Gand : « On entend partout : «Ce sont des salauds ! Si seulement nous avions des armes !» Pleurant de colère, les travailleurs nous interpellent «Que pensez-vous de ça ? Et toi, Balthazar (le successeur d’Eedje Anseele, dirigeant du POB – Parti Ouvrier Belge - de Gand, NdlR), tu vois maintenant, toi qui hier encore nous appelais au calme !»

Les acquis de la grève

La gendarmerie boit du petit lait lorsque la population doit battre en retraite. Mais, le 24 juin, le Premier ministre Van Zeeland lit une déclaration sur un vaste plan de réforme. Le mouvement ouvrier a arraché une augmentation salariale de 7 %, la semaine des 40 heures, des congés payés de minimum 6 jours par an, une assurance-maladie et une augmentation des allocations familiales. Ces acquis constituent la base de notre actuelle sécurité sociale.

 

21:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/07/2011

BELGIQUE: Lettre ouverte de Raoul Hedebouw à Elio Di Rupo :: «Vo tre note n’est pas de gauche

L’européiste social-démocrate DI RUPO, sur le même chemin que Papandreou (Grèce), Socrates (Portugal) et Luis Zapatero (Espagne).
La fin sera sans doute la même... Comment ménager la pomme et le poisson ??? Attendre et voir: les Belges finiront aussi probablement à la trappe de l’ Euro-dictature et des banquiers (pour eux, nous avons déjà payé une partie de la note: 20 milliards d’ euros, trouvés en une seule nuit), des multinationales capitalistes ... ??? Si les travailleurs ne se mobilisent pas, s’ils ne descendent pas dans la rue, comme en Tunisie, en Egypte, à Athènes et à Madrid ...
RoRo 
 
 
Thème: Belgique, Belgique, Dossier crise communautaire, PTB    5 juillet 2011

Lettre ouverte de Raoul Hedebouw (PTB) à Elio Di Rupo :: «Votre note n’est pas de gauche»

Dans une lettre ouverte, le porte-parole du PTB interpelle le président du PS : "Vous nous aviez promis une note qui ne serait « ni de gauche ni de droite ». Je vous rassure tout de suite, nous sommes d’accord au moins sur un point : votre note n’est « ni de gauche »"

Raoul Hedebouw
 

D’après Elio Di Rupo, président du PS, sa note n’est « ni de droite ni de gauche ». Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, lui répond qu’elle n’est surtout « ni de gauche »… (Photomontage Solidaire)

Au président du Parti socialiste (PS)

Boulevard de l’Empereur, 13, 1000 Bruxelles

Cher Monsieur Di Rupo,

Permettez-moi de vous écrire cette lettre ouverte suite à la parution de votre note servant de base aux futures négociations gouvernementales. Vous nous aviez promis une note qui ne serait « ni de gauche ni de droite ». Je vous rassure tout de suite, nous sommes d’accord au moins sur un point : votre note n’est « ni de gauche »…

Je dois vous avouer ma plus grande incompréhension quant à de nombreuses propositions reprises dans votre note qui, il y a un an encore, auraient été déclarées inacceptables par votre parti. Mon étonnement est d’autant plus grand que, depuis 2008, certains de vos ministres avaient martelé que les « citoyens ne paieraient pas la crise » et que « ce sont les banques, responsables de cette situation, qui devraient passer à la caisse ». A tort peut-être, mais ces déclarations avaient nourri, dans une certaine gauche, l’espoir que des mesures tendant à réaliser cette rhétorique allaient être prises. Un espoir visiblement déçu à la lecture de votre note.

Tout d’abord, les pensions et les fins de carrière. Vous savez que beaucoup de travailleurs âgés ne quittent pas leur boulot de gaieté de cœur. Mais parce qu’ils sont épuisés, que leur corps est usé par les hausses incessantes de productivité.

Et pourtant, vous reprenez intégralement le dogme du « travailler plus longtemps » de la Commission européenne : prépension impossible avant 60 ans, fin à terme de la pension anticipée, modifications des périodes assimilées et diminution des pensions des fonctionnaires. Sur ce dernier point, notre service d’études a estimé que cette baisse pouvait aller jusqu’à 9 % (sur base d’une hausse salariale annuelle de 4 %, index compris). A travers l’ensemble de ces mesures, c’est le système même d’assurance sociale de nos pensions qui est remis en cause. Et, cerise sur ce gâteau empoisonné, vous demandez de « généraliser le deuxième pilier (privé) de pensions », ce qui ne peut que mettre en danger le premier pilier, garant de la solidarité entre tous les travailleurs.

Abordons la question des chômeurs. Ici, vous reprenez intégralement des points essentiels du programme des partis libéraux et de la N-VA.  Dans votre note, c’est le chômeur qui est désigné comme coupable et non comme victime de la crise. Avec la diminution des allocations dans le temps et leur « forfaitisation » après un certain temps, vous reprenez le modèle allemand instauré par le chancelier Schröder. Avec des allocations fortement réduites, les chômeurs accepteront de plus en plus des emplois précaires, ce qui aura comme conséquence, et vous le savez, de diminuer tous les salaires en Belgique. L’application de ces mesures a mené à une hausse vertigineuse des travailleurs pauvres en Allemagne. Je ne dois pas vous l’apprendre, chasser les chômeurs ne chassera pas le chômage.

Au sujet des services publics, vous proposez de geler les enveloppes de dotations pendant 2 ans. Un gel qui, compte tenu de l’inflation, revient en fait à une réduction de 4 à 5 % de l’offre de service public. Vous allez donc diminuer l’emploi dans la fonction publique, et ce, à un moment où vous annoncez vouloir … en créer 250 000 ! Je dois vous avouer que j’ai du mal à suivre votre raisonnement. Comment pouvez-vous affirmer, par exemple, combattre la grande fraude fiscale et en même temps couper dans les moyens du ministère des Finances ?

Bien sûr, vous me répondrez que vous avez pris certaines mesures contre le capital. Je ne peux évidemment que me réjouir de votre proposition visant à instaurer un impôt sur le patrimoine de plus de 1,25 million d’euros, proposition très proche de notre proposition de « taxe des millionnaires ». Mais permettez-moi de m’étonner du côté « temporaire » (deux ans) de cette mesure qui contraste avec le côté « permanent » des mesures touchant l’ensemble de la population. Sans même parler de l’absence de mesures techniques visant à rendre ce prélèvement efficace, comme l’instauration d’un cadastre des fortunes et une véritable levée du secret bancaire. Vous donnez vous-même le moyen d’échapper à ce nouvel impôt en permettant de déduire le patrimoine lié à une activité professionnelle, à une société. Ainsi, Albert Frère, s’il reste actif à la tête de ses holdings, ne devra pas payer d’impôt...

En matière institutionnelle, je constate que des réformes essentielles souhaitées par la N-VA, et soutenues par l’organisation patronale flamande Voka, sont aujourd’hui reprises dans votre note. La politique de l’emploi est quasiment régionalisée, ce qui mènera à une scission de la sécurité sociale. La porte de l’autonomie fiscale est ouverte, y compris celle pour l’impôt des sociétés, permettant ainsi une concurrence fiscale vers le bas qui assèchera les finances publiques. La sécurité sociale est ainsi attaquée sur deux fronts, celui de l’austérité et celui de la scission.

Vous me répondrez sans doute : « Que pouvais-je faire d’autre, je suis obligé de négocier avec une majorité de partis de droite et nationalistes ? » Tout d’abord, je vous répondrai qu’en tout cas, la solution ne consiste pas à reculer et à céder devant les exigences de cette droite. Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant ? Comment ne pas faire un lien entre l’arrogance de la droite et des forces centrifuges en Belgique, et la tendance que votre formation politique a eu de reculer de plus en plus devant toutes ces exigences. Au contraire, Monsieur Di Rupo, il nous faut le retour d’une gauche qui ose, d'une gauche qui avance. Comme le montrent les exemples en Grèce, au Portugal et en Espagne, où vos collègues socialistes se font aussi passer pour des personnes « responsables », appliquer une politique de droite sera sanctionné par l’électorat de gauche.

Céder aux pressions nationalistes ne pourra que nous conduire dans une spirale infernale qui aboutira à l’éclatement du pays et de son socle le plus solide : notre sécurité sociale. Céder aux pressions de la droite n’aura comme seule conséquence que d’appauvrir le monde du travail et, donc, d’aggraver la crise économique. Ce n’est pas la politique du moindre mal mais celle du pire.

Monsieur Di Rupo, comme le montre l’histoire sociale de notre pays, la résistance à ces attaques, venant de l’Union européenne et des forces nationalistes, ne pourra se faire que dans la rue. Irréaliste ? Lorsque les premiers socialistes ont proposé la journée des 8 heures, alors que travailler 12 à 14 heures était la règle, on les a déclaré fous. Pourtant, ce qui était vu comme utopique est devenu réalité. C’est de ce réalisme que le monde du travail a besoin, pas de celui qui accepte de plier devant les diktats de la droite.

Nous tendons la main à toutes les forces de gauche, pour organiser, avec les organisations syndicales de ce pays, cette résistance. Qu’on laisse la droite assumer sa politique au gouvernement et qu’on ose dire NON aux diktats européens et patronaux. Qu’on propose une alternative qui s’en prenne réellement aux responsables de la crise (voir www.ptb.be ). Les travailleurs attendent cela de la gauche en Belgique. Avec vous ou sans vous.

