14/06/2008

12/06/2008: Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin ...

C' est en EURO-DICTATURE capitaliste ...
RoRo

-------- Message original --------
Sujet: Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin
Date: Thu, 12 Jun 2008 11:07:00 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>




Répression politique

Un collaborateur du Réseau Voltaire incarcéré à Berlin


La prison berlinoise où a été incarcéré le journaliste Jürgen Cain Külbel,
coupable d'’avoir révélé l'’action de la CIA dans l'’assassinat de Rafic Hariri,
l’'organisation de la fausse piste syrienne, et la manipulation de la Commission d’'enquête de l'’ONU.

11 juin 2008

La répression contre le Réseau Voltaire se poursuit. Jürgen Cain Külbel, vient d'’être incarcéré à Berlin. Les arguties juridiques employées pour le condamner ne masquent pas l'’intention politique de cette décision : notre collaborateur avait démontré que le chef de la mission d’'enquête de l’ONU sur l’'assassinat de Rafic Hariri avait des liens financiers avec les assassins, et que son principal assistant est un agent de la CIA impliqué dans des enlèvements en Europe.

Jürgen Cain Külbel, collaborateur du Réseau Voltaire, a été incarcéré à Berlin. Il lui est reproché d’'avoir violé une décision du Tribunal des référés en maintenant un lien actif sur son site Internet vers un article de Voltairenet.org [1]

Cette affaire rocambolesque est une machination de plus de la CIA pour intimider Jürgen Cain Külbel et les collaborateurs du Réseau Voltaire. Voici le mécanisme de cette opération :

Ancien enquêteur de la police est-allemande, Jürgen Cain Külbel a conduit, en tant que journaliste, une enquête indépendante sur l’'assassinat de l'’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri. Il a publié ses conclusions dans un livre édité en allemand et en arabe : Le Dossier Hariri [2] . Il y reprend et approfondi des éléments déjà présentés par le Réseau Voltaire [3]. Thierry Meyssan avait montré qu’'une association d’'opposants libanais en exil, l’U.S. Committee for a Free Lebanon (USCFL), avait connaissance à l'’avance du crime et avait immédiatement lancé une campagne de communication visant à détourner les soupçons vers la Syrie [4]. L’'USCFL, que la CIA destinait à former un gouvernement fantôche au Liban en cas d’'intervention militaire US, est donc complice, au moins passivement, du meurtre. Talaat Ramih avait montré que l’'ancien procureur allemand Detlev Mehlis, devenu chef de la mission d’'enquête des Nations Unies, avait été employé par le Washington Institute for Near East Policy (WINEP) [5]. En relevant que l'’USCFL est une émanation du WINEP, Jürgen Cain Külbel a montré que le chef de la mission de l'’ONU était un ancien employé de personnes impliquées dans le meurtre sur lequel il était chargé d’'enquêter. Continuant sur sa lancée, il a établi le rôle de l'’assistant principal de Detlev Mehlis, le commissaire principal Gerhard Lehmann, dans les enlèvements perpétrés par la CIA en Europe depuis 2001. M. Lehmann a ainsi été formellement reconnu par une des victimes, Khaled El-Masri [6]. Plusieurs éléments laissent à penser que M. Lehmann pourrait également être impliqué dans la « disparition » à Paris du témoin clé de l’'affaire Hariri, Zuhair As-Siddik, le 13 mars dernier [7]

Dès la publication de son livre en allemand, Jürgen Cain Külbel a été approché par un militant palestinien connu résidant en Allemagne, Said Dudin, qui s’'est proposé d’'éditer l'’ouvrage en arabe et d’'en assurer la promotion. Mais lorsque M. Külbel est venu à Damas, donner une conférence à la Bibliothèque nationale syrienne, à l'’invitation de Syria Alghad (institut de recherche politique membre du Réseau Voltaire), M. Dudin a fait son possible pour discréditer son auteur. L'’éditeur a exhorté l'’assistance à attaquer les ambassades occidentales et a multiplié les déclarations incendiaires pour déplacer l'’attention des médias.


Conférence de Jürgen Cain Külbel, le 8 mai 2006, 
à la Bibliothèque nationale syrienne (Damas).

De retour en Allemagne, Jürgen Cain Külbel a tenté d'’en savoir plus sur ce saboteur. Il a alors découvert que le prétendu militant de la cause palestinienne était le fils de Mustafa Dudin, un agent secret israélien placé directement sous le commandement du général Ariel Sharon. Découvert, Mustafa Dudin avait été exécuté par la Résistance. Poursuivant ses recherches, Jürgen Cain Külbel découvrit dans les archives de la Stasi, l’'ancienne police politique est-allemande, des documents attestant que Said Dudin lui-même était de longue date un agent de la CIA infiltré dans la gauche radicale allemande. Ces documents ont été publiés sur Voltairenet.org [8].

Introduisant une action judiciaire en référé, Said Dudin a obtenu que le Tribunal de Berlin enjoigne M. Külbel de ne plus faire mention d’'aucune manière que ce soit de l'’incident survenu à Damas, des fonctions de son père dans les services israéliens et de ses fonctions personnelles à la CIA. Obéissant à la Raison d’'État, le Tribunal n'’a retenu que les témoignages produits par M. Dudin et a écarté ceux produits M. Külbel, y compris celui du prince Issa El-Ayoubi, vice-président du Réseau Voltaire et petit-neveu du fondateur de la République arabe syrienne, qui avait assisté à l'’incident de Damas où il s’'était opposé à M. Dudin. En outre, le Tribunal a écarté les documents de la Stasi en vertu d’'une loi allemande d’'amnistie qui fait interdiction de leur mention.

Or, Jürgen Cain Külbel ayant ultérieurement maintenu sur son site Internet personnel un lien actif vers celui du Réseau Voltaire qui contient les documents illégalement rendus publics de la Stasi, le Tribunal l’a condamné à 10 jours de prison ferme pour violation de son injonction.

 

[1] Page incriminée : « Le journaliste d’'investigation face aux manipulations des services secrets », entretien de Jürgen Cain Külbel avec Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 30 juillet 2007.

[2] Mordakte Hariri, Unterdrückte Spuren im Libanon par Jügen Cain Külbel, édition Zeitgeschichte Band 34, 2006 (ISBN 3-89706-860-5).

[3] « Attentat contre Rafic Hariri : Une enquête biaisée ? », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 15 septembre 2006.

[4] « Les plans de l’US Committee for a Free Lebanon », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 8 mars 2005.

[5] « La commission Mehlis discréditée », par Talaat Ramih, Réseau Voltaire, 9 décembre 2005.

[6] Allégations de détentions secrètes et de transferts illégaux de détenus concernant des États membres du Conseil de l’Europe, rapport de Dick Marty au Conseil de l’Europe, 12 juin 2006, § 99 et 130.

[7] « Kouchner a "perdu" le témoin-clé de l’enquête Hariri », par Jürgen Cain Külbel, Réseau Voltaire, 21 avril 2008.

[8] Ibid.

Le Réseau Voltaire est en danger.
Il a besoin de vous !



Source : Réseau Voltaire  
http://www.voltairenet.org/...

11:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, euro-dictature, capitalisme, repression, medias, courcelles, romain, belgique, histoire, allemagne, presdse, information, television, democratie, liberte | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.