30/04/2008

29/04/2008: Municipales à Rome: la droite triomphe et enlève la capitale à la gauche: un neo-fasciste s' empare de Rome ...]


Un neo-fasciste s' empare de ROME :
Triste bilan pour la fausse "gauche", réformiste, participationniste, opportuniste et collaborationniste, déjà battue aux récentes législatives italiennes ! Les amis de Gianni Alemanno peuvent lever le bras et la main tendus (vu ce mardi à la télé!): l'Euro-dictature devient de plus en plus noire, sur fond de paupérisation, de racisme, de nationalisme, d' européanisme, d' atlantisme, de ricanisme, de libéralisme et de répression de plus en plus poussée. 
Je ne cesse de le répéter, dans cette Europe pillée et exploitée par les multinationales et transnationales capitalistes, il est grand temps de recréer une véritable gauche, marxiste-léniniste, révolutionnaire et internationaliste, qui se battra de nouveau pour et aux côtés des peuples travailleurs dans la solidarité et l'union.
Son sale travail accompli, à la tête de l' Euro-dictature et de l' Italie, le fameux Prodi semble avoir jeté définitivement l'éponge, quoiqu'il puisse encore rejaillir ailleurs ...
Quand donc les syndicats vont-ils également se réveiller pour appuyer véritablement un grand mouvement revendicatif dans la lutte ? 
RoRo

From: Politique
Sent: Tuesday, April 29, 2008 10:54 AM
Subject: Municipales à Rome: la droite triomphe et enlève la capitale à la gauche

28.04.2008 21:05

Municipales à Rome: la droite triomphe et enlève la capitale à la gauche

La droite a triomphé à Rome, son candidat Gianni Alemanno réussissant à enlever la capitale italienne à la gauche qui la dirigeait depuis 15 ans, grâce à une confortable avance de sept points, selon des chiffres définitifs publiés lundi soir par le ministère de l'Intérieur.

Ce résultat est une catastrophe pour le Parti démocrate (PD) de centre gauche de Walter Veltroni, déjà nettement battu aux législatives des 13 et 14 avril par Silvio Berlusconi. C'est "une victoire historique", s'est félicité le futur chef du gouvernement, tandis que Walter Veltroni déplorait "une défaite très grave, très lourde". M. Alemanno l'a emporté avec 53,65% des voix, contre 46,34% à son rival, le ministre de la Culture sortant et ex-maire de Rome Francesco Rutelli. Ce succès "vient compléter notre victoire aux législatives" et "les Romains ont choisi le programme de bonne gouvernance du PDL dont l'objectif est de conjuguer une plus grande sécurité à Rome et la modernisation des infrastructures urbaines", a estimé Silvio Berlusconi, chef du parti du Peuple de la liberté (PDL). (CYA)

15:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : italie, romain, courcelles, histoire, actualite, presse, medias, information, informaztion, television, silence, liberte, demagogie, democratie, capitalisme, gauche, droite, marxisme, leninisme, socialisme, revolution | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/04/2008

23/04/2008: Etats-Unis :: Ces élections coûteront plus de deux milliards de dollars: dans Solidaire)...

Etats-Unis :: Ces élections coûteront plus de deux milliards de dollars

Tom Ronse vit et travaille depuis presque trente ans aux états-Unis comme correspondant pour des journaux néerlandophones. Nous lui avons demandé son avis sur les élections présidentielles.

Mark Kennes

 

Entre les programmes d’Obama et de Clinton, il existe plus de subtiles nuances que de grosses différences. Obama va probablement gagner, pas avec son programme mais avec son image. 

Tom Ronse vit à New York. Depuis 1980, il a été correspondant pour le journal De Morgen et a écrit notamment dans les magazines Knack et Humo.