Raoul Hedebouw, 
porte-parole du PTB

 

20:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

61 anniversaire de l' assassinat à SERAING de Julien LAHAUT, pr ésident du Parti communiste de Belgique; assassinat commandité p ar la Réaction et les léopoldistes...

18 août 2011: 61 anniversaire de l' assassinat à SERAING de Julien LAHAUT, président du Parti communiste de Belgique; assassinat commandité par la Réaction et les léopoldistes...

 

 

 

Pourquoi y a-t-il une rue Julien LAHAUT à COURCELLES

 

 

 

61 ans de l’assassinat de Lahaut :: « Même les bonnes sœurs l’adoraient »

Le 18 août prochain, cela fera 61 ans que Julien Lahaut a été assassiné. Le Parti communiste de Liège organisera une commémoration, en collaboration avec le PTB. Marcel Bergen, Président du PC de Liège, nous parle de ce militant communiste.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                  julienlahaut
 

L’année dernière, ils étaient plus de 200 à la commémoration de Julien Lahaut. Cette année, le 18 août, le PTB co-organisera l’événement avec le Parti communiste de Liège. (Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia)

 

 

 

Jonathan Lefèvre

 

Julien Lahaut a été assassiné sur le seuil de sa maison par deux tueurs en août 1950. Il avait 65 ans. Ce syndicaliste, militant antifasciste et communiste inspire encore la gauche belge et internationale, 61 ans après sa mort. Retour sur ce personnage hors norme.

Quand vous parlez de Julien Lahaut aux jeunes, comment le présentez-vous ?

Marcel Bergen. Comme un des plus grands tribuns que notre pays ait connu, et à l’écoute, surtout,  de toute la classe ouvrière. Ce que les travailleurs lui disaient, il le répercutait partout, que ce soit à la Chambre ou au Conseil communal et provincial, puisqu’il a siégé dans ces trois institutions.

Il a été de tous les combats, et c’était une personnalité qui était suivie. Il a participé à toutes les grandes grèves. Il avait l’art de convaincre. Il faisait réellement de la politique au bénéfice des « petites gens ». Il employait souvent l’expression wallonne « c’est todi les p’tits qu’on sprâtche », c’est toujours les petits qu’on écrase. « Et les grands, on n’y touche nin », on n'y touche pas.

Il n’avait peur de rien. D’ailleurs, il n’a pu voter pour la première fois qu'en 1950, à l’occasion du référendum sur la Question royale. Il n’avait jamais pu voter avant, vu ses condamnations à plusieurs années de prison. Malgré cela, il a été élu député, conseiller communal et provincial, mais voter, il ne l’a fait qu’une fois, l’année de sa mort.

C’était un internationaliste. S’il vivait toujours, il serait malheureux de voir que l’internationalisme ne joue plus son rôle comme il devrait le jouer et il ne basculerait pas dans le nationalisme flamand ou wallon. Au contraire, il se battrait contre les divisions communautaires. C’était l’homme qui voulait unir à tout prix la classe ouvrière, en Belgique et ailleurs.

Le jour de ses funérailles, il y a eu entre 100 000 et 300 000 personnes. Comment expliquer cet engouement populaire, les jours qui ont suivi son assassinat ?

Marcel Bergen. Parce que c’était un homme très humain et qui savait galvaniser les foules. Il se présentait quelque part où toute la salle était contre lui et il arrivait à retourner toute la salle en sa faveur. Parce qu’il parlait comme les gens simples, comme les travailleurs. Il était à l’écoute de toutes les revendications quotidiennes des gens. Il vivait vraiment avec eux, c’était un des rares hommes politiques à être à l’écoute et à vivre avec les gens simples.

Pour les chiffres, c’est difficile à dire, mais moi qui n’étais encore un adolescent, je n’avais que 15 ans à l’époque, je m’en rappelle très bien. J’habitais Seraing et je me souviens de l’émotion. J’étais gamin, je ne comprenais pas tout, mais je voyais les gens qui pleuraient. Mon père, qui était mineur, pleurait. Il y avait des masses de gens. Les travailleurs étaient très émus. D’ailleurs, la FGTB avait décrété une journée de grève.

C’est quelqu’un qui est encore très présent dans les mémoires collectives, communistes ou non. Pourquoi était-il respecté aussi par ses adversaires ?

Marcel Bergen. Parce qu’il touchait le peuple. A Seraing, même les bonnes sœurs catholiques l’adoraient. Alors qu’il était athée. Mais il était humain.

La preuve : il y avait même ses adversaires politiques à son enterrement. Ils sont venus se recueillir, qu’ils soient présidents de partis, ministres, etc. C’était l’ennemi de classe pour eux mais, en tant qu’homme, il était respecté par tous. Parce que c’était un homme droit, juste. C’est lui qui s’est opposé à la venue de Degrelle. Ce dernier devait venir faire un meeting dans la région liégeoise. Lahaut avait organisé une contre-manifestation tellement massive que Degrelle a dû fuir. C’est aussi lui qui a brandi le drapeau nazi à la Chambre en le déchirant. Ce drapeau avait été arraché au consulat allemand de Liège par une militante communiste de Seraing qui l’avait remis à Lahaut. Ce sont des choses que l’on devrait rappeler.

La recherche historique sur l’assassinat vient officiellement d’être lancée. Qu’en attendez-vous ?

Marcel Bergen. Le plus possible. J’espère que ces chercheurs sont sérieux et qu’ils vont aller au bout des choses. Pour Lumumba, on aurait pu être pessimiste aussi, mais ça a débouché sur des résultats.

Mais ce fut difficile de faire rouvrir l’enquête. Sabine Laruelle, ministre libérale fédérale de la Recherche, avait refusé il y a trois ans d’octroyer un subside. Ce qui a fait que la socialiste Véronique De Keyser a lancé la souscription publique afin de récolter l’argent pour que les recherches reprennent. Grâce à l’argent récolté par cette souscription et, surtout, les 150 000 euros donnés par Jean-Marc Nollet, le ministre Ecolo de la Recherche scientifique de la Communauté française, la première phase de cette étude a été lancée. Il faut donc être optimiste.

Mais il faudra encore pas mal de pression, il ne faut pas que nous baissions les bras. C’est pour cela que nous nous réunissons chaque année au monument de Julien Lahaut. Tous les dix ans, nous faisons quelque chose d’assez grandiose, et chaque année, le 18 août, nous organisons une conférence de presse, des discours devant le monument, etc. Cette année, Raoul Hedebouw prendra la parole au nom du PTB, ainsi qu'un militant du Parti communiste et un métallo. Véronique De Keyser viendra, si elle n’est pas à l’étranger. Nous allons aussi inviter  Jean-Marc Nollet ,pour le remercier.

La nouveauté de la commémoration, cette année, c’est que le PTB est co-organisateur. Pourquoi cette collaboration ?

Marcel Bergen. Nous estimons que, politiquement, nous sommes très proches. Il y a très peu de choses qui nous divisent. Aujourd’hui, et en particulier sur la politique nationale, le PTB est le parti avec qui, ici à Liège en tous cas, nous voulons faire un bout de chemin. Nous organisons déjà ensemble le 1er mai à Liège. C’est une tradition : c’est la seule ville de Belgique où on manifeste ce jour-là. L’année dernière, le PTB souhaitait se joindre à nous, alors nous l’avons invité. Nous avons fait une conférence de presse ensemble. Cette année-ci aussi. Nous sommes très satisfaits de cette collaboration. On travaille ensemble sereinement et en confiance. Nous espérons, ici à Liège, que ces collaborations vont se multiplier.

Regardez par exemple ce qui se passe en Grèce, au Portugal, en Espagne, etc. : nous y passerons aussi. S’il n’y a pas de réaction. C’est pour cela qu’il faut absolument que la solidarité revienne à la mode. Le pouvoir a pour l’instant réussi à diviser le monde du travail, à rendre les gens individualistes. Il n’y a plus cette solidarité que j’ai connue, dans les années 60, 70. Il faut la retrouver. Comme Lahaut, j’estime que le mot d’ordre est d’appeler à la solidarité entre les travailleurs, de Belgique et de partout ailleurs.


 

Venez à la commémoration de Julien Lahaut, le 18 août prochain à Liège. Co-organisé par le Parti communiste de Liège et le PTB, l’événement réunira syndicalistes, militants communistes, etc. Plus d’infos à venir sur www.solidaire.org

 

18:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/07/2011

ITALIE: Base US de Pise pour la guerre en Libye

En réalité, nos gouvernants “démocrates”, par l’ agression impérialiste, l’occupation colonialiste, la guerre et le pillage, sont des massacreurs ... !!!
Vive donc le Monde “libre” ...
RoRo
 
 
 
mél
 
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 07:10

Pise/BASE DE LA GUERRE EN LIBYE  

Les avions invisibles de Camp Darby

et les bombes transportées par trains

Manlio Dinucci

Fin de l’’alarme à Pise : « Aucun avion ne survole la ville en transportant des bombes ou des engins de ce genre ». C’est ce qu’a rapporté au conseil municipal le maire Marco Filippeschi (Partito democratico, NdT),après s’être « entretenu » avec le Colonel Raffaele Iubini, commandant italien de la base étasunienne de Camp Darby, et avec le général Stefano Fort, commandant de la 46èmeBrigade aérienne. « Tous les deux m’ont dit que les nouvelles rapportées par la presse sont absolument dénuées de tout fondement ».

Nous sommes-nous donc trompé quand, le 1erjuin, nous avons rapporté sur il manifesto la dénonciation de la Coordination No Hub ?

Celle-ci se base sur des faits précis : l’intensification des vols militaires de C-130J et autres avions cargos au-dessus de Pise depuis qu’a commencé la guerre en Libye ; la déclaration du porte-parole du Pentagone, Dave Lapan, confirmée le 10 juin par le secrétaire à la défense en personne, Robert Gates, que les Etats-Unis fournissent aux alliés des munitions, parmi lesquelles des bombes intelligentes à guidage de précision.

Elles sont stockées dans la base limitrophe étasunienne de Camp Darby. Notre situation, a dit un des commandants de la base, nous offre « des capacités logistiques uniques car notre dépôt est à 30 minutes de l’aéroport de Pise ».

Peu convaincante donc la réponse selon laquelle « les informations rapportées par la presse sont absolument dénuées de tout fondement ».

Que transportent les avions cargos qui décollent en continu de l’aéroport de Pise, en direction du sud ?

Des souvenirs de la Piazza dei miracoli, ou des armes pour les rebelles libyens et des bombes pour attaquer Tripoli ?

En trois mois les avions de l’OTAN ont accompli 13.000 missions en Libye, dont 5.000 d’attaque avec bombes et missiles. Dans une interview à Defense News, le chef d’état-major de l’aéronautique, le général Giuseppe Bernardis, a spécifié que les avions italiens utilisent des bombes Jdam, Paveway II et III, Paveway III potentialisées et des missiles de croisière à longue portée Storm Shadow, lançables depuis des avions.

L’aéronautique militaire elle-même publie la photo d’un C-130J d’où sont larguées des bombes Gbu-16, en spécifiant que les C-130J « hot cargo » garantissent l’approvisionnement nécessaire en armement pour l’opération « Protecteur unifié ».

Et pourquoi, pour répondre à la Coordination No Hub, a-t-on dérangé Alessandro Mobono, expert des Nations Unies en déminage humanitaire et en ravitaillement en munitions ?

Sur La Nazione il assure que « tout le ravitaillement en munitions transporté est muni de dispositifs de sécurité pour le maniement et le transport hyper-testés, et qu’en cas d’accidentd’un avion, ils n’explosent que très difficilement, disons à 99% : donc, tranquilles, rien ne peut arriver et ne créons pas un alarmisme injustifié ».

Il admet de cette façon, cependant, que les avions cargos transportent des bombes.

Moins tranquillisant encore est ce que rapporte le maire de Pise qui, alors qu’il assure qu’ « aucun avion ne survole la ville en transportant des bombes », spécifie que « les transports sont effectués par le Canal des Navicelli (qui relie Camp Darby au port de Livourne, voir en fin de textei, NdT) et par chemin de fer, en grande partie je crois par le Canal des Navicelli, si j’ai bien compris ». Tranquilles alors : les bombes passent dans des zones habitées sur des wagons de chemins de fer et sur des péniches, pour être chargées sur les bateaux dans le port de Livourne.

En attendant, à Pise, la Municipalité organise aujourd’hui (dimanche 3 juillet 2011) la première « Journée nationale pour les Victimes du devoir », avec sauts de parachutistes de la Brigade Folgoreet survol de la ville par des avions militaires.

Et à la 46èmeBrigade aérienne se tient l’ « Art Expo 46 », exposition artistique parrainée par la Mairie et la Province, avec exposition de tableaux genre celui qui « esquisse une idée de ville sur fond parsemé de petits avions qui veillent sur nous ».

Edition du 3 juillet 2011 de

il manifesto,

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110703/manip2pg/08/manip2pz/306044/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

i NdT : Le Canal des Navicelli a été construit sous le règne de Cosme 1er de Médicis au XVIème siècle pour relier Pise (et Florence) au port de Livourne.

Selon http://it.wikipedia.org/wiki/Canale_dei_Navicelli « le Canal des Navicelli revêt en outre une importance stratégique militaire notable, du fait qu’il traverse la base militaire de Camp Darby, à Tombolo, constituant une composante déterminante pour les trafics de la base ».

Une jolie manière de présenter les choses.

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX
 
canempechepasnicolas
 

 

10:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

06/07/2011

[alerte_otan] Rapine à main armée à Tripoli (Manlio Dinucci)

----- Original Message -----
 
Sent: Tuesday, July 05, 2011 9:39 PM
Subject: [alerte_otan] Rapine à main armée à Tripoli (Manlio Dinucci)
 
 

Rubrique L’art de la guerre
Rapine à main armée à Tripoli
Manlio Dinucci
5/7/2011
 
Que feriez-vous si une banque, à laquelle vous avez confié 100.000 euros pour les faire fructifier, vous communiquait qu’en une année ils se sont réduits à moins de 2.000 euros ? 
 
C’est ce qui est arrivé à la Libye, d’après une enquête du Wall Street Journal. Après que les USA et l’Ue aient révoqué l’embargo en 2004, affluèrent en Libye des dizaines de banques et sociétés financières étasuniennes et européennes. Parmi lesquelles Goldman Sachs, une des plus grandes banques d’investissement du monde, dont le siège principal est à New York. Dans la première moitié de l’année 2008, l’Autorité libyenne d’investissement lui confia 1 milliard et 300 millions de fonds souverains (capitaux de l’Etat investis à l’étranger). La banque Goldman Sachs les investit dans un panier de valeurs et en actions de six sociétés : l’étasunienne Citigroup Inc., la banque italienne Unicredit et l’espagnole Santander, la compagnie allemande d’assurances Allianz, la compagnie énergétique française Electricité de France et l’italienne Eni. Un an après, Goldman Sachs communiqua à l’Autorité libyenne qu’à cause de la crise financière, le fonds libyen avait perdu 98% de sa valeur, les 1 milliard et 300 millions se réduisant à 25 millions de dollars. Les responsables de l’Autorité  libyenne, furieux, convoquèrent à Tripoli le responsable de Goldman Sachs pour l’Afrique du Nord. La rencontre fut turbulente, si bien que Goldman Sachs évacua précipitamment  ses employés de Tripoli, craignant qu’ils ne fussent arrêtés. Comme la Libye menaçait d’intenter un procès, qui aurait compromis la réputation de la banque aux yeux d’autres investisseurs institutionnels, Goldman Sachs lui offrit en dédommagement des actions privilégiées de la banque elle-même.  Mais les Libyens étant à juste titre soupçonneux, l’accord ne fut pas signé. Restait ainsi ouverte la possibilité, redoutée par Goldman Sachs, que l’Autorité libyenne n’entreprit un procès international. Des cas analogues de « mauvaise administration de l’argent libyen » sont rapportés par une enquête publiée par le New York Times. Par exemple, la société Permal -unité de Legg Mason, une des principales sociétés de gestion d’investissements, dont le siège est à Baltimore- a administré 300 millions de dollars de fonds souverains libyens, qui ont perdu 40% de leur valeur entre janvier 2009 et septembre 2010. En compensation, Permal a perçu 27 millions de dollars pour ses prestations. Même chose pour d’autres banques et sociétés financières, comme la hollandaise Palladyne, la française BNP Paribas, la britannique HSBC et le Crédit Suisse. L’Autorité libyenne menaçait d’entreprendre contre elles des actions judiciaires internationales, qui auraient endommagé l’image de ces « prestigieux » organismes financiers. Le tout s’est résolu de façon heureuse quand, en février dernier, Etats-Unis et Union européenne ont « congelé » les fonds souverains libyens. Leur « surveillance » a été confiée à ces mêmes banques et sociétés financières qui les avaient si bien gérés.
 
Et, du vol, on est passé à la rapine à main armée quand la guerre a commencé, en mars. A l’abri des chasseurs-bombardiers de l’OTAN, HSBC et d’autres banques d’investissement ont débarqué à Benghazi pour créer une nouvelle  « Central Bank of Libya », qui leur permettra de gérer les fonds souverains libyens « congelés » et les nouveaux qu’ils tireront de l’exportation pétrolifère. Cette fois, sans aucun doute, en obtenant de forts rendements.
 