Il existe une sérieuse chance que le prochain président des Etats-Unis ne soit pas un homme blanc. Peut-on parler d’une campagne historique ?
Tom Ronse. Le fait que le parti qui a le plus de chances d’envoyer son candidat à la Maison Blanche lancera soit un Noir, soit une femme comme candidat démontre que quelque chose a changé. C’est en soi positif, mais je doute que cela se traduise dans la politique menée. C’est pourquoi je n’utiliserais pas les mots « historique » ou « rupture de style »

La lutte aiguë entre Barack Obama et Hilary Clinton n’est pas encore terminée. En quoi se différencient leur programme ?
    Tom Ronse.
Ce sont tous les deux des candidats modérés au centre du Parti Démocrate. Entre les deux programmes – dans la mesure où ils sont déjà clairs – il existe plus de subtiles nuances que de vraies différences. Obama va probablement gagner, pas avec son programme mais plutôt grâce à son image. C’est donc dans son intérêt de rester aussi vague que possible pour ratisser le plus large possible.
 
Obama a l’image d’un orateur inspiré, mais s’il ne parle pas de son programme, de quoi parle-t-il ?
    Tom Ronse.
Les thèmes récurrents d’Obama sont le changement et l’espoir. Avec ça, il touche une corde sensible de la population américaine, où désespoir et mécontentement sont bien présents. Cela explique son succès actuel : un sondage récent révélait que quatre-vingt pourcent de la population trouve que le pays est sur la mauvaise voie.    

A combien évaluez-vous les chances du candidat républicain John McCain?
    Tom Ronse
. McCain a été huit années durant le grand opposant de Bush. Il a pris dans plusieurs dossiers un autre point de vue que la plupart des Républicains. Comme sur la question des impôts, la chasse aux immigrés et l’utilisation de la torture. McCain n’appartient pas à l’establishment du parti républicain. Il rend furieuse l’aile droite du parti, qui semble ne pas comprendre qu’il est leur seule chance de gagner. Vu qu’il est clair que ce sera cette année un candidat anti-Bush qui sera élu, les Républicains n’ont pas d’autre choix que de mettre un « anti-Bush » en avant.

La guerre en Irak est-elle un thème important de la campagne ?
    Tom Ronse.
C’est surprenant, mais en fait pas tellement. L’année passée, la guerre en Irak était encore un thème majeur mais elle l’est beaucoup moins maintenant. Selon moi c’est parce que l’envoi de troupes supplémentaires l’an passé a été dépeint comme un grand succès. Cela vit encore mais plutôt en arrière-fond. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi les Démocrates dans le mauvais contexte économique actuel ne parlent pas du coût de la guerre. Qui a coûté au bas mot plus de mille milliards de dollars.

Que disent les candidats de la crise économique et du fait que des milliers de gens sont expulsés de leur maison ?
    Tom Ronse.
La crise des hypothèques a naturellement eu un écho dans la campagne, mais il n’y a pas vraiment de différence à ce sujet entre les programmes des Démocrates et des Républicains. Les deux partis ont approuvé un paquet de mesures au Congrès, qui permettent à chaque citoyen de retoucher un peu d’argent des impôts. Ce n’est rien de plus qu’une goutte d’eau sur une plaque chaude. Tout le monde sait que l’économie américaine vit depuis des années au-dessus de ses moyens et que le budget et le déficit actuels sont intenables. Le prochain président devra sérieusement s’attaquer à ces problèmes, mais pas un seul candidat n’ose dire qu’il augmentera les impôts.

Les politiciens américains se plaisent à considérer leur pays comme le plus démocratique au monde. Vous dites que les USA sont plutôt la preuve que « démocratie et totalitarisme ne sont pas incompatibles ». Qu’entendez-vous par là ?
    Tom Ronse.
Il est exact qu’il existe aux USA des libertés que beaucoup de pays ne connaissent pas. Bush a cependant montré que ces libertés sont relatives. Son gouvernement a pu par exemple espionner toute la population sans aucune forme de contrôle et enfermer des milliers de gens sans aucune forme de procès ou sans qu’on sache où ni pourquoi. Guantanamo en est l’exemple le plus connu.
    On peut aussi se poser de sérieuses questions sur le processus électoral. Pour gagner une telle campagne ou pour pouvoir y participer d’une façon crédible, il faut énormément d’argent. Ces élections coûteront plus de deux milliards de dollars. Pour avoir cet argent, le soutien des entreprises est incontournable. Ce sont dès lors seulement les candidats des deux grands partis qui ont une chance.

Certains Européens osent parfois traiter les Américains de stupides et mal informés. Qu’en pensez-vous ?
    Tom Ronse.
Je ne pense pas que les Américains soient beaucoup plus stupides ou plus malins que les Belges. Ce qui frappe, c’est qu’il règne parmi la population américaine un beaucoup plus grand désintérêt politique. Environ la moitié de la population ne suit pas les élections et n’y participe pas. Est-ce une expression de bêtise ou d’illumination, à vous de voir.

Vous dites qu’une grande partie de la population se désintéresse de la politique, mais Obama a pourtant réussi à mobiliser beaucoup de nouveaux électeurs pour les élections primaires ?
    Tom Ronse.
L’intérêt est effectivement beaucoup plus grand qu’il y a quatre ou huit ans. Je pense que c’est dû à la grande soif de changement qui vit parmi la population. Ces élections ne concernent pas seulement l’économie et la guerre, mais aussi l’image des Etats-Unis à l’étranger. Cette image s’améliorerait beaucoup avec Obama comme président. Je ne dis pas que cette amélioration serait correcte, mais c’est un fait que l’image des USA progresserait beaucoup. C’est d’ailleurs aussi l’estimation que font beaucoup de multinationales. Vous ne devez certainement pas croire qu’Obama ne serait pas apprécié par le monde des entreprises.

19:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/04/2008

15/04/2008: Les "Droits de l'homme" à Dubaï, émirat du Monde "libre" capitaliste ...

Les "Droits de l'homme" à Dubaï, émirat du Monde "libre" capitaliste ...
Et si le Monde "libre", Ménard-Rsf, les médias domestiqués, le Parlement européen, Amnesty International,... exigeaient le respect des droits de l'homme les plus essentiels et élementaires à ... Dubaï ,?
Là, des centaines de milliers DE TRAVAILLEURS asiatiques, tels des fourmis, triment comme des forçats de Cayenne, pour construire des sites et des logements de super-luxe, jusque 1.000 m2, au sommet de buildings, pour multi - milliardaires russes, anglais, allemands, ricains,... dans les pires conditions d'esclavage colonialiste et capitaliste. 
Privés de leur passeport par les patrons, ils ne savent même plus rentrer au pays lorsqu'ils en ont assez.
Parqués, logés, traités, moins que des animaux, ils travaillent jusqu'à ce qu'ils en crèvent et/ou se suicident...
Là, 24 heures sur 24, le travail n' arrête jamais. Les équipes de forçats "volontaires" se relayent au pas de course jusqu'à 50° ... à l'ombre, parce qu'ils essaient d' échapper à la misère, à la faim en vendant leur force de travail jusqu'à l'épuisement. Et s'ils ne sont plus d' accord, ou expriment la moindre revendication, la porte ... ! Sans visa de sortie, ils n'ont plus qu'à errer et à crever ... 
Très intéressant et instructif reportage-documentaire, quand même, ce mardi-matin sur la RtbF...
RoRo

11:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, cia, usa, rsf, droits de l homme, medias, capitalisme, courcelles, democratie, histoire, justice, liberte, politique, presse, propagande, repression, romain, silence, chine, tibet | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/04/2008

13/04/2008: Chine radio international critique Libération...




-------- Message original --------
Sujet: Chine radio international critique Libération
Date: Sun, 13 Apr 2008 22:12:26 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: <roger.romain@skynet.be>, "'Drweski Bruno '" <bruno.drweski@wanadoo.fr>



Les réactions venant de l'Europe : La reconnaissance des « faits tronqués » traîne toujours
Le site Internet de  Radio Chine Internationale a reporté ces derniers jours la vérité des émeutes du 14 mars à Lhassa en 39 langues étrangères. Ces reportages ont suscité des répercussions dans le monde entier.
Donnons une claque cinglante à « Libération »
Je ne nie pas que les médias manifestent une tendance idéologique, qu'ils soient chinois ou étrangers. Mais, malgré leur position idéologique, les médias doivent observer leur déontologie essentielle : objectivité et véridicité. En couvrant le passage de la Flamme olympique à Paris, « Libération », journal influent de France, a interverti le vrai et le faux et a tenu à semer la discorde.

19:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, actualite, belgique, chine, courcelles, cia, dalai-lama, democratie, dictature, droits de l homme, histoire, imperialisme, liberte, mediasnpolitique, presse, propagande, romain, repression, silence, tibet, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/04/2008

13/04/2008: ITALIE: tous dans le même sac ...

ITALIE: tous dans le même sac ...
Les Italiens votent de nouveau. Une fois de plus, ils espèrent la stabilité et ... le changement.
En réalité, ils n'ont pas grand choix entre la vraie droite (la droite extrême du crypto-facho Berlusconi) et la fausse "gauche" domestiquée.
La vie politique italienne tend de plus en plus au bipartisme.
Droite et "gauche" essaient d'éliminer les plus petites formations et de convaincre le maximum d'indécis écoeurés, voire même de ne pas effaroucher les riches...
Principelement la fausse "gauche". Cette semaine, on a entendu à la télé Veltroni (maire de Rome et ex-"communiste" reconverti) déclarer "notre combat est contre la pauvreté, pas contre les riches).
Les "riches", c' est quoi ? Comment peut-on aider les pauvres (de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres), sans s' attaquer aux riches, du moins aux super-rriches et aux scandaleux profits des multinationales capitalistes ?
Aujourd'hui, de plus en plus d' Italiens dénoncent la vie de plus en plus chère aussi chez eux, le passage à l' euro. Bientôt, ils vont comprendre toujours plus nombreux que l' Euro-dictature des multinationales est là derrière.
L' actuelle gouvernement de la fausse gauche (sous la direction de son lîder, l' européiste inconditionnel Prodi) a tellement bien combattu la pauvreté et la misères grandissantes que les sondages prédisent déjà le retour, pour la troième fois, du sinistre milliardaire Berlusconi, allié naturel de la Ligue du Nord, des néo-fascistes, de l'impérialisme ricain et de l' Otan....
Attendre et voir ! Une chose est d'ores et déjà certaine: après comme avant les élections, avec la droite et/ou la fausse "gauche", le règne des multinationales capitalistes va se poursuivre. En "démocratie", n'est-ce pas l' essentiel ??? La nomenklatura du régime capitaliste survivra elle aussi !
RoRo

23:23 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro-dictature, europe, actualite, belgique, courcelles, democratie, capitalisme, gauche, medias, politique, romain, finance, droite, histoire, presse, silence | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/04/2008

08/04/2008: LIBERTÉ pour l' Afghanistan, l' Irak et ... la Palestine !

LIBERTÉ pour l' Afghanistan, l' Irak et ... la Palestine !

La bobine du sieur DELANOE, maire "socialiste" de Paris , venu proclamer son attachement aux "Droits de l'homme", est apparue à la télévision domestiquée ce lundi à l'occasion du passage de la flamme olympique.

Pourtant, le personnage n' a rien à refuser à ses amis sionistes, malgré les massacres et la violation des "droits de l'homme" qu'ils perpètrent depuis plus de 50 ans en Palestine occupée...

Quand donc verra-t-on ce comédien, en compagnie de Ménard, à la tête d'une manif réclamant tout simplement pour les Palestiniens le droit de vivre sur le peu de terres qu'ils leur restent ...

Quelle fourberie, hypocrisie, anti-communiste et anti-chinoise, orchestrée avec l' aide de Rsf, du dalaï-lama ,de la Cia et des médias domestiqués du capitalisme !

RoRo


--
Envoyé par romain dans Dans les pays de l' Euro-dictature capitaliste ... le 4/08/2008 01:02:00 PM

20:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tibet, dalai-lama, droits de l homme, democratie, liberte, usa, cia, france, medias, belgique, romain, actualite, courcelles, histoire, presse, silence, chine, paris, propagande, ps, sports | |  Facebook | |  Imprimer | | |

11/04/2008

10/04/2008: TIBET - HAITI: la différence ... ?