Edition de mardi 5 juillet 2011 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2...
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio
 
commentaire de M-A.Patrizio
 
Voir aussi à propos du sort du fonds souverain libyen, l'article de T. Meyssan :
http://www.voltairenet.org/a170056 , en particulier le (dernier) paragraphe :
Le grain de sable
[...]
Bien que le détail exact du montage imaginé par Dominique Strauss-Kahn pour créer cette nouvelle monnaie de réserve adossée aux Droits de tirages spéciaux du FMI soit secret, il apparaît que la Libye y jouait un rôle clé : à titre expérimental, c’est la Banque centrale libyenne qui la première avait décidé de fonder sa monnaie, le dinar, sur l’or et au delà sur les DTS. La chose est d’autant plus importante que la Libye dispose d’un fond souverain parmi les mieux dotés du monde (il est même un peu plus riche que celui de la Russie).
Or, en entrant en guerre contre la Libye, la France et le Royaume-Uni ont provoqué un gel théorique des avoirs non seulement de la famille Kadhafi, mais de l’État libyen. Pis, Paris et Londres ont dépêché des cadres de la banque HSBC à Benghazi pour créer une Banque centrale libyenne rebelle et tenter de s’emparer des avoirs nationaux. Sans que l’on sache si Nicolas Sarkozy et David Cameron se sont laissés emporter par l’ivresse de leur force ou ont agi sur instruction de leurs mandants à Washington, le fragile édifice élaboré par Dominique Strauss-Kahn s’est effondré.
Selon nos contacts à Tripoli, au moment de son arrestation, DSK partait à Berlin pour trouver une solution avec la chancelière Angela Merkel. Il devait ensuite partir avec un émissaire de Mme Merkel négocier avec des représentants du colonel Kadhafi —voire avec lui directement—. La signature du Guide libyen étant indispensable au déblocage de la situation.
On assiste désormais à une guerre financière d’une ampleur jamais égalée : alors que la situation économique des États-Unis vacille et que le dollar pourrait devenir rapidement une monnaie de singe, l’accord conclu au G8 et avalisé au G20, mis en œoeuvre par le FMI en coordination avec la Banque mondiale et les milieux bancaires internationaux dont DSK était le champion, est suspendu. La domination du dollar est intacte quoique plus que jamais artificielle ; ce dollar que les États émergents voulaient relativiser, mais sur lequel le complexe militaro-industriel israélo-états-unien assoit sa puissance.

Dans ce contexte que vaut l’honneur d’un homme ?"

 
__,_._,___

23:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/07/2011

Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne

 
Sent: Thursday, June 23, 2011 4:40 AM
 
Subject: Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne
 


 

Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne

 

La définition du terme « fascisme» a d'abord été donnée par George Dimitrov dans le Rapport au 7ème Congrès de l'Internationale communiste (1935).

Elle est reprise dans le «Petit dictionnaire philosophique» de Rosenthal et Ioudine (1955) VOIR DÉFINITION À LA SUITE DE CE TEXTE.

 

En lisant les définitions de Dimitrov et de Rosenthal et Ioudine, on se rend compte que le fascisme moderne ressemble au fascisme des puissances de l'Axe des années 20, 30 et 40, et que, pour l'instant, les États-Unis joue le même rôle et présente les mêmes caractéristiques que le fascisme nazi.

 

Le fascisme proprement dit est né vers 1922, nom donné par Mussolini à son mouvement.  Il avait été précédé par les gouvernements de Noske en Allemagne et de Horthy en Hongrie, suite aux tentatives des communistes allemands et hongrois d'instaurer la dictature du prolétariat.  Ces partis révolutionnaires, inspirés par la Révolution socialiste d'Octobre 1917 en Russie, n'avaient pas su préparer, comme Lénine l'avait fait, un parti communiste profondément implanté dans le prolétariat et la paysannerie pauvre après un long travail des marxistes russe et de leur exceptionnel dirigeant, Lénine, de 1895 à 1917.

 

Le fascisme a donc existé avant, pendant et après la montée (1922) et la chute des fascismes (1945) de l'Axe, de l'avant-guerre à la destruction de l'Axe.

Le fascisme n'est pas mort en 1945, avec l'écrasement de l'Allemagne nazie par l'Armée rouge dirigée par Staline.  L'Angleterre et les USA, alors étaient encore des "Alliés" de l'URSS était prêts à collaborer avec les nazis pour écraser l'URSS.  Churchill, avait pensé faire une paix séparée avec les nazis pour se retourner contre l'URSS.  Il avait aussi pensé s'allier aux troupes nazies défaites, leur rendre les armes et marcher avec les troupes britanniques contre Moscou.

 

Après la victoire soviétique et des autres alliés, l'URSS, sous la direction de Staline, était devenu la seconde puissance mondiale sur tous les plans (économique, politique, social, militaire, technique, scientifique) et le centre du développement des démocraties populaires dans le monde.  Mais cette puissance était socialiste et les puissance impérialistes allaient se coaliser pour la détruire.

 

C'est ainsi qu'en 1946, Churchill, prenant la direction idéologique des puissances impérialistes mondiales a lancé l'appel à la «Guerre froide» et les guerres chaudes contre le communisme.  La guerre mondiale avait déclenché dans tous les pays dominés, des luttes de libération nationale et des révolutions socialistes, qui étaient en voie de renverser l'impérialisme.

 

L'appel de Churchill à la guerre froide (1946) a été le début du développement du fascisme moderne.  Le fascisme moderne vise à briser les luttes anti-impérialistes et les luttes pour le socialisme.  Depuis 1946, le fascisme moderne s'est étendu par le renversement de gouvernements progressistes, par des coups d'États fascistes et l'instalation de régimes militaires, par des guerres civiles et des interventions étrangères d'une puissance encore plus grande que celle des hordes nazies en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

 

Le livre «Un autre regard sur Staline» (1994) de Ludo Martens contient un chapitre intitulé «Les États-Unis prennent la relève de l'Allemagne nazie». Il décrit la doctrine Truman, de domination mondiale, le Plan Marshall, qui causa entre autre la rupture de Tito du camp socialiste et le développement du révisionnisme yougoslave, le plan Dulles d'infiltration, de corruption et de destruction de l'intérieur des partis communistes, le coup d'État de Khrouchtchev.

 

Les puissances impérialistes, grâce au coup d'État par Khrouchtchev, ont obtenu pénétré le Parti communiste soviétique.  Khrouchtchev entreprend l'abandon des principes marxistes-léninistes, le démantèlement des structures socialistes, la destruction de l'URSS de Lénine et de Staline, des Partis communistes, du Mouvement communiste international.  Le fascisme peut aujourd'hui se développer librement, les révisionnistes ont bloqué temporairement la progression du marxisme-léninisme en brisant idéologiquement, politiquement et organisationnellement l'unité communiste de Lénine et de Staline.

Aujourd'hui, les premiers noyaux de reconstruction marxiste-léniniste apparaissent dans la plupart des pays (Russie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, États-Unis, France, Inde, etc.).  Actuellement les communistes doivent étudier, diffuser, appliquer le marxisme-léniniste, reconstruire dans chaque pays un Parti communiste véritable et dans le monde le Mouvement communiste international.

 

Reconstruction communiste Canada - pueblo@sympatico.ca - Unité contre la crise, le fascisme et la guerre

 



Définition du «Petit dictionnaire philosophique» publié sous la direction de M. Rosenthal et de P. Ioudine par les Éditions en langues étrangères, Moscou 1955, et publié en fac-similé par les Éditions Eugène Varlin, en 1977.

 

«Fascisme : Forme la plus réactionnaire, ouvertement terroriste, de la dictature du capital financier, instaurée par la bourgeoisie impérialiste dans le but d’écraser la résistance de la classe ouvrière et de tous les éléments progressistes de la société.  Le fascisme est une manifestation de cette réaction politique dans tous les domaines, qui est le propre du capitalisme au stade suprême de son développement, au stade impérialiste.  L’établissement du fascisme atteste que les classes bourgeoises dominantes ne sont plus à même de gouverner, de conserver leur pouvoir par les moyens ordinaires, «démocratiques», que les aspirations croissantes des masses populaires à la liberté ne peuvent plus être réprimées que par la violence et la terreur sanglante.  Ce qui caractérise le fascisme, c’est la suppression des libertés démocratiques, même les plus élémentaires, la destruction des organisations ouvrières et des autres organisations progressistes, l’instauration d’un régime de terreur déclaré pour maintenir le pouvoir de la bourgeoisie ; c’est la préparation et le déclenchement de guerres de rapine dans le but d’asservir les peuples indépendants et de conquérir la domination mondiale.

 

Le régime fasciste a été instauré d’abord en Italie (1922), puis en Allemagne (1933) et dans plusieurs autres pays : en Espagne, en Pologne, en Bulgarie, etc.  L’avènement du fascisme avait été favorisé par la politique de trahison pratiquée par les social-démocrates.  En Allemagne il s’était affublé du masque du «national-socialisme».

 

Dans le domaine idéologique, le fascisme est le plus franc obscurantisme, une «philosophie» et une «morale» qui prônent la haine de l’homme et le brigandage.  Le fascisme s’appuie sur la théorie raciste (V. Eugénique; Racisme) d’après laquelle la bourgeoisie de telle ou telle nation aurait droit à la domination mondiale, serait la seule race «supérieure».  Les hitlériens préconisaient une «science» particulière : la géopolitique (V.), qui justifiait les prétentions impérialistes à l’«espace vital», c’est-à-dire la conquête de terres étrangères.  Les «philosophes» fascistes rejetaient les acquisitions de la culture et les détruisaient, proclamaient la supériorité des instincts bestiaux sur la raison humaine.  Ils établirent le culte mystique du «sang racial», le culte de la personne du «führer», etc.

 

Le mérite historique du peuple soviétique à l’égard de toute l’humanité progressiste est d’avoir été à la tête de la lutte contre le fascisme dans la deuxième guerre mondiale et d’avoir joué un rôle décisif dans la défaite de l’impérialisme allemand et japonais.  Malgré la débâcle du fascisme à la suite de la deuxième guerre mondiale, les éléments réactionnaires de certains pays impérialistes tentent de le ressusciter.»