TIBET - HAITI: la différence ... ?

Je ne sais pas si vous avez effectué les comparaisons néccessaires (?).
-dès le début des émeutes de Lhassa, les ricanos-occidentaux, leurs médias sécurisés et domestiqués et tous les bourreurs de crane (Ménard-Rsf en tête), ont aussitôt parlé de manifestations pacifiques, de violations des "droits de l'homme", de répression et de désinformation de la part des Chnois. Et cela continue ...
-aujourd'hui les mêmes médias titrent "émeutes en Haïti". Là, le peuple est en  grève et en révolte dans un des pays du Monde "libre" parmi les plus pauvres du monde. La misère s'amplifie, les gens protestent contre la vie de plus en plus chère (jusqu'à 80% pour les produits de première nécessité) et vont bientôt crever de faim dans la rue, sont à bout ... Sans parler du reste sur le plan humain...
Là, pas question de répression, de violations des droits de l'homme ... Il est vrai qu'il y a 3 - 4 ans, Ricains, Canadiens et Français sont allés mettre leur nez et que la répression, dans ce pays désormais occupé lui aussi, se fait sous le sigle "UN".
Alors ? La vérité en Haïti, comme au Tibet, ne comptez pas sur nos journalistes "libres" et totalement "indépendants" pour vous la dire ... Chez nous la presse n' est pas censurée, elle est tout simplement manipulée par les comédiens de service...
RoRo

21:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, romain, actualite, courcelles, histoire, politique, medias, silence, chine, tibet, droits de l homme, dalai-lama | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/04/2008

06/04/2008: Folie électorale à l'américaine ...

[http://histoire.skynetblogs.be]
Sur le site de Michel Collon

Howard Zinn - Folie électorale à l'américaine
Aux USA, des millions de personnes perdent leurs maisons et de quoi parle-t-on ?
Elections US

Folie électorale à l’américaine


La course à la Maison-Blanche occupe les médias US et déborde dans ceux du « reste du monde ». Pourtant, ceci n’est que vanité, observe l’historien Howard Zinn : le citoyen états-unien se passionne pour un événement qui a peu de chances de changer quoi que ce soit à sa vie quotidienne, quand aux étrangers on ne comprend pas quel intérêt ils peuvent trouver à cette mise en scène.

En Floride, il y a un homme qui m’écrit depuis des années (dix pages manuscrites) sans que je ne l’aie jamais rencontré. Il me raconte les différents travaux qu’il a faits, vigile, technicien réparateur, etc. Il a fait toutes sortes de travaux postés, nuit et jour, qui lui permettent à peine d’entretenir sa famille. Ses lettres ont toujours été pleines de rage, elle pestent contre notre système capitaliste qui ne garantit pas aux travailleurs « la vie, la liberté, la recherche du bonheur ». Aujourd’hui justement j’ai reçu une lettre de lui. Heureusement elle n’était pas manuscrite, maintenant il se sert d’Internet : « Voila, aujourd’hui je vous écris parce que ce pays est pris dans une situation désastreuse que je ne peux pas accepter, je dois dire quelque chose là-dessus. Je suis vraiment furieux de cette crise des crédits. Ça me fout en l’air que la majorité des États-uniens doive passer sa vie dans une situation d’endettement perpétuel, et que tant d’entre eux soient en train d’être ensevelis sous ce poids. P… , ça me fout en l’air. Aujourd’hui j’ai travaillé comme vigile et mon boulot était de surveiller une maison qui a été saisie et sera vendue aux enchères. Ils ont ouvert la maison aux visiteurs, et moi j’étais là pour monter la garde pendant la visite. Dans le même quartier il y avait trois autres vigiles qui faisaient la même chose, dans trois autres maisons. Pendant les moments creux je m’asseyais et je me demandais qui étaient ces gens qui avaient été expulsés, et où ils étaient maintenant ».

Ce même jour où j’ai reçu cette lettre, le Boston Globe a publié un article intitulé « Des milliers de maisons saisies dans le Massachusetts en 2007 ». Le sous titre disait : « on a réquisitionné 7 563 maisons, presque le triple de 2006 ». Quelques soirs plus tôt, CBS avait déclaré que 750 000 personnes infirmes attendaient depuis des années leurs allocations de prévoyance sociale parce que le système était insuffisamment financé et qu’il n’y avait pas assez de personnel pour traiter toutes les requêtes, même les plus graves.

Ce genre d’histoire est rapporté par les médias, mais elles disparaissent instantanément. Ce qui ne disparaît pas, ce qui occupe la presse jour après jour, impossible de l’ignorer, c’est la frénésie électorale.

Ça, ça passionne le pays tous les quatre ans parce que nous sommes éduqués pour croire que voter est fondamental pour déterminer notre destin ; que l’acte le plus important qu’un citoyen puisse accomplir c’est de se rendre aux urnes pour choisir une des deux médiocrités qui ont déjà été choisies pour nous. C’est un test à choix multiples tellement limité, tellement spécieux qu’aucun enseignant qui aurait le moindre respect pour lui-même ne le donnerait à ses étudiants.

Et c’est triste de le dire, le défi présidentiel a hypnotisé de la même façon les libéraux et les radicaux. Nous sommes tous vulnérables.

Est-il possible ces jours ci de voir des amis en évitant ce thème des élections présidentielles ?

Ces personnes même qui devraient être les plus averties, ayant critiqué l’emprise des médias sur la mentalité nationale, se retrouvent paralysées par la presse, scotchées à la télé, pendant que les candidats décochent œillades et sourires en proposant une marée de clichés avec une solennité qui tient du poème épique.

Même dans nos soi-disant périodiques de gauche, il faut reconnaître qu’une quantité exorbitante d’attention est consacrée à l’examen minutieux des principaux candidats.

À l’occasion on jette un os à ronger aux candidats mineurs, même si tout le monde sait que notre merveilleux système politique démocratique les laissera dehors.

Non, je ne suis pas en train de prendre une position d’ultra-gauche selon laquelle les élections seraient totalement insignifiantes, et que nous devrions refuser de voter pour préserver la pureté de notre moralité. Oui, il y a des candidats qui sont un peu mieux que les autres, et dans certaines périodes de crise nationale (les années 30, par exemple, ou aujourd’hui) même une légère différence entre les deux partis peut être une question de vie ou de mort.

Je suis en train de parler d’un sens des proportions qui a disparu de la folie électorale. Soutiendrais-je un candidat contre un autre ? Oui, pendant deux minutes : le temps qu’il faut pour abaisser le levier dans une cabine électorale.

Mais avant et après ces deux minutes, notre temps, notre énergie, nous devrions les employer à instruire, mobiliser, organiser nos concitoyens sur leur poste de travail, dan notre quartier, dans les écoles. Notre objectif devrait être construire, laborieusement, patiemment mais énergiquement, un mouvement qui, une fois que nous aurions atteint une certaine masse critique, puisse secouer qui que ce soit à la Maison-Blanche, et au Congrès, en imposant le changement de politique nationale sur les questions de la guerre et de la justice sociale. Souvenons-nous que même quand il y a un candidat « meilleur » (oui, mieux Roosevelt que Hoover, mieux n’importe qui que Georges Bush), cette différence ne signifiera rien à moins que le pouvoir du peuple ne s’affirme en des modes que l’occupant de la Maison-Blanche aura du mal à ignorer.

Les politiques sans précédents du New Deal – prévoyance sociale, assurance chômage, créations d’emplois, salaire minimum, subventions pour le logement- ne furent pas simplement le résultat du progressisme de Roosevelt. L’Administration Roosevelt, dès son installation, trouva face à elle une nation en ébullition. La dernière année de l’Administration Hoover avait vu la rébellion du Bonus Army : des milliers de vétérans de la première guerre mondiale avaient marché sur Washington avec leurs familles pour demander de l’aide au Congrès, parce que leurs familles crevaient de faim. Des manifestations de chômeurs eurent lieu à Detroit, Chicago, Boston, New York, Seattle.