 


Pour en savoir un peu plus, n'hésitez pas à cliquer sur mes liens et/ou à vous inscrire volontairement ... 

http://romainroger.blogspot.com/

http://courcelles.skynetblogs.be/

 http://www.facebook.com/RomainRogerdeCourcelles

http://twitter.com/#!/RoRoCourcelles

http://romaincourcelles.wordpress.com/author/romaincource...

http://en.gravatar.com/romaincourcelles                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           http://www.6pourcent.be

http://www.taxedesmillionnaires.be/

http://fr.netlog.com/rogerromain                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

roger.romain@skynet.be

18:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l' Afrique et l'Europe (Réseau Voltaire)

Bref, on peut dire tout ce que l’on veut de Kadhafi –en bien et/ou en mal-, mais les ricano-otano-occidentaux qui assiègent la Libye (comme hier le Vietnam, la Serbie, l’Irak, l’ Afghanistan) sont des gangsters internationaux ...
RoRo
 
 
----- Original Message -----
 
Sent: Sunday, July 03, 2011 11:45 PM
Subject: [alerte_otan] La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l'Afrique et l'Europe (Réseau Voltaire)
 
 

La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l’Afrique et l’Europe
par Thierry Meyssan | Tripoli (Libye) | 3 juillet 2011
http://www.voltairenet.org/La-guerre-contre-la-Libye
 
L’un des mobiles de la guerre contre la Libye est de stopper le développement du continent noir, de permettre l’installation de la base militaire de l’US Africom en Cyrénaique, et de débuter l’exploitation coloniale de l’Afrique au profit des États-Unis. Pour comprendre ces enjeux cachés, le Réseau Voltaire à interrogé Mohammed Siala, ministre de la Coopération et administrateur du fonds souverain libyen.

Réseau Voltaire : Votre pays est riche en gaz et en pétrole. Vous avez capitalisé 70 milliards de dollars au sein de l’Autorité libyenne d’investissement. Comment utilisez-vous cette manne ?
 
Mohammed Siala : Nous disposons d’importantes ressources, mais elles ne sont pas renouvelables. Nous avons donc créé l’Autorité libyenne d’investissement pour protéger la richesse des générations futures, comme l’ont fait les Norvégiens par exemple. Cependant, nous consacrons une partie de ces fonds au développement de l’Afrique. Cela signifie que nous avons placé plus de 6 milliards de dollars dans des actions de développement du continent, en matière d’agriculture, de tourisme, de commerce, de mines, etc.
 
Nous avons placé le reste des fonds dans des secteurs différents, des pays différents, des monnaies différentes. Partout, y compris aux USA et en Allemagne, ce qui leur a malheureusement permis de geler certains de nos avoirs.
 
Réseau Voltaire : Techniquement, comment ce gel est-il mis en œoeuvre ?
 
Mohammed Siala : Le gel des avoirs est régi par les lois bancaires du pays où ils sont placés. La règle est qu’ils bloquent nos comptes, mais que nous pouvons en obtenir parfois la libération si nous portons le litige devant un Comité des réclamations et si nous prouvons qu’ils étaient destinés à certains usages. Par exemple, je viens à l’instant de plaider le dégel de fonds destinés à verser des bourses aux 1 200 étudiants que nous avons envoyés en Malaisie. Nous essayons de faire de même pour tout ce qui touche aux allocations sociales ou aux frais d’hospitalisation de nos ressortissants à l’étranger.
 
Il arrive que certains pays nous autorisent à utiliser des fonds pour l’achat de nourriture ou de médicaments. En principe, c’est notre droit, mais beaucoup refusent de dégeler les sommes nécessaires ou font traîner les choses. Par exemple, en Italie, l’État refuse tout usage de nos avoirs. En Allemagne, l’État autorise les usages humanitaires, mais ce sont certaines banques qui refusent de dégeler les fonds nécessaires. Les interprétations de la résolution sont complètement différentes selon les États. Nous réclamons une règle claire : ce qui est permis est autorisé et ce qui ne l’est pas est interdit. Pour le moment, l’interprétation est politique et la force prévaut sur le droit.
 
Réseau Voltaire : Est-ce le seul problème que vous rencontrez pour vos approvisionnements ?
 
Mohammed Siala : Nous devons aussi faire face au blocus maritime que l’OTAN a mis en place sans base légale. Ils interdisent notre approvisionnement, ou le retardent, y compris pour des cargaisons alimentaires. Ils s’appliquent surtout à empêcher notre livraison en essence, même si cela n’est pas prévu par les résolutions pertinentes de l’ONU. Nous avons ainsi un pétrolier qui patiente depuis un mois à Malte. Pour chaque bateau, ils discutent le double usage de ce qu’il transporte. L’essence est destinée aux véhicules civils. Mais ils disent qu’elle peut l’être aussi par des voitures de l’armée. Nous répondons qu’ils ne peuvent nous interdire de l’utiliser pour les ambulances, etc. Quoi qu’il en soit, depuis le début du conflit, ils empêchent toute livraison d’essence. Or, nous sommes dépendants des raffineries étrangères pour environ un tiers de notre approvisionnement. D’où la pénurie actuelle. En théorie, ils ont uniquement le droit d’inspecter les navires pour s’assurer qu’ils ne transportent pas d’armes. Mais en pratique, ils déploient illégalement un blocus maritime.
 
Ils ont ordonné à des bateaux russes et chinois de faire demi-tour. Leurs États doivent alors déposer une plainte devant le Comité des sanctions de l’ONU pour discuter de l’interprétation des résolutions. C’est une procédure interminable et dissuasive. Aucune base légale ne les autorise à agir ainsi, mais ils le font de force, sûrs de leur impunité.
 
Nous parvenons toutefois à nous approvisionner par voie terrestre, mais cela est dérisoire : nous avons besoin d’un mois pour transporter par camion ce que nous pouvons décharger en une journée dans nos ports.
 
Réseau Voltaire : Votre pays a multiplié les constructions d’infrastructures, notamment les gigantesques travaux d’irrigation de la Man Made River. Quels sont vos projets en cours ?
 
Mohammed Siala : Il existe un chemin de fer qui parcourt l’Afrique du Nord, sauf la Libye. Nous voulons le compléter pour nous intégrer dans l’économie régionale et la dynamiser. Les Chinois construisent le tronçon Tunisie-Syrte. Les Russes sont chargés de Syrte-Benghazi. Une négociation était en cours avec l’Italie pour le tronçon Benghazi-Égypte ainsi que pour les locomotives. Nous avons aussi commencé la construction d’une ligne transcontinentale nord-sud, avec le tronçon Libye-N’Djamena. Ce sont des investissements considérables d’intérêt international et nous avions cru que le G8 nous aiderait. Il l’avait promis, mais nous n’avons rien vu venir.
 
Nous sommes âpres en affaires et nous avons utilisé les appels d’offre pour obliger nos prestataires à baisser leurs prix. Lors de sa visite ici, Vladimir Poutine a convenu d’aligner les tarifs des entreprises russes sur ceux de ses compétiteurs chinois. Nous avons pu ainsi diversifier nos partenaires.
 
Réseau Voltaire : Avec la guerre, que vont devenir ces projets ?
 
Mohammed Siala : Tous ces chantiers sont interrompus avec le gel des avoirs. Mais nous poursuivons les appels d’offre pour les tronçons à réaliser parce que nous sommes certains que la guerre est momentanée et que les travaux reprendront. Nous nous préparons à poursuivre les contrats provisoirement interrompus pour raison de « force majeure ».
 
La guerre a désespéré nos partenaires. Les Chinois ont ici 20 milliards de dollars de contrats, les Turcs 12 milliards. Viennent ensuite les Italiens, les Russes, puis les Français. Ce n’était pas leur intérêt de laisser faire cette agression, encore moins d’y participer. Probablement certains ont–ils reçu des compensations en dessous de table, mais nous n’avons aucune information précise à ce sujet. D’autres espèrent avoir plus en conquérant notre pays et en s’attribuant eux-mêmes les contrats de reconstruction.
 
Réseau Voltaire : Quelles sont les conséquences du gel de vos avoirs pour l’Afrique ?
 
Mohammed Siala : En bloquant nos avoirs, ils ont aussi bloqué nos actions de développement en Afrique. Le continent ne parvient qu’à exporter des produits bruts. Nous investissons pour qu’ils soient transformés en Afrique et commercialisés par les Africains. Il s’agit de créer des emplois et de conserver la plus-value en Afrique. D’un côté les Européens nous encouragent car cette politique assèche les flux migratoires, d’un autre, ils s’y opposent parce qu’ils doivent renoncer à l’exploitation coloniale.
 
Les Occidentaux veulent maintenir l’Afrique dans une situation où elle n’exporte que des produits bruts, des commodités.
 
Par exemple, lorsque le café produit en Ouganda est exporté en Allemagne d’où il est commercialisé, la plus-value reste en Allemagne. Nous avons financé des installations pour la torréfaction, la mouture, le packaging etc. La part de rémunération des Ougandais est passée de 20% à 80%. Évidemment, notre politique entre en conflit avec celle des Européens. C’est un euphémisme.
 
Nous finançons des rizières au Mozambique et au Libéria, à hauteur de 32 millions de dollars par projet et créons chaque fois 100 000 emplois. Nous visons d’abord l’autosuffisance alimentaire de chaque État africain, et seulement après les marchés d’exportation. Sans aucun doute, nous entrons en conflit avec ceux qui produisent et exportent du riz, surtout s’ils spéculent avec.
 
Nous construisons aussi des routes. Par exemple depuis la Libye à travers le Niger. Nous avons déjà relié le Soudan à l’Érythrée ce qui bouleverse l’économie régionale et ouvre des perspectives de développement. Il désormais possible de faire circuler des marchandises par route et par mer.
 
Réseau Voltaire : Peut-on dire que la Libye a peu d’alliances diplomatiques, mais que vous avez élaboré des alliances économiques qui vous protègent. Peut-on parler de diplomatie des investissements ?
 
Mohammed Siala : Oui.
 
Par exemple, nous finançons pour 50 millions de dollars la construction par des entreprises chinoises d’un canal de 32 kilomètres au Mali pour l’irrigation des zones agricoles. Le gel de nos avoirs interrompt d’importants projets agricoles dans ce pays. S’il se poursuit, un problème alimentaire se posera rapidement et les populations reprendront et accélèreront leur migration vers l’Europe. En définitive, les Européens ne peuvent pas se permettre de stopper notre effort de développement du continent. Ils n’ont pas d’alternative à notre politique.
 
Réseau Voltaire : Disposez-vous d’un dispositif qui vous permette de payer vos commandes sur le marché international malgré le gel de vos avoirs. Votre pays est attaqué, je pense bien sûr à l’achat d’armes et munitions.
 
Mohammed Siala : Nous résistons depuis quatre mois et demi. Nous avons tiré les leçons de l’embargo et étions prêts au premier jour. Beaucoup d’États nous observent et veulent prendre des mesures similaires pour se protéger eux aussi de l’impérialisme.
Thierry Meyssan
__._,_.___
Activités récentes:


    Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

    Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.


     
    .

    __,_._,___

    10:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    CROATIE; Le Bulletin du Courrier des Balkans N°823

     
    La CROATIE, 28e pays européen va donc perdre son indépendance nationale, sa souveraineté, en s’intégrant dans l’ EURO-DICTATURE capitaliste et ensuite dans la machine de guerre otanienne en 2013. Cette machine de plus de 500 millions d’ âmes (un nouvel empire où les choses vont de plus en plus mal)  n’ a pas pour but d’intégrer les peuples pour leur bonheur, mais de les dissoudre,  pour mieux les ramener par la suite à l’ esclavage. De la Croatie à la Grèce, il n’y a pas loin ...
    L’ Europe a été voulue par les patrons et leurs valets, faite par les patrons, pour servir avant tout les intérêts des patrons, des banquiers et des multinationales capitalistes.
    RoRo
    _______                                   ________
    _______  Lundi 13 juin
    2011 ________



    Le Bulletin du Courrier des Balkans N°823


    ° Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre
    ° Kosovo : les révélations de l'ancien président du Tribunal militaire de l'UÇK
    ° En Libye, en Irak et en Afghanistan, on tire avec des armes serbes
    ° Élections en Moldavie : le Parti des Communistes résiste face à une opposition libérale divisée


    ° Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre
    Vendredi 10 juin, la Commission européenne a officiellement ouvert les portes de l’UE à Zagreb en recommandant l’adhésion de la Croatie en 2013. Les 27 pays membres devraient officialiser cette décision lors du prochain sommet, les 23 et 24 juin. Les Croates devront ensuite valider cette adhésion lors du référendum consenti par le pouvoir après les manifestations du début de l’année.
     
     

    Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre

    Sur la Toile :
    Mise en ligne : samedi 11 juin 2011
    Vendredi 10 juin, la Commission européenne a officiellement ouvert les portes de l’UE à Zagreb en recommandant l’adhésion de la Croatie en 2013. Les 27 pays membres devraient officialiser cette décision lors du prochain sommet, les 23 et 24 juin. Les Croates devront ensuite valider cette adhésion lors du référendum consenti par le pouvoir après les manifestations du début de l’année.

    Vendredi 9 juin, la Commission européenne a donné son feu vert pour la clôture des négociations avec la Croatie, avec en ligne de mire l’adhésion en 2013 ou au plus tard en 2014. La Croatie sera le 28e pays membre de l’Union européenne et le deuxième issu de l’ancienne Yougoslavie après la Slovénie.

    Les trente-cinq chapitres que compte l’acquis communautaire, cette feuille de route que doit respecter à la lettre tout candidat à l’adhésion, ont été fermés. Il aura fallu six ans à Zagreb pour atteindre cet objectif, une durée relativement courte compte tenu de la taille limitée de l’économie croate.

    La procédure d’adhésion a néanmoins achoppé sur deux points particuliers : la réforme du système judiciaire et la lutte contre la corruption. La Croatie a dû donner des gages de son engagement à Bruxelles, qui réclamait une réelle application des mesures prises. Le procès qui aura prochainement lieu en Croatie contre l’ancien Premier ministre Ivo Sanader, accusé de corruption, aura valeur d’ultime test.

    Après les adhésions en 2007 de la Roumanie et de la Bulgarie que plusieurs États membres, France et Allemagne en tête, jugent aujourd’hui prématurées, un dispositif de suivi - réclamé justement par Paris et Berlin - va être mis en place pour surveiller au plus près la bonne marche des réformes en Croatie. Cette mesure permettra, en cas de non respect des engagements, de geler certaines aides voire de reporter l’adhésion.

    Les 27 pays membres auront le dernier mot, maintenant que la Commission a rendu son avis. Ils pourraient décider d’ouvrir officiellement la porte à la Croatie lors du prochain sommet qui aura lieu les 23 et 24 juin. Chacun des États ratifiera le traité d’adhésion en 2012.

    Mais une étape de taille s’annonce pour Zagreb : la tenue d’un référendum sur l’adhésion réclamé par la population après le « printemps croate », ces manifestations qui pendant deux mois ont réuni plusieurs milliers de personnes tous les deux soirs dans les rues de la capitale.

    Lassés de se voir les portes de l’intégration fermées, les Croates ont petit à petit tourné le dos à Bruxelles. Aujourd’hui, si l’on en croit les enquêtes, pro-UE et eurosceptiques font jeu égal dans l’opinion. Le gouvernement conservateur, au plus bas dans les sondages, va devoir convaincre.

    cartereferendum

     


     

    10:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    03/07/2011

    Libye : La politique de la France en Libye de plus en plus criti quée : Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.c om

     
    Et en BELGIQUE, qu’ en pense le Ministre de la “défense” nationale, le fameux Pieter De Crem
    (“chrétien” “démocrate” flamand) ???
    RoRo
     
    -----Message d'origine-----
    From: Hess Madeleine
    Sent: Saturday, July 02, 2011 11:00 PM
     
    Objet : TR: Libye : La politique de la France en Libye de plus en plus
    critiquée : Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com
     
     
    La politique de la France en Libye de plus en plus critiquée.
     
    Pour lire la suite cliquez ici (
    http://atlasalternatif.over-blog.com/article-la-politique-de-la-france-en-li
     
     
     
    L'action militaire de la France en Libye de plus en plus critiquée.
     
    La décision de la France révélée par le Figaro mercredi dernier de
    livrer des armes aux insurgés libyens de Benghazi suscite l'indignation dans
    le monde. Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a
    déclaré à la BBC le jeudi 30 juin que ces livraisons d'armes favorisaient
    "le risque d'une guerre civile, le risque d'une partition de l'Etat, le
    risque d'une "somalisation" du pays, le risque de prolifération des armes en
    lien avec le terrorisme".
     
    Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï
    Lavrov a qualifié cette livraison d'armes de "violation grossière de la
    résolution 1970 du Conseil de sécurité de l'Onu". Paris a tenté de se
    défendre en déclarant qu'il ne s'agit que d'armes légères,
    larguées à l'occasion d'opérations d'aide humanitaire  en faveur de populations
    sous la menace des troupes de Mouammar Kadhafi dans une région située à quelques
    dizaines de kilomètres de Tripoli, mais ces assertions sont invérifiables
    pour le moment.
     
     
     
    Par ailleurs, le nombre de morts civils depuis le 19 mars dû aux frappes
    aériennes de l'OTAN selon les sources gouvernementales de Tripoli
    approcherait le millier de morts, dont beaucoup d'enfants, un paradoxe pour
    une mission militaire qui se réclamait d'une résolution de l'ONU visant à
    "protéger les civils".
     
    Ce chiffre n"inclut pas les effets indirects  désastreux de la guerre sur les
    infrastructures de santé (autrefois exemplaires) et les services sociaux libyens (alors qu'un
    soutien moins radical des Occidentaux aux insurgés aurait déjà permis le mise en oeuvre de
    négociations).
     