En 1934, au début de la présidence Roosevelt, il y eut des grèves dans tout le pays, y compris une grève générale à Minneapolis, une grève générale à San Francisco, des centaines de milliers de gens qui croisèrent les bras dans les industries textiles du Sud. Dans tout le pays on assista à la naissance des conseils de chômeurs. Les gens, désespérés, se mobilisèrent, de façon autonome, en imposant à la police de remettre à leur place les meubles des locataires expulsés, et en créant des organisations d’aide mutuelle avec des centaines de milliers de membres. Sans une urgence nationale –destitution et rébellion économique- l’Administration Roosevelt aurait peiné à décider ces réformes courageuses.

Aujourd’hui, nous pouvons être sûrs que le Parti Démocrate, à moins de se trouver devant une mobilisation populaire, ne quittera pas le centre. Les deux principaux candidats à la présidence ont été clairs : s’ils sont élus ils n’arrêteront pas la guerre en Irak immédiatement, et ils n’institueront pas un système d’assistance sanitaire gratuite pour tous. Ils n’offrent pas de changement radical par rapport au statu quo.

Ils ne proposent pas ce que le désespoir actuel de la population exige désespérément : la garantie de la part du gouvernement d’un poste de travail pour tous ceux qui en ont besoin, un revenu minimum pour chaque famille, une aide pour tous ceux qui risquent l’expulsion ou la saisie.

Ils ne suggèrent pas les coupes radicales dans les dépenses militaires ou les changements radicaux dans le système fiscal qui libèrerait des milliards, et même des trillions, pour les destiner aux programmes sociaux afin de transformer notre mode de vie.

Rien de tout cela ne doit nous étonner. La Parti Démocrate n’a rompu avec son conservatisme historique, sa complaisance envers les riches, sa prédilection pour la guerre que quand il a rencontré en face de lui la rébellion d’en bas, comme dans les années 30 et 60. Nous ne devons pas nous attendre à ce qu’une victoire dans les urnes en novembre commence à libérer le pays de ses deux maladies fondamentales : l’avidité du capitalisme et le militarisme. C’est pour cela que nous devons nous libérer de la folie électorale qui emporte toute la société, y compris la gauche.

Oui, deux minutes. Avant, et après, nous devons nous mobiliser personnellement contre tous les obstacles à la vie, à la liberté, et à la recherche du bonheur.

Par exemple, les saisies qui arrachent des millions de personnes à leurs maisons devraient nous rappeler une situation semblable qui eut lieu après la guerre révolutionnaire, quand les petits agriculteurs (comme aujourd’hui nombre de nos SDF) ne pouvaient pas se permettre de payer les impôts et furent menacés de perdre leur terre, leur foyer. Ils se rassemblèrent par milliers autour des tribunaux et empêchèrent le déroulement des ventes aux enchères.

Aujourd’hui, l’expulsion des gens qui n’arrivent pas à payer leur loyer devrait nous rappeler ce que firent les gens dans les années 30, quand ils se mobilisèrent et remirent les affaires des familles expulsées dans leurs appartements, en défiant les autorités.

Historiquement le gouvernement, qu’il fut dans les mains des républicains ou des démocrates, des libéraux ou des conservateurs, a failli à ses propres responsabilités, jusqu’à ce qu’il n’y soit obligé par la mobilisation directe : sit-in et freedom rides pour les droits des noirs, grèves et boycotts pour les droits des travailleurs, rébellions et désertions des soldats pour arrêter la guerre. Voter est un geste facile et d’utilité marginale, mais c’est un pauvre ersatz de la démocratie, qui requiert la mobilisation directe des citoyens engagés.




Howard Zinn est professeur émérite de sciences politiques à l’université de Boston. Dernier ouvrage paru en français : L’Impossible Neutralité. Autobiographie d’un historien et militant.