     
     
    Le bilan humain ne prend pas en compte non plus les effets de l'utilisation
    possible par l'OTAN d'armes à uranium appauvri - dénoncée par des organismes
    britanniques comme Uranium Weapons Network et la Campagne pour le
    Désarmement nucléaire (on attend toujours que les députés au parlement
    européen,
    notamment écologistes,
    lancent une commission d'enquête sur le sujet). Un gâchis d'autant plus préoccupant
    qu'il n'a débouché sur aucune avancée politique concrète, le gouvernement de Muammar
    Kadhafi s'étant considérablement renforcé en Tripolitaine, tirant profit du réflexe
    patriotique provoqué par l'agression de l'OTAN.
     
     
     
    Le 30 mai dernier, le rapport du Centre international de recherche et
    d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT1)
    dressait déjà le bilan suivant de la décision française d'intervenir en
    Libye (après l'envoi d'une mission à Belghazi et Tripoli) :
     
     
     
    "La décision unilatérale de Nicolas Sarkozy a stupéfié ses alliés allemands
    et italiens - c’est l’une des raisons de l’abstention de Berlin sur ce
    dossier à l’ONU – alors que son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé
    semble avoir été placé dans une situation comparable à celle de Colin Powell
    en 2003, lors du déclenchement de l’invasion de l’Irak. Il a dû en effet
    défendre une position qu’il n’avait pas choisie et à laquelle il ne semble
    pas avoir été associé.
     
     
     
    (...)Les illusions du président Sarkozy ont été renforcées par les
    déclarations outrancières des représentants de la toute jeune révolution
    libyenne et l’enthousiasme – légitime – de la population de Benghazi. Les
    dirigeants du CNT clament que « la décision du président français a sauvé
    plus d’un million de vie humaines » et que c’est l’amitié entre la France et
    le CNT qui a permis l’évolution actuelle la survie de la rébellion.
     
     
    Indéniablement, la France et son président bénéficient d’une cote d’amour
    inégalée sinon inégalable dans toute la Cyrénaïque. La délégation, composée
    en majorité de Français, a reçu en tous lieux un accueil très favorable. Les
    drapeaux français sont arborés partout et sont même vendus dans les
    kiosques. A Derna, nos interlocuteurs nous ont déclaré avoir déjà noté une
    nette augmentation des demandes d’inscription à l’université en faculté de
    français, surtout de la part des femmes.
     
     
    Il convient de reconnaître que le nom du président français n’aura sans
    doute jamais été aussi prononcé dans un pays étranger. S’il est encensé à
    l’Est, il est honni à l’Ouest, mais tout aussi présent dans les
    attroupements populaires et les médias, comme si la France seule était
    responsable de la situation aux yeux des deux parties. Les Libyens fidèles
    au régime font toutefois une nette différence entre le peuple français et
    son président.
     
     
    Cette hypermédiatisation de la participation française est particulièrement
    trompeuse et dangereuse. Certes, certains contrats secrets ont déjà été
    conclus avec les insurgés, mais rien n’assure aujourd’hui que le pari du
    président Sarkozy de renverser le régime sera tenu. En cas de maintien au
    pouvoir de Kadhafi, les entreprises françaises se retrouveront dans une
    position extrêmement défavorable. En cas de partition du pays ou de
    négociation entre les parties, la France ne pourra jouer aucun rôle
    d’arbitre tant le ressentiment à l’égard de son président est fort à
    Tripoli.
     
     
    Nous sommes convaincus que cet engagement irréfléchi de Paris dans le
    conflit libyen fait le jeu de Washington, qui laisse Nicolas Sarkozy
    s’afficher en moteur de la coalition, au risque, en cas d’échec, d’endosser
    toute la responsabilité de cette affaire. L’attitude plus discrète du
    président Obama permettra alors aux Etats-Unis de tirer les marrons du feu."
     
    Le rapport évoquait aussi le coût financier élevé de cette guerre et les
    bénéfices que les organisations terroristes comme Al Qaïda étaient
    susceptibles d'en retirer.
    -----
    Ci dessous interview par Russia Today de Vijay Prashad, contributeur du
    livre "Atlas alternatif", sur la Libye (il évoque notamment la propagande de
    guerre autour des soi-disants viols collectifs et de la distribution de
    viagra dans l'armée gouvernementale libyenne)
     
    > © 2011 over-blog.com - Tous droits réservés
     

    09:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    02/07/2011

    20 ans sans l' Urss ... ???

    Sans but bien précis, je viens de jeter un coup d’oeil sur le site Internet de l’agence de presse russe NOVOSTI qui existait déjà du temps de l’ Union soviétique.
    A la rubrique “Qui sommes-nous”, j’ai trouvé le texte explicatif suivant que je reproduis ci-dessous un peu pour l’ Histoire.
    Mais ce qui m’épate et m’interpelle le plus, c’ est le graphisme suivant qui figure dans le coin supérieur droit du site de l’ agence :
     
    20anssanslursscccp-165-90-fr
     
    Ce qui m’inspire finalement la réflexion suivante: “20 ans sans l’Urss”, et pourtant, sous la domination quasi universelle du capitalisme, modèle unique et inique, le monde ne va pas mieux pour autant. Que du contraire, le modèle commence à craquer de toutes parts. De très durs moments se préparent: car les peuples se réveillent une fois de plus et refuseront de revenir à l’ esclavage que le capitalisme nous prépare  ... Tunisie, Le Caire, Madrid, Athènes, ...
    Le souvenir de l’Urss et d’Octobre 1917 laissent des traces indélébiles et d’ espoirs et de révoltes populaires, voire de révolutions ...
    RoRo
     

     

     

    Agence russe d'information internationale
    RIA Novosti

    L'Agence russe d'information internationale RIA Novosti est la plus importante agence d'information multimédia russe. Textes, photos, infographies, vidéo -tous ces outils sont utilisés afin de fournir à ses lecteurs des informations sur tous les évènements qui se produisent en Russie et à l'étranger. Lancée en janvier 2008, la news-room de RIA Novosti n'a pas d'analogue en Russie et recourt aux technologies les plus avancées de collecte, de traitement et de diffusion de l'information. 

    Contrairement à la plupart des agences d'information, RIA Novosti fournit ses informations non seulement aux médias, mais aussi directement aux consommateurs. Le site multimédia 
    www.rian.ru est l'une des sources d'information web en langue russe les plus consultées. Les versions de RIA Novosti en langues étrangères figurent en tête du palmarès des sources d'informations consacrées aux évènements en Russie. 

    Les visiteurs des sites web de RIA Novosti peuvent prendre part à de nombreux sondages, concours, débats, jeux de questions-réponse et envoyer leurs propres matériaux multimédia. La fréquentation cumulée des sites de RIA Novosti s'élève à 15 millions de visiteurs par mois. Des services informationnels mobiles permettent de ne pas restreindre l'accès aux informations fournies par RIA Novosti au lieu de travail ou au domicile. 

    Des filiales et des correspondants de RIA Novosti sont déployés dans plus de quarante pays du monde, dont les pays baltes et la CEI. En outre, RIA Novosti coopère étroitement avec les agences de presse locales en Arménie, en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Moldavie. Le réseau de RIA Novosti en Russie s'étend sur une cinquantaine de villes et comprend non seulement des correspondants, mais aussi des centres de presse régionaux. 

    Un site à contenu graphique, textuel et audiovisuel traduit en 14 langues, plus de vingt fils d'informations, une riche banque de photos (plus de 600.000 clichés), un large réseau de filiales, des éditions publiées à l'étranger et une équipe performante permettent à RIA Novosti de réaliser sa tâche avec succès.

    RIA Novosti compte parmi ses clients l'administration du Président et le gouvernement de Russie, le Conseil de la Fédération et la Douma (chambres haute et basse du parlement), les principaux ministères et départements, les administrations régionaux, des représentants des milieux d'affaires russes et étrangers, des missions diplomatiques et des associations.

     

    L'histoire de RIA Novosti

    L'histoire de RIA Novosti remonte au 24 juin 1941, date de la formation du Bureau soviétique d'information (Sovinformburo) près le Conseil des Commissaires du peuple de l'URSS et le Comité central du Parti communiste (bolchevik) de l'URSS sur la base de l'arrêté du CCP de l'URSS et du CC du PC(b) de l'URSS "De la création et des tâches du Bureau soviétique d'information". Il avait pour mission de diriger la couverture dans la presse périodique et à la radio des évènements internationaux et militaires ainsi que des évènements de la vie intérieure du pays (du 14 octobre 1941 au 3 mars 1942 il siégea à Kouïbychev). La tâche essentielle du Bureau consistait à établir des communiqués pour la radio, les journaux et les revues sur la situation sur les fronts, sur le travail de l'arrière, sur le mouvement partisan. Le Sovinformburo dirigeait l'activité du Comité panslave, du Comité antifasciste des femmes soviétiques, du Comité antifasciste de la jeunesse soviétique, du Comité antifasciste des scientifiques soviétiques, du Comité antifasciste juif. En 1944, un bureau spécial pour la propagande dans les pays étrangers fut créé dans la structure du Sovinformburo. Par le truchement de 1.171 journaux, 523 revues et 18 radios dans 23 pays du monde, des ambassades soviétiques à l'étranger, des associations d'amitié, des syndicats, des associations de femmes, de jeunes et de scientifiques le Sovinformburo informait les lecteurs et les auditeurs du combat mené par le peuple soviétique contre le fascisme et, après la guerre, des grandes orientations de la politique intérieure et étrangère de l'Union soviétique.