Ce texte a été publié en anglais par The Progressive Magazine et en italien par Il Manifesto.
Version française : Marie-Ange Patrizio pour Voltairenet.
http://www.voltairenet.org/article155586.html#article155586

22:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, capitalisme, courcelles, histoire, justice, democratie, romain, belgique, liberte, medias, politique, presse, silence, dictature, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/04/2008

05/04/2008: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril...

 C' est en EURO-DICTATURE capitaliste: l'on bafoue même le droit de vivre ...
RoRo

-------- Message original --------

Sujet: Fw: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril
Date: Sat, 5 Apr 2008 09:58:46 +0200
De: comité des sans papiers 59 <csp59@wanadoo.fr>


----- Original Message -----
Sent: Saturday, April 05, 2008 9:57 AM
Subject: la politique du chiffre a encore tué ce 4 Avril


La politique du chiffre a encore tué,
ce 4 avril à Joinville-le-Pont (94).

Ce vendredi 4 avril 2008, un jeune Malien de 29 ans est mort à Joinville-le-Pont (94), après s'être jeté dans la Marne pour échapper à un contrôle de police dans la gare RER de Joinville. Il avait montré son abonnement de transport, mais il était frappé d'un arrêté de reconduite à la frontière.

Cet événement tragique est une nouvelle illustration du climat créé par la multiplication des contrôles de police. Oui, la politique du chiffre tue et ce n'est malheureusement pas un slogan.
La mort de ce jeune homme ajoute une victime à une liste déjà longue. En été 2007, Yvan, enfant de treize ans d'une famille russo-tchétchène déboutée de l'asile, est resté quelque temps entre la vie et la mort après avoir tenté de fuir avec son père, par le balcon, la police venue au domicile. En septembre, c'est une femme chinoise, Chulan Zhang Liu, qui est décédée après s'être défénestrée de son appartement à l'approche des policiers. En février, c'est un Kenyan de 19 ans, John Maïna, qui s'est pendu après avoir appris le rejet définitif de sa demande d'asile. Aucune de ces victimes n'a eu le bon goût de relever de l'immigration « choisie » exigée par le président Sarkozy et son ministre de l'identité nationale.

Il faut mettre un point final à cette politique du chiffre qui génère tant d'angoisse et provoque tant de drames. C'est ce que nous dirons, avec le collectif UniEs contre une immigration jetable, avec les collectifs de sans-papiers, avec les syndicalistes qui refusent la mise en concurrence des salariés, avec tous les citoyens épris de solidarité, ce samedi 5 avril, dans la manifestation qui partira à 14h30 de la place d'Italie (Paris), de même que dans certaines villes de province: NON à la xénophobie d'Etat et à ses conséquences meurtrières!

RESF94

16:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, romain, democratie, capitalisme, liberte, actualite, belgique, presse, medias, politique, silence, droits de l homme, justice, repression, euro-dictature, france, solidarite | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/04/2008

04/04/2008: c' est cela la social-démocratie et cela ne date pas d' aujourd' hui ...

 Voyons, c' est cela la social-démocratie et cela ne date pas d' aujourd' hui ...
RoRo



-------- Message original --------

Sujet: Les faits parlent d'eux-mêmes
Date: Fri, 4 Apr 2008 08:36:38 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>


Monsieur Jean-Marc Ayrault (PS)
qui a choisi de s'abstenir au Congrès de Versailles du 4 février 2008 contribuant ainsi activement à faciliter le coup d'Etat de N.Sarkosy et   la trahison du peuple français
qui avait voté NON lors du référendum  du  29 mai 2005!
a pris l'initiative de demander que le drapeau tibétin flotte lundi (au passage de la flamme olympique) sur l'Assemblée Nationale
Il a dit ce matin sur France Inter qu'il voulait appuyer "toute lutte contre l'oppression"
Les faits parlent d'eux-mêmes
Pas besoin de commentaires

21:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Romain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, democratie, europe, euro-dictature, histoire, medias, presse, silence, romain, tibet, chine, liberte, droits de l homme, sports | |  Facebook | |  Imprimer | | |