    Les dirigeants du Sovinformburo furent A.Chtcherbakov (de 1941 à 1945), S.Lozovski (de 1945 à 1948), Y.Khavinson, D. Polikarpov. En 1961, le Sovinformburo servit de base pour la création de l'Agence de presse Novosti (APN), qui devint le principal organe d'information des organisations sociales soviétiques. La Conférence fondatrice se tint le 21 février 1961. La Conférence des représentants des organisations sociales soviétiques décida de créer une agence de presse des organisations sociales de masse appelée Novosti. L'instance dirigeante supérieure de l'agence était le Conseil des fondateurs de l'agence. Les fondateurs de l'APN étaient l'Union des journalistes de l'URSS, l'Union des écrivains de l'URSS, l'Union des sociétés soviétiques pour l'amitié et les relations culturelles avec les pays étrangers et la société Znanie. Les Statuts de l'agence furent adoptés le 3 avril 1961. Conformément à ces statuts, l'APN avait pour objectif "en diffusant largement à l'étranger une information véridique sur l'URSS et en faisant connaître à l'opinion soviétique la vie des peuples des pays étrangers de concourir au maximum à la compréhension, à la confiance et à l'amitié entre les peuples". La devise de l'APN était "L'information au nom de la paix, au nom de l'amitié entre les peuples". L'APN avait des représentations dans plus de 120 pays du monde. L'agence éditait 60 journaux et revues illustrés dans 45 langues du monde à un tirage de 4,3 millions d'exemplaires. Conjointement avec l'Union des sociétés soviétiques pour l'amitié l'APN éditait l'hebdomadaire Les Nouvelles de Moscou, qui en septembre 1990 devint une publication indépendante. Les éditions de l'APN publiaient annuellement plus de 200 livres et brochures à un tirage total de quelque 20 millions d'exemplaires. En 1989, l'APN ouvrit une chaîne de télévision, transformée par la suite en compagnie de télévision TV-Novosti.

    Les dirigeants de l'APN furent Boris Bourkov (1961-1970); Ivan Oudaltsov (1970-1975), Lev Tolkounov (1975-1983), Pavel Naoumov (1983-1986), Valentin Faline (1986-1988), Albert Vlassov (1988-1990).

    Le 27 juillet 1990, conformément à un décret du président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, l'Agence d'information Novosti (IAN) fut crée sur la base de l'APN. "Afin d'assurer la couverture de la politique intérieure et étrangère de l'URSS et en vue de démocratiser les grands moyens d'information" l'Agence de presse Novosti est rebaptisée Agence d'information Novosti. Les tâches de l'IAN étaient pratiquement restées les mêmes: préparer et diffuser en URSS et à l'étranger des matériaux imprimés et audiovisuels, étudier l'attitude de l'opinion soviétique et étrangère vis-à-vis de la politique intérieure et extérieure de l'URSS. Une banque informatique de données fut constituée, contenant initialement plus de 250.000 documents. La ligne d'information opérationnelle "Infonovosti" fut ouverte en 1991. L'IAN avait des représentations dans 120 pays, elle éditait 13 revues et journaux illustrés. Le président du Conseil d'administration d'IAN était Albert Vlassov.

    En septembre 1991, l'Agence russe d'information (RIA) Novosti fut créée sur la base de l'IAN. En vertu d'un décret du président russe en date du 22 août 1991, RIA Novosti fut placée sous la gestion du ministère de la Presse et de l'Information. RIA Novosti avait alors quelque 80 bureaux et postes de correspondants à l'étranger, plus de 1.500 abonnés dans les pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et une centaine à l'étranger. Depuis 1993, RIA Novosti est une agence d'information et d'analyse d'Etat en vertu d'un arrêté présidentiel en date du 15 septembre 1993. La chaîne "RIA-Radio" diffusait des émissions en 1996. Au mois d'août 1997, la chaîne de télévision "Koultoura" fut créée sur la base de la chaîne de TV RIA avec le VGTRK comme membre fondateur. En mai 1998, le Décret du président russe "Du perfectionnement du travail des médias électroniques d'Etat" porta création du holding d'information VGTRK, dans lequel figurait RIA Novosti. Depuis le mois de mai 1998, cette dernière s'appelle Agence russe d'information Vesti en conservant, en tant que grand moyen d'information, l'appellation RIA Novosti. Les produits informationnels de RIA Novosti ont pour critère majeur l'association de l'opérativité, de l'objectivité, de l'authenticité et de sa propre opinion indépendamment de la conjoncture politique.

    Les dirigeants de RIA Novosti: 
    Andreï Vinogradov (août 1991-janvier 1992); 
    Maïssarat Makharadze (janvier 1992-août 1993); 
    Vladimir Markov (septembre 1993-mars 1998); 
    Edouard Guindileev (mai-août 1998); 
    Alexeï Voline (août 1998-juin 2000); 
    Alexeï Jidakov (président par intérim du Conseil d'administration de RIA Novosti (juin-octobre 2000); 
    Vladimir Koulistikov (président du Conseil d'administration de RIA Novosti (octobre 2000-avril 2001) ; 
    Alexeï Jidakov, président du Conseil d'administration de RIA Novosti (avril 2001-janvier 2003); 
    Svétlana Mironiouk, présidente du Conseil d'administration de RIA Novosti (24 janvier 2003-09 avril 2004).

    Depuis le mois d'avril 2004, suite à l'enregistrement public des modifications apportées aux documents fondateurs le 01.04.2004, l'Entreprise unitaire d'Etat fédérale Agence d'information russe Vesti est rebaptisée Entreprise unitaire d'Etat fédérale Agence russe d'information internationale RIA Novosti (FGUP RAMI RIA Novosti). La FGUP RAMI RIA Novosti est dirigée par la rédactrice en chef, Svétlana Mironiouk. 

     

    Direction de l'Agence

    Rédactrice en chef - Mme Svetlana Mironiouk

    Directeur général - M. Nikolaï Birioukov

    Rédacteurs en chef adjoints - M. Alexandre Babinski, M. Leonid Bourmistrov, M.Valeri Levtchenko

    Rédacteur en chef adjoint, chef de la Direction unifiée de la coopération internationale - M. Sergueï Vykhoukholev

    Chef de la représentation en Grande-Bretagne, rédactrice en chef adjointe - Mme Irina Demtchenko 

    Rédacteur en chef adjoint, chef de la Rédaction unifiée des actualités - M. Maxime Filimonov

    Premier chef adjoint - Mme Natalia Losseva

    Adjoints au Directeur général

    - M. Sergueï Gorbounov
    - Mme 
    Evguenia Bougas

     

     

    21:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    Site du Comité Valmy

    Sent: Saturday, July 02, 2011 6:33 PM
     
    Subject: Site du Comité Valmy
     
     
     
            valmy   Comité Valmy   mailto:info@comite6valmy.org    -   www.comite-valmy.org                                                                                                                  
           nouveautés  

            MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA, HUGO CHAVEZ,
            A LA NATION - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1612

            La Syrie cible de tentatives de déstabilisation - Le colonialisme des temps modernes -Par Oussama Charabeh
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1608

            Selon que vous serez puissant ou misérable... par eva R-sistons
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1610

            70ème anniversaire de l’Opération Barbarossa - Extraits du chapitre 1 de Staline - Histoire et critique d’une
            légende noire de Domenico Losurdo - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1604
     


             Libye :  Interviews 1) de la fille de Mouammar Kadhafi- 2) de Ali al-Ahwal, coordinateur du Forum des tribus
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1611

            Écouter Alexandre... Michel Naudy - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1609

            Guerres étasuniennes : Maurizio Matteuzzi - Ne pas manquer de plus, l'impressionnante horloge de la dette
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1606

            Journal télévisé Lybien en français +2ème vidéo en direct - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1607

            L’affaire Aurore Martin : le vrai visage du mandat d’arrêt européen par Jean-Claude Paye
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1605

            Agression nazie contre l’URSS : l’Occident a laissé faire  par Lev Sotskov
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1603

            Jean-Jacques Rosa. L’euro : comment s’en débarrasser - La lettre volée
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1602

            GRÉVE GÉNÉRALE DE 48 HEURES EN GRECE : LE PAME EN POINTE DU COMBAT - PRCF
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1601

            Laïcité Inch’allah - Nadia El Fani obtient le prix international de la laïcité
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1600

            Rubrique L’art de la guerre, Chroniques d’un monde à l’envers - Manlio Dinucci
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1598

            Anatomo-pathologie de la Dette - Léon Camus - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1595

            Vergès/Dumas/Kadhafi - L’épître du procureur Bilger par Pierre Lévy -
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1599

            Tripoli bombardé ne faiblit pas par Thierry Meyssan - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1597

            Santé : Suppression de "l’hypertension artérielle sévère" de la liste des affections de longue durée
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1596

            06 - Défense de la commune versus mœurs bananières Intervention d' Émile Tornatore Maire du Broc
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1594

            La désignation de Jean-Luc Mélenchon ne règle rien - Gauche Communiste
            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1593

            Ollanta Humala veut réunifier le Pérou et la Bolivie - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1592

            Trois soldats américains tués en Irak - http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve564

            Afghanistan : l’Otan perd trois drones en deux jours - http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve563
           

    19:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